Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UNPEF rejoint le mouvement de grève et s'explique
Education nationale
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 10 - 2021

Comme chaque année, le personnel du secteur de l'Education, notamment les enseignants des cycles moyen et secondaire, se plaignent de différentes lacunes.
Comme chaque année, le personnel du secteur de l'Education, notamment les enseignants des cycles moyen et secondaire, se plaignent de différentes lacunes.
Pour exprimer leur mécontentement, il ont, encore une fois, décidé d'avoir recours aux grèves, en dépit du fait que l'année scolaire vient tout juste de débuter. En effet, l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (UNPEF) s'est réuni du 20 au 22 octobre derniers au lycée Ben-Teftifa dans la wilaya de Blida, dans le cadre de la 36e session du Conseil national. La rencontre a abouti à la décision d'aller vers une grève. C'est ce qui a été rapporté par nos confrères du Quotidien d'Oran. Néanmoins, la date ainsi que la forme de la grève n'ont pas encore été communiquées. Rappelons, par ailleurs, que l'UNPEF rejoint de ce fait le Conseil national autonom des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest) qui a annoncé il y a quelques jours le recours à la grève à partir de la première semaine du mois de novembre.
Les raisons derrières cette décision
L'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (UNPEF) n'a pas manqué de révéler les facteurs sociaux-économiques ayant mené à cette décision. Il s'agit en premier lieu, de l dégradation du pouvoir d'achat et de la crise inflationniste qui n'a épargné aucune catégorie sociale. L'UNPEF revendique une révision des salaires et des primes pour l'amélioration du pouvoir d'achat des fonctionnaires de l'éducation. À cela s'ajoute des réformes relatives au secteur de l'éducation, notamment la demande d'ouverture de nouveaux postes de travail afin d'alléger les horaires de travail pour les enseignants du moyen et du secondaire. À ce sujet, l'UNPEF exige de privilégier les diplômés de l'école nationale supérieure (ENS).
Libérer les écoles primaires de la tutelle des APC
La liste des revendications est loin d'être exhaustive. Outre les facteurs sociauxéconomiques et pédagogiques, l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la Formation estime que les écoles primaires doivent être dissociées de la tutelle des collectivités locales de même que les collèges et lycées doivent bénéficier d'une augmentation des budgets. Ainsi le dossier relatif au logement et l'application urgente du décret présidentiel 14-266 du 28 septembre 2014, fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires, a été également évoqué. Une "loi protégeant l'enseignant de toute forme d'agression doit voir le jour", selon l'UNPEF. Enfin, le Quotidien d'Oran conclut en citant les conditions de travail dans le Sud algérien, notamment la prime d'indemnisation qui doit être revalorisée. Cette dernière est encore calculée sur la base d'un salaire de base datant de 1989.
Pour exprimer leur mécontentement, il ont, encore une fois, décidé d'avoir recours aux grèves, en dépit du fait que l'année scolaire vient tout juste de débuter. En effet, l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (UNPEF) s'est réuni du 20 au 22 octobre derniers au lycée Ben-Teftifa dans la wilaya de Blida, dans le cadre de la 36e session du Conseil national. La rencontre a abouti à la décision d'aller vers une grève. C'est ce qui a été rapporté par nos confrères du Quotidien d'Oran. Néanmoins, la date ainsi que la forme de la grève n'ont pas encore été communiquées. Rappelons, par ailleurs, que l'UNPEF rejoint de ce fait le Conseil national autonom des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest) qui a annoncé il y a quelques jours le recours à la grève à partir de la première semaine du mois de novembre.
Les raisons derrières cette décision
L'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (UNPEF) n'a pas manqué de révéler les facteurs sociaux-économiques ayant mené à cette décision. Il s'agit en premier lieu, de l dégradation du pouvoir d'achat et de la crise inflationniste qui n'a épargné aucune catégorie sociale. L'UNPEF revendique une révision des salaires et des primes pour l'amélioration du pouvoir d'achat des fonctionnaires de l'éducation. À cela s'ajoute des réformes relatives au secteur de l'éducation, notamment la demande d'ouverture de nouveaux postes de travail afin d'alléger les horaires de travail pour les enseignants du moyen et du secondaire. À ce sujet, l'UNPEF exige de privilégier les diplômés de l'école nationale supérieure (ENS).
Libérer les écoles primaires de la tutelle des APC
La liste des revendications est loin d'être exhaustive. Outre les facteurs sociauxéconomiques et pédagogiques, l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la Formation estime que les écoles primaires doivent être dissociées de la tutelle des collectivités locales de même que les collèges et lycées doivent bénéficier d'une augmentation des budgets. Ainsi le dossier relatif au logement et l'application urgente du décret présidentiel 14-266 du 28 septembre 2014, fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires, a été également évoqué. Une "loi protégeant l'enseignant de toute forme d'agression doit voir le jour", selon l'UNPEF. Enfin, le Quotidien d'Oran conclut en citant les conditions de travail dans le Sud algérien, notamment la prime d'indemnisation qui doit être revalorisée. Cette dernière est encore calculée sur la base d'un salaire de base datant de 1989.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.