Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sept ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri
Tribunal de Dar el Beida
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 09 - 2021

Le procès de Ali Ghediri poursuivi pour "participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée nationale populaire (ANP)", a débuté hier au tribunal de Dar El Beida, à Alger. Lors de l'audition de l'accusé, le juge de siège lui a posé des questions sur le contenu de trois articles qu'il avait rédigé entre 2015 et 2018 et l'objectif de ces contributions, d'autant que l'un d'eux véhiculait une atteinte au moral de l'institution militaire.
Le procès de Ali Ghediri poursuivi pour "participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée nationale populaire (ANP)", a débuté hier au tribunal de Dar El Beida, à Alger. Lors de l'audition de l'accusé, le juge de siège lui a posé des questions sur le contenu de trois articles qu'il avait rédigé entre 2015 et 2018 et l'objectif de ces contributions, d'autant que l'un d'eux véhiculait une atteinte au moral de l'institution militaire.
Répondant aux questions du juge, Ali Ghediri a indiqué avoir évoqué dans ces articles "des questions liées à l'institution militaire" et avoir "respecté le devoir de réserve prévu par la loi", estimant que "ces articles constituaient une contribution, à titre personnel, qui reflétait ses convictions et sa perception de la situation dans le pays". Concernant l'article paru le 25 décembre 2018 sous forme d'entretien au quotidien El Watan, Ghediri a expliqué que cet entretien tournait autour de "la crise politique du pays et les manouvres de certaines parties visant à imposer un cinquième mandat pour le Président Abdelaziz Bouteflika", ajoutant qu'il s'était contenté dans son entretien de "répondre aux questions du journaliste, ni plus ni moins", citant des passages dudit l'entretien.
Lors de la même audience, a comparu également le dénommé "K.H" poursuivi pour "faux et usage de faux, usurpation d'identité, intelligence avec des parties étrangères et atteinte au moral de l'Armée nationale populaire". Les questions du juge ont focalisé sur les visées de l'usurpation par l'accusé, d'une deuxième identité autre que la sienne et la falsification d'une carte d'identité utilisée pour son travail, en tant que chef de parti politique nommé " Parti de l'Algérie de demain". L'accusé a reconnu après avoir tenté de nier les faits, qu'il avait remis 30.000 DA, à un individu pour lui préparer la carte falsifiée. Les questions ont également concerné la nature des investissements qu'effectue l'accusé et par lesquels il a établi des relations avec des pays étrangers, des ambassadeurs accrédités en Algérie et des personnalités étrangères suspectes, insistant sur ses propos, à savoir, "des relations établies pour un intérêt économique et pour conclure des transactions dans le domaine de l'investissement industriel et commercial". Répondant à une question sur la nature de sa relation avec l'accusé Ali Ghediri, le dénommé "K.H."
a indiqué l'a rencontré par hasard dans un restaurant de la capitale. "Une rencontre", a-t-il poursuivi, "suivie par d'autres visites répétées de Ghediri au siège du parti sis dans la commune de Mohammadia", des déclarations contradictoires avec celles tenues par Ghediri devant la Police judiciaire et selon lesquels c'est bien "K.H" qui l'avait contacté et avait demandé à le voir. S'agissant de la visite effectuée par Ali Ghedir, en compagnie de l'accusé dans la maison de l'ancien ministre de l'Intérieur, le défunt Nouredine Yazid Zerhouni, "K.H" a précisé que cette visite avait été effectuée dans le cadre des "démarches de la candidature de Ghediri à l'élection présidentielle". Le juge de siège a également évoqué la nature du travail de l'accusé "K.H" qui possède plus de 20 sociétés d'investissement, outre le fait d'être chef d'un parti politique. L'accusé a usé de fauxfuyants pour éviter de dévoiler l'objectif réel de double activité. Retraité de l'ANP, le Général-major Ali Ghediri est en détention depuis juin 2019 pour "participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée".
Répondant aux questions du juge, Ali Ghediri a indiqué avoir évoqué dans ces articles "des questions liées à l'institution militaire" et avoir "respecté le devoir de réserve prévu par la loi", estimant que "ces articles constituaient une contribution, à titre personnel, qui reflétait ses convictions et sa perception de la situation dans le pays". Concernant l'article paru le 25 décembre 2018 sous forme d'entretien au quotidien El Watan, Ghediri a expliqué que cet entretien tournait autour de "la crise politique du pays et les manouvres de certaines parties visant à imposer un cinquième mandat pour le Président Abdelaziz Bouteflika", ajoutant qu'il s'était contenté dans son entretien de "répondre aux questions du journaliste, ni plus ni moins", citant des passages dudit l'entretien.
Lors de la même audience, a comparu également le dénommé "K.H" poursuivi pour "faux et usage de faux, usurpation d'identité, intelligence avec des parties étrangères et atteinte au moral de l'Armée nationale populaire". Les questions du juge ont focalisé sur les visées de l'usurpation par l'accusé, d'une deuxième identité autre que la sienne et la falsification d'une carte d'identité utilisée pour son travail, en tant que chef de parti politique nommé " Parti de l'Algérie de demain". L'accusé a reconnu après avoir tenté de nier les faits, qu'il avait remis 30.000 DA, à un individu pour lui préparer la carte falsifiée. Les questions ont également concerné la nature des investissements qu'effectue l'accusé et par lesquels il a établi des relations avec des pays étrangers, des ambassadeurs accrédités en Algérie et des personnalités étrangères suspectes, insistant sur ses propos, à savoir, "des relations établies pour un intérêt économique et pour conclure des transactions dans le domaine de l'investissement industriel et commercial". Répondant à une question sur la nature de sa relation avec l'accusé Ali Ghediri, le dénommé "K.H."
a indiqué l'a rencontré par hasard dans un restaurant de la capitale. "Une rencontre", a-t-il poursuivi, "suivie par d'autres visites répétées de Ghediri au siège du parti sis dans la commune de Mohammadia", des déclarations contradictoires avec celles tenues par Ghediri devant la Police judiciaire et selon lesquels c'est bien "K.H" qui l'avait contacté et avait demandé à le voir. S'agissant de la visite effectuée par Ali Ghedir, en compagnie de l'accusé dans la maison de l'ancien ministre de l'Intérieur, le défunt Nouredine Yazid Zerhouni, "K.H" a précisé que cette visite avait été effectuée dans le cadre des "démarches de la candidature de Ghediri à l'élection présidentielle". Le juge de siège a également évoqué la nature du travail de l'accusé "K.H" qui possède plus de 20 sociétés d'investissement, outre le fait d'être chef d'un parti politique. L'accusé a usé de fauxfuyants pour éviter de dévoiler l'objectif réel de double activité. Retraité de l'ANP, le Général-major Ali Ghediri est en détention depuis juin 2019 pour "participation en temps de paix à une entreprise visant à fragiliser le moral de l'Armée".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.