Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Zahi de Annaba
Cheikh Brahim Bey chanteur chaâbi
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 08 - 2007

Avec sa voix rauque et chaude à la fois, le chanteur Brahim Bey a été sacré le meilleur dans le style du chaâbi à Annaba.
Réputé pour sa modestie, mais aussi pour l'amour qu'il porte au chaâbi, ce personnage emblématique de la ville de Annaba a toujours été humble. Durant sa carrière, il enregistra de nombreuses cassettes et des CD-Rom dont celles d'«El Madi», «Sidi Rassek Lanjal» «Heraz» et tant d'autres. A Annaba, il est estimé de tous et à juste titre. il est très sollicité pour animer les fêtes familiales et mariages. Sa carrière fut riche et sa renommé dans le domaine du chaâbi a dépassé les frontières de la ville de Annaba réputée pour le malouf. A Alger, il a animé plusieurs fêtes et mariages et y compte beaucoup d'amis dont Didine Kharoum, Aziouz Raïs, Amar Zahi... Certains le considèrent comme le maître incontesté et incontestable du chaâbi à Annaba. Ses admirateurs annabis le suivent partout, même s'ils n'y sont pas invités. De Pont blanc à El-Mhaffeur et de la Cité des Martyrs à Kouba, ils sont là à écouter les chansonnettes de Brahim Bey, lui qui voue respect et considération au défunt cheikh Ali Mabrouk, décédé il y a quelques années. Cheikh Brahim composa plusieurs chansons reprises par d'autres amateurs dont on citera «Ya mrid Allah ychafik», «Hamret lalouane» en hommage à l'équipe de l'USM Annaba. N'étant pas sollicité par des organisateurs de festivals, qui ne doivent pas oublier que le chaâbi est un style qui a ses origines et qui reste une musique du terroir, ce chevalier de la musique chaâbie à l'échelle locale, qui se trouve malade en ce moment, doit être honoré comme il se doit et à sa juste valeur. Une valeur sûre de l'art algérien, dont les mérites ne doivent pas être limités à une réception ou une invitation. Père d'une famille nombreuse, Brahim Bey vit dans la misère avec le peu que lui rapportent les quelques fêtes qu'il anime.
Avec sa voix rauque et chaude à la fois, le chanteur Brahim Bey a été sacré le meilleur dans le style du chaâbi à Annaba.
Réputé pour sa modestie, mais aussi pour l'amour qu'il porte au chaâbi, ce personnage emblématique de la ville de Annaba a toujours été humble. Durant sa carrière, il enregistra de nombreuses cassettes et des CD-Rom dont celles d'«El Madi», «Sidi Rassek Lanjal» «Heraz» et tant d'autres. A Annaba, il est estimé de tous et à juste titre. il est très sollicité pour animer les fêtes familiales et mariages. Sa carrière fut riche et sa renommé dans le domaine du chaâbi a dépassé les frontières de la ville de Annaba réputée pour le malouf. A Alger, il a animé plusieurs fêtes et mariages et y compte beaucoup d'amis dont Didine Kharoum, Aziouz Raïs, Amar Zahi... Certains le considèrent comme le maître incontesté et incontestable du chaâbi à Annaba. Ses admirateurs annabis le suivent partout, même s'ils n'y sont pas invités. De Pont blanc à El-Mhaffeur et de la Cité des Martyrs à Kouba, ils sont là à écouter les chansonnettes de Brahim Bey, lui qui voue respect et considération au défunt cheikh Ali Mabrouk, décédé il y a quelques années. Cheikh Brahim composa plusieurs chansons reprises par d'autres amateurs dont on citera «Ya mrid Allah ychafik», «Hamret lalouane» en hommage à l'équipe de l'USM Annaba. N'étant pas sollicité par des organisateurs de festivals, qui ne doivent pas oublier que le chaâbi est un style qui a ses origines et qui reste une musique du terroir, ce chevalier de la musique chaâbie à l'échelle locale, qui se trouve malade en ce moment, doit être honoré comme il se doit et à sa juste valeur. Une valeur sûre de l'art algérien, dont les mérites ne doivent pas être limités à une réception ou une invitation. Père d'une famille nombreuse, Brahim Bey vit dans la misère avec le peu que lui rapportent les quelques fêtes qu'il anime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.