Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le vaccin anti-Covid prêt en septembre
Production du spoutnik-v en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 04 - 2021

Le vaccin algérien anti-Covid 19, Spoutnik-V, sera disponible d'ici septembre prochain, assure Lotfi Benbahmed, ministre de l'Industrie pharmaceutique, qui était hier matin, l'invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio = algérienne.
Le vaccin algérien anti-Covid 19, Spoutnik-V, sera disponible d'ici septembre prochain, assure Lotfi Benbahmed, ministre de l'Industrie pharmaceutique, qui était hier matin, l'invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio = algérienne.
D'après "Saïdal, les experts et les différentes analyses que nous avons mis en place, le vaccin Spoutnik sera prêt le mois de septembre prochain", indique le ministre en précisant que "nous sommes accompagnés par le fonds russe et aussi par des laboratoires qui fabriquent déjà le Spoutnik dans d'autres pays". L'Algérie recevra un total de 920.000 doses de vaccin russe Spoutnik-V avant la fin du mois d'avril, avait annoncé le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid.
Le vaccin Spoutnik-V sera produit à Constantine
La "production du vaccin anti-Covid19 se fera en partenariat avec la Russie pou une fabrication locale du Sputnik V", avait affirmé Lotfi Benbahmed. Les deux parties, russe et algérienne, veulent produire la matière première en Algérie, "ce qui fera de ce vaccin, un produit 100 % local", a fait savoir le ministre. Pour ce faire, ce partenariat algérorusse sera en deux étapes. La 1re est la "production locale à partir de la matière première devant être fournie par la partie russe, ensuite la production de la matière première en Algérie, puis la production locale de ce vaccin dans son entier", a expliqué M.
Benbahmed qui note que "la production de la matière première grâce à la technique biotechnologie, sera une première en Algérie et dans le continent africain". L'Algérie a été choisie pour le transfert de cette technologie et la production du vaccin, car étant un pays ami de longue date et un partenaire économique de la Russie. Pour concrétiser le projet, le ministre a fait état de l'installation, de deux commissions, la première devant se charger de l'organisation des moyens industriels pour le lancement de la production, tandis que la deuxième aura à traiter le volet biotechnologie et les intrants nécessaires à la production de la matière première. Les deux commissions travaillant en collaboration avec les experts russes pour la mise en place de la plateforme de production.
Pour concrétiser le projet, le ministre a fait état de l'installation, la semaine dernière, de deux commissions, la première devant se charger de l'organisation des moyens industriels pour le lancement de la production, tandis que la deuxième aura à traiter le volet biotechnologie et les intrants nécessaires à la production de la matière première. "Les deux commissions travaillant en collaboration avec les experts russes pour la mise en place de la plateforme de production. nouvelle ère de l'industrie pharmaceutique", a-t-il ajouté. Concernant les délais de lancement de la production du vaccin Sputnik-V en Algérie, le ministre a précisé "s'il s'agit de la production locale du vaccin à partir de la matière première assurée par le côté russe, nous pouvons l'entamer dans les quelques mois prochains, contrairement à la fabrication de la matière première en Algérie qui nécessite du temps", soulignant "dans les deux cas, notre objectif est de commencer la production dans les plus brefs délais". Quant aux quantités de vaccin à produire localement, le ministre a fait savoir que "l'objectif est de produire des quantités suffisantes pour couvrir la demande nationale", ajoutant que "la maitrise de la biotechnologie permettra de réaliser la sécurité sanitaire avec une production locale et nous allons produire des vaccins selon la demande".
La "maîtrise de cette technique permettra à l'Algérie d'accéder au réseau international de la production des vaccins développés", a mis en avant le ministre, rappelant que " l'institut russe de microbiologie est parmi les centres internationaux de développement des différents vaccins et que le vaccin Sputnik-V a prouvé son efficacité à l'échelle mondiale". Outre la couverture de la demande nationale, le ministre a fait savoir que le secteur prévoit l'exportation du vaccin, ajoutant que "le côté russ e s'est fixé l'objectif de permettre à l'Algérie de couvrir une zone géographique regroupant plusieurs pays qui seront définis avec l'accord des deux parties".
D'après "Saïdal, les experts et les différentes analyses que nous avons mis en place, le vaccin Spoutnik sera prêt le mois de septembre prochain", indique le ministre en précisant que "nous sommes accompagnés par le fonds russe et aussi par des laboratoires qui fabriquent déjà le Spoutnik dans d'autres pays". L'Algérie recevra un total de 920.000 doses de vaccin russe Spoutnik-V avant la fin du mois d'avril, avait annoncé le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid.
Le vaccin Spoutnik-V sera produit à Constantine
La "production du vaccin anti-Covid19 se fera en partenariat avec la Russie pou une fabrication locale du Sputnik V", avait affirmé Lotfi Benbahmed. Les deux parties, russe et algérienne, veulent produire la matière première en Algérie, "ce qui fera de ce vaccin, un produit 100 % local", a fait savoir le ministre. Pour ce faire, ce partenariat algérorusse sera en deux étapes. La 1re est la "production locale à partir de la matière première devant être fournie par la partie russe, ensuite la production de la matière première en Algérie, puis la production locale de ce vaccin dans son entier", a expliqué M.
Benbahmed qui note que "la production de la matière première grâce à la technique biotechnologie, sera une première en Algérie et dans le continent africain". L'Algérie a été choisie pour le transfert de cette technologie et la production du vaccin, car étant un pays ami de longue date et un partenaire économique de la Russie. Pour concrétiser le projet, le ministre a fait état de l'installation, de deux commissions, la première devant se charger de l'organisation des moyens industriels pour le lancement de la production, tandis que la deuxième aura à traiter le volet biotechnologie et les intrants nécessaires à la production de la matière première. Les deux commissions travaillant en collaboration avec les experts russes pour la mise en place de la plateforme de production.
Pour concrétiser le projet, le ministre a fait état de l'installation, la semaine dernière, de deux commissions, la première devant se charger de l'organisation des moyens industriels pour le lancement de la production, tandis que la deuxième aura à traiter le volet biotechnologie et les intrants nécessaires à la production de la matière première. "Les deux commissions travaillant en collaboration avec les experts russes pour la mise en place de la plateforme de production. nouvelle ère de l'industrie pharmaceutique", a-t-il ajouté. Concernant les délais de lancement de la production du vaccin Sputnik-V en Algérie, le ministre a précisé "s'il s'agit de la production locale du vaccin à partir de la matière première assurée par le côté russe, nous pouvons l'entamer dans les quelques mois prochains, contrairement à la fabrication de la matière première en Algérie qui nécessite du temps", soulignant "dans les deux cas, notre objectif est de commencer la production dans les plus brefs délais". Quant aux quantités de vaccin à produire localement, le ministre a fait savoir que "l'objectif est de produire des quantités suffisantes pour couvrir la demande nationale", ajoutant que "la maitrise de la biotechnologie permettra de réaliser la sécurité sanitaire avec une production locale et nous allons produire des vaccins selon la demande".
La "maîtrise de cette technique permettra à l'Algérie d'accéder au réseau international de la production des vaccins développés", a mis en avant le ministre, rappelant que " l'institut russe de microbiologie est parmi les centres internationaux de développement des différents vaccins et que le vaccin Sputnik-V a prouvé son efficacité à l'échelle mondiale". Outre la couverture de la demande nationale, le ministre a fait savoir que le secteur prévoit l'exportation du vaccin, ajoutant que "le côté russ e s'est fixé l'objectif de permettre à l'Algérie de couvrir une zone géographique regroupant plusieurs pays qui seront définis avec l'accord des deux parties".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.