LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qu'en est-il pour les visas ?
Reprise des vols au départ d'Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 06 - 2021

Les frontières algériennes sont partiellement ouvertes depuis le premier juin dernier. Cette ouverture constitue un feu vert pour Air Algérie, la compagnie aérienne nationale, afin qu'elle puisse reprendre ses activités et ses vols commerciaux entre l'Algérie et six différents pays à travers le monde.
Les frontières algériennes sont partiellement ouvertes depuis le premier juin dernier. Cette ouverture constitue un feu vert pour Air Algérie, la compagnie aérienne nationale, afin qu'elle puisse reprendre ses activités et ses vols commerciaux entre l'Algérie et six différents pays à travers le monde.
Plusieurs compagnies étrangères profitent également de cette réouverture. Si les choses sont plus ou moins claires pour les ressortissants algériens à l'étranger, qui peuvent concevoir de rentrer enfin dans leur pays, on ne peut pas dire la même chose concernant les Algériens souhaitant obtenir un visa, vu que depuis le mois de mars dernier, les centres spécialisés ont fermé leurs portes, et la reprise dernièrement annoncée présente de nombreuses ambiguïtés.
Une reprise graduelle ou limitée ?
Suite à l'ouverture des frontières algériennes avec six différents pays, les services consulaires de ces derniers ont annoncé des reprises graduelles du traitement des demandes de visa. Une reprise qui diffère d'un pays à un autre, mais qui ne suffit pas à elle seule à rassurer les détenteurs des passeports algériens, impatients de pouvoir enfin voyager. Les services consulaires espagnols en Algérie ont annoncé que la reprise des traitements des demandes de visa aura comme priorité "la relance des relations économiques entre les entreprises algériennes et espagnoles". L'Espagne privilégie donc le traitement des visas d'affaire plus que tout autre type de visa. La politique italienne ne diffère pas trop, vu que l'ambassade italienne en Algérie a annoncé, dans un communiqué, une relance partielle du "traitement des demandes de visa d'affaires Schengen pour l'Italie". Les Allemands s'y mettent eux aussi. La semaine dernière l'ambassade d'Allemagne en Algérie a annoncé la reprise de la réception des demandes de visas de type C, mais seulement pour les Algériens ayant un visa de court séjour de deux ans dont la validité a expiré
Le vaccin, premier obstacle à un retour à la normale
Si une reprise graduelle y en a, elle risque cependant de vite se heurter à ses limites. Car si des pays comme la Turquie ont annoncé que leur ambassade a Alger a "commencé à recevoir les demandes de visa tout en respectant les mesures sanitaires" d'autres pays, dont la France, classent l'Algérie sur leur liste orange, ce qui expose les voyageurs algériens à un grand nombre de restrictions Outre les restrictions d'ordre pratique, qui font que les voyageurs algériens doivent, entre autres, être soumis à un test de dépistage qu'ils doivent présenter avant 72 heures de l'embarquement, la question du vaccin risque de causer un problème encore plus difficile à surmonter. En effet, la majorité des pays de l'espace Schengen reconnaissent des vaccins qui ne sont pas disponibles en Algérie, en l'occurrence AstraZeneca, Moderna, Pfizer et Johnson & Johnson. Ces vaccins approuvés par l'Agence européenne des médicaments, mais non accessibles aux voyageurs algériens, risquent d'être plus difficile à acquérir que le précieux cachet du visa.
Plusieurs compagnies étrangères profitent également de cette réouverture. Si les choses sont plus ou moins claires pour les ressortissants algériens à l'étranger, qui peuvent concevoir de rentrer enfin dans leur pays, on ne peut pas dire la même chose concernant les Algériens souhaitant obtenir un visa, vu que depuis le mois de mars dernier, les centres spécialisés ont fermé leurs portes, et la reprise dernièrement annoncée présente de nombreuses ambiguïtés.
Une reprise graduelle ou limitée ?
Suite à l'ouverture des frontières algériennes avec six différents pays, les services consulaires de ces derniers ont annoncé des reprises graduelles du traitement des demandes de visa. Une reprise qui diffère d'un pays à un autre, mais qui ne suffit pas à elle seule à rassurer les détenteurs des passeports algériens, impatients de pouvoir enfin voyager. Les services consulaires espagnols en Algérie ont annoncé que la reprise des traitements des demandes de visa aura comme priorité "la relance des relations économiques entre les entreprises algériennes et espagnoles". L'Espagne privilégie donc le traitement des visas d'affaire plus que tout autre type de visa. La politique italienne ne diffère pas trop, vu que l'ambassade italienne en Algérie a annoncé, dans un communiqué, une relance partielle du "traitement des demandes de visa d'affaires Schengen pour l'Italie". Les Allemands s'y mettent eux aussi. La semaine dernière l'ambassade d'Allemagne en Algérie a annoncé la reprise de la réception des demandes de visas de type C, mais seulement pour les Algériens ayant un visa de court séjour de deux ans dont la validité a expiré
Le vaccin, premier obstacle à un retour à la normale
Si une reprise graduelle y en a, elle risque cependant de vite se heurter à ses limites. Car si des pays comme la Turquie ont annoncé que leur ambassade a Alger a "commencé à recevoir les demandes de visa tout en respectant les mesures sanitaires" d'autres pays, dont la France, classent l'Algérie sur leur liste orange, ce qui expose les voyageurs algériens à un grand nombre de restrictions Outre les restrictions d'ordre pratique, qui font que les voyageurs algériens doivent, entre autres, être soumis à un test de dépistage qu'ils doivent présenter avant 72 heures de l'embarquement, la question du vaccin risque de causer un problème encore plus difficile à surmonter. En effet, la majorité des pays de l'espace Schengen reconnaissent des vaccins qui ne sont pas disponibles en Algérie, en l'occurrence AstraZeneca, Moderna, Pfizer et Johnson & Johnson. Ces vaccins approuvés par l'Agence européenne des médicaments, mais non accessibles aux voyageurs algériens, risquent d'être plus difficile à acquérir que le précieux cachet du visa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.