Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelle solution outre que la révision des salaires ?
Pouvoir d'achat
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 09 - 2021

Coïncidant avec une rentrée sociale qui s'annonce déjà assez rude, la question de la dégradation continue du pouvoir d'achat continue de susciter les réactions. Force est de constater que le constat « alarmant » est quasiment unanime.
Coïncidant avec une rentrée sociale qui s'annonce déjà assez rude, la question de la dégradation continue du pouvoir d'achat continue de susciter les réactions. Force est de constater que le constat « alarmant » est quasiment unanime.
Le constat est partagé du côté de la Fédération algérienne des Consommateurs (FAC). Intervenant au Forum du quotidien El Moudjahid, le président de la FAC, Hariz Zaki, a tenté de faire un état des lieux et expliquer les causes directes et indirectes de la chute du pouvoir d'achat durant ces cinq dernières années. D'emblée, l'intervenant a indiqué que la situation remonte à plusieurs années avant.
Selon lui, les prix ont commencé à s'envoler plus précisément depuis la loi de finances de 2016 sans que des mesures ne viennent stopper cette hausse. Dans la foulée, le président de la FAC estime que les solutions envisageables en ce moment résident dans « la révision de la fiscalité et la politique de la TVA et de l'IRG, la régulation du marché en imposant une marge bénéficiaire qui doit être respectée, le renforcement du contrôle, l'application des lois existantes et enfin mettre en place un mécanisme d'alerte instantané pour prendre des décisions anticipées ». Pour sa part, le vice-président de ladite Fédération constate que les prix à la consommation n'arrêtent pas de flamber, la spéculation s'est emparé des marchés mal organisés dont l'Etat ne remplit pas sa mission dans le contrôle et l'organisation.
« Ce ne serait pas une bonne idée d'augmenter les salaires »
Intervenant lors de la même conférence, Mohamed Abidi pointe l'absence ou l'insuffisance de l'efficacité de l'Etat dans les marchés. Par conséquent, cela facilite, selon lui, la « spéculation ». D'ailleurs, il souligne que « les prix sont, certes, libres depuis longtemps. Mais ce n'est pas une raison pour se retirer complètement de la sphère commerciale ». Afin d'améliorer la situation d'un pouvoir d'achat qui ne cesse de se dégrader, l'intervenant souligne qu'il faudrait un salaire minimum de 80 000 DA pour qu'une famille algérienne composée de cinq membres puisse vivre au-dessus du seuil de pauvreté. Or, il estime que la solution ne réside aucunement dans la révision à la hausse des salaires, mais plutôt dans en agissant sur d'autres facteurs.
À ce propos, il explique que « ce ne serait pas une bonne idée d'augmenter les salaires. Car, si on les revalorise, cela risque de conduire encore une fois à des augmentations des prix à la consommation ». Ainsi, il préconise de « réduire la taxe à la consommation et l'IRG, établir des subventions qui soient équitables et qui bénéficient à ceux ayant véritablement besoin d'être subventionnés », mais aussi de « déterminer des marges pour les commerçants au détail, réguler de manière efficace la distribution des légumineuses ; une fonction qui doit incomber à l'OAIC... ».
Le constat est partagé du côté de la Fédération algérienne des Consommateurs (FAC). Intervenant au Forum du quotidien El Moudjahid, le président de la FAC, Hariz Zaki, a tenté de faire un état des lieux et expliquer les causes directes et indirectes de la chute du pouvoir d'achat durant ces cinq dernières années. D'emblée, l'intervenant a indiqué que la situation remonte à plusieurs années avant.
Selon lui, les prix ont commencé à s'envoler plus précisément depuis la loi de finances de 2016 sans que des mesures ne viennent stopper cette hausse. Dans la foulée, le président de la FAC estime que les solutions envisageables en ce moment résident dans « la révision de la fiscalité et la politique de la TVA et de l'IRG, la régulation du marché en imposant une marge bénéficiaire qui doit être respectée, le renforcement du contrôle, l'application des lois existantes et enfin mettre en place un mécanisme d'alerte instantané pour prendre des décisions anticipées ». Pour sa part, le vice-président de ladite Fédération constate que les prix à la consommation n'arrêtent pas de flamber, la spéculation s'est emparé des marchés mal organisés dont l'Etat ne remplit pas sa mission dans le contrôle et l'organisation.
« Ce ne serait pas une bonne idée d'augmenter les salaires »
Intervenant lors de la même conférence, Mohamed Abidi pointe l'absence ou l'insuffisance de l'efficacité de l'Etat dans les marchés. Par conséquent, cela facilite, selon lui, la « spéculation ». D'ailleurs, il souligne que « les prix sont, certes, libres depuis longtemps. Mais ce n'est pas une raison pour se retirer complètement de la sphère commerciale ». Afin d'améliorer la situation d'un pouvoir d'achat qui ne cesse de se dégrader, l'intervenant souligne qu'il faudrait un salaire minimum de 80 000 DA pour qu'une famille algérienne composée de cinq membres puisse vivre au-dessus du seuil de pauvreté. Or, il estime que la solution ne réside aucunement dans la révision à la hausse des salaires, mais plutôt dans en agissant sur d'autres facteurs.
À ce propos, il explique que « ce ne serait pas une bonne idée d'augmenter les salaires. Car, si on les revalorise, cela risque de conduire encore une fois à des augmentations des prix à la consommation ». Ainsi, il préconise de « réduire la taxe à la consommation et l'IRG, établir des subventions qui soient équitables et qui bénéficient à ceux ayant véritablement besoin d'être subventionnés », mais aussi de « déterminer des marges pour les commerçants au détail, réguler de manière efficace la distribution des légumineuses ; une fonction qui doit incomber à l'OAIC... ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.