Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le bras de fer continue !
Ministére de l'éducation et syndicats
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 12 - 2021

Les syndicats de l'Education maintiennent leur position. Ils ne veulent pas entendre de promesses mais des résultats concrets. De son côté, le ministère de tutelle affirme que certaines revendications du partenaire social sont en examen par l'exécutif.
Les syndicats de l'Education maintiennent leur position. Ils ne veulent pas entendre de promesses mais des résultats concrets. De son côté, le ministère de tutelle affirme que certaines revendications du partenaire social sont en examen par l'exécutif.
Avec la poursuite de la grève du Cnapeste tous les 2 jours par semaine et la menace de débrayage brandie par le Conseil des Lycées d'Algérie (CLA), rien n'augure actuellement de positif dans le secteur de l'Education. Les autres syndicats qui restent solidaires avec leurs camarades de lutte dans le secondaire, restent campés sur leur position, à savoir régler toutes les revendications soumises à la tutelle depuis le mois d'octobre. Selon un communiqué du Cla publié dans son site "les séances de travail organisées récemment avec les représentants du ministère n'ont pas abouti à des conclusions pratiques". Ils estiment que "l'essentiel de la plate-forme n'a pas été inséré dans l'agenda de la tutelle". La question centrale des syndicats est celle du statut particulier de l'enseignant dans les 3 paliers qui exige d'être revue et corrigée en corrélation avec l régime salarial. Un dossier qui n'a, pour l'heure, satisfait personne.
Le Cla avec l'Unpef n'ont cessé depuis ces dernières semaines de mettre la pression pour que la question du statut soit réellement engagée comme discussion préalable avec la tutelle. Ils sont rejoints par les autres syndicats pour en finir avec cette question exposée depuis des années. Or à ce propos, le ministère de l'Education a affirmé que cette question est soumise au gouvernement pour un examen plus approfondi mais sans donner une échéance pour d'éventuels pourparlers avec le partenaire social. Les autres problèmes à savoir le droit au logement, le régime indemnitaire et la promotion du personnel enseignant selon des grades nouveaux sont les axes sur lesquels le ministre a promis de les régler dans un proche avenir. Cela dit, les syndicats qui sont en contestation risquent de paralyser les écoles dés le début de l'année si leur plate-forme revendicative ne trouve pas une issue concrète.
Avec la poursuite de la grève du Cnapeste tous les 2 jours par semaine et la menace de débrayage brandie par le Conseil des Lycées d'Algérie (CLA), rien n'augure actuellement de positif dans le secteur de l'Education. Les autres syndicats qui restent solidaires avec leurs camarades de lutte dans le secondaire, restent campés sur leur position, à savoir régler toutes les revendications soumises à la tutelle depuis le mois d'octobre. Selon un communiqué du Cla publié dans son site "les séances de travail organisées récemment avec les représentants du ministère n'ont pas abouti à des conclusions pratiques". Ils estiment que "l'essentiel de la plate-forme n'a pas été inséré dans l'agenda de la tutelle". La question centrale des syndicats est celle du statut particulier de l'enseignant dans les 3 paliers qui exige d'être revue et corrigée en corrélation avec l régime salarial. Un dossier qui n'a, pour l'heure, satisfait personne.
Le Cla avec l'Unpef n'ont cessé depuis ces dernières semaines de mettre la pression pour que la question du statut soit réellement engagée comme discussion préalable avec la tutelle. Ils sont rejoints par les autres syndicats pour en finir avec cette question exposée depuis des années. Or à ce propos, le ministère de l'Education a affirmé que cette question est soumise au gouvernement pour un examen plus approfondi mais sans donner une échéance pour d'éventuels pourparlers avec le partenaire social. Les autres problèmes à savoir le droit au logement, le régime indemnitaire et la promotion du personnel enseignant selon des grades nouveaux sont les axes sur lesquels le ministre a promis de les régler dans un proche avenir. Cela dit, les syndicats qui sont en contestation risquent de paralyser les écoles dés le début de l'année si leur plate-forme revendicative ne trouve pas une issue concrète.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.