Liga: encore un 0-0 pour l'Atletico    L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'agression d'une étudiante suscite la colére
Cité universitaire à Oran
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 07 - 2021

Malgré la situation sanitaire, la multiplication des agressions verbales et physiques à l'encontre des étudiantes dans les établissements universitaires est un phénomène qui ne cesse d'accroître.
Malgré la situation sanitaire, la multiplication des agressions verbales et physiques à l'encontre des étudiantes dans les établissements universitaires est un phénomène qui ne cesse d'accroître.
En effet, le vendredi 23 juillet 2021, une étudiante étrangère résidant dans une cité universitaire pour filles dans la ville d'Oran a publié sur sa page Instagram une vidéo où l'on peut entendre des cris de détresse provenir de la chambre d'à côté, dans laquelle se trouvait un homme (F. M.) en train d'agresser violemment une étudiante. L'agresseur a été reconnu par les internautes qui ne cessent de relayer la vidéo
depuis hier matin en exhortant la Police nationale à l'arrêter. CelestineAlianat, la jeune fille qui a posté la vidéo et qui étudie à la Faculté des sciences de la nature et de la vie à Oran, a décidé d'intervenir, à 3h30 du matin, malgré la peur de représailles et est sorti interpeller l'agresseur. Ce dernier, effrayé, a fini par sortir de la chambre de l'étudiante, la libérant par la même occasion et a commencé à justifier sa présence à l'intérieur de la cité universitaire. Ce à quoi Célestine Alianat a repondu qu'il n'avait pas le droit de se trouver au sein de la cité.
Un acte héroïque
Dans cette même publication l'étudiante étrangère a tenu à dénoncer le harcèlement sexuel subi par les étudiantes noires en Algérie déclarant "j'ai été agressée dans la rue, les taxis, je suis traumatisée par ces expériences. Mais je n'aurais jamais pensé me sentir en danger dans la cité universitaire" ajoutant avoir hésité à venir à la rescousse de la jeune femme. Cependant, après dix minutes de terreur à attendre que la sécurité intervienne, Alianat raconte avoir "eu peur que la fille soit violée, si j'avais été a sa place, j'aurais aimé que quelqu'un intervienne". Les internautes choqués par ces enregistrements ont appelé les autorités compétentes à intervenir en arrêtant l'agresseur et ont tenu à mettre en avant le courage d l'étudiante étrangère qui a fait preuve d'un acte héroïque. De plus les étudiants algériennes ont tenu à soutenir Célestine Alianat, déclarant que "l'insécurité règne dans les cités universitaires pour filles depuis des années, à cause de la complicité des gardiens qui permettent à des prédateurs d'y accéder".
En effet, le vendredi 23 juillet 2021, une étudiante étrangère résidant dans une cité universitaire pour filles dans la ville d'Oran a publié sur sa page Instagram une vidéo où l'on peut entendre des cris de détresse provenir de la chambre d'à côté, dans laquelle se trouvait un homme (F. M.) en train d'agresser violemment une étudiante. L'agresseur a été reconnu par les internautes qui ne cessent de relayer la vidéo
depuis hier matin en exhortant la Police nationale à l'arrêter. CelestineAlianat, la jeune fille qui a posté la vidéo et qui étudie à la Faculté des sciences de la nature et de la vie à Oran, a décidé d'intervenir, à 3h30 du matin, malgré la peur de représailles et est sorti interpeller l'agresseur. Ce dernier, effrayé, a fini par sortir de la chambre de l'étudiante, la libérant par la même occasion et a commencé à justifier sa présence à l'intérieur de la cité universitaire. Ce à quoi Célestine Alianat a repondu qu'il n'avait pas le droit de se trouver au sein de la cité.
Un acte héroïque
Dans cette même publication l'étudiante étrangère a tenu à dénoncer le harcèlement sexuel subi par les étudiantes noires en Algérie déclarant "j'ai été agressée dans la rue, les taxis, je suis traumatisée par ces expériences. Mais je n'aurais jamais pensé me sentir en danger dans la cité universitaire" ajoutant avoir hésité à venir à la rescousse de la jeune femme. Cependant, après dix minutes de terreur à attendre que la sécurité intervienne, Alianat raconte avoir "eu peur que la fille soit violée, si j'avais été a sa place, j'aurais aimé que quelqu'un intervienne". Les internautes choqués par ces enregistrements ont appelé les autorités compétentes à intervenir en arrêtant l'agresseur et ont tenu à mettre en avant le courage d l'étudiante étrangère qui a fait preuve d'un acte héroïque. De plus les étudiants algériennes ont tenu à soutenir Célestine Alianat, déclarant que "l'insécurité règne dans les cités universitaires pour filles depuis des années, à cause de la complicité des gardiens qui permettent à des prédateurs d'y accéder".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.