Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    La présidentielle s'emballe    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La decennie noire revisitée
Parution : «La mort de l'entomologiste» de Mohamed Balhi
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 11 - 2007

Les Editions Barzakh viennent de publier «La mort de l'entomologiste» de Mohamed Balhi. C'est la première œuvre de fiction de ce journaliste, et sa formation de sociologue n'est pas sans intérêt, pour parler du romancier qui a déjà publié Chroniques infernales, Algérie 1990-1995 (Marinoor, Alger, 1998) et «Tibhirine, l'enlèvement des moines (Dar El Farabi, Beyrouth 2002).
L'action de «La mort de l'entomologiste» se déroule au cours des années noires, au cœur de la Mitidja où les prédicateurs multipliaient des intrusions dans les lieux de cultes « contrôlés» par l'Etat et finissaient par faire fuir les imams officiels. Les faits sont mis en relation et reconstruits pour organiser la trame du roman. Noir, ce roman l'est, dans le sens où il met aux prises des personnes qui n'ont, à priori, aucune raison de se trouver mêlées à un drame qui est un signe avant-coureur de malheurs plus collectifs. Fatalité ?
Donc, premier mouvement : «Fatima se précipita vers l'extérieur. Son chemisier frôla le bananier du jardin, dont les larges feuilles vertes se mêlaient au bougainvillier. Elle lâcha le magazine, courut vers l'endroit indiqué. Elle trébucha à la vue de ce que lui montrait fébrilement le jeune homme. Le corps sans vie d'un homme âgé gisait sous le pressoir à huile, les pieds et les mains ligotés avec une corde de chanvre.» Un spécialiste trouverait là tous les éléments d'un récit christien dans un environnement agrarien et exotique avec les trois protagonistes de base. Des détails éveillent la curiosité, comme ce chemisier frôlant le bananier ; et le magazine lâché, pour dire que la dame n'est pas sans instruction. La description de l'entomologiste pourrait être «définitive» : âgé, il gisait sous un pressoir à huile. L'accroche est dans «Chantage, enlèvement, trahison ; à mesure que progresse l'enquête, des personnages se croisent, se menacent, se séduisent, maintenant le suspense jusqu'au bout. «En définitive, Mohamed Balhi nous propose ici, une sombre radiographie de l'Algérie des années 90 : ce sont les prémices du chaos qui s'annonce.» Le myrmécologiste dont l'assassinat constitue la trame de l'histoire, étudie les fourmis rouges aux derniers jours de l'automne, alors qu'il pleut et que la campagne est boueuse, ce qui ne facilite pas l'arrivée des gendarmes dans deux véhicules, pour ne constater que le décès et la déclaration de Fatima et du jeune homme Ali, engagé pour travailler à la ferme, léguée par héritage au mari de Fatima, Malek.
Malek qui va mener, par ses propres méthodes, une enquête parallèle, tandis que Fatima n'est plus dans l'action mais dans la représentation (elle est peintre et doit préparer le vernissage d'une exposition à l'Hôtel El Djezair, haut lieu de mondanités. Sur les hauteurs d'Alger, Fatima et ses amis débattent de choses «futiles» comme si leurs vies en dépendaient ; dans les orangeraies et les marchés de fruits et légumes Malek et Ali sont au contact de la boue, de la terre, des rapports marchands «vrais». C'est en se rapprochant du réel, du concret que Malek, l'enquêteur, décèle les ressorts de la violence qui s'annonce.
Parti à la recherche de Ali, disparu avec le véhicule qu'il lui avait confié, Malek se retrouve dans un hameau, abordé par un inconnu qui lui remet une lettre de Ali et lui intime l'ordre de ne pas aller plus loin. Ali demandait la somme de 50 millions de centimes «à titre de contribution ; à remettre sous huitaine .. ; Malek subirait les représailles au cas où il se plaindrait à la brigade de gendarmerie.»
C'est grâce au mandataire, à qui il vendait les produits de la ferme, que Malek retrouvera Ali qu'il récupéra et qui lui révéra qui sont les assassins de l'entomologiste. Balhi traverse les professions, comme celles qui se rencontrent dans un hôpital, pour signaler qu'ils sont des lieux d'alarme : ainsi, on évoque la diminution de médicaments et autres jetables destinés aux malades. Le lien est vite fait et, l'auteur, par petites touches, accumule les faits qui deviendront des preuves. Même une aventure amoureuse est mise sous l'éclairage de ces temps changeants et incertains. Le roman de Balhi est pessimiste ; il invite à rester vigilant et inquiet, sans alarmisme ni catastrophisme démesurés. «La mort de l'entomologiste» est un roman qui invite à tourner la page d'une période qui n'a pas fait naître une société nouvelle. De cela le romancier n'est que le témoin, impuissant.
Les Editions Barzakh viennent de publier «La mort de l'entomologiste» de Mohamed Balhi. C'est la première œuvre de fiction de ce journaliste, et sa formation de sociologue n'est pas sans intérêt, pour parler du romancier qui a déjà publié Chroniques infernales, Algérie 1990-1995 (Marinoor, Alger, 1998) et «Tibhirine, l'enlèvement des moines (Dar El Farabi, Beyrouth 2002).
L'action de «La mort de l'entomologiste» se déroule au cours des années noires, au cœur de la Mitidja où les prédicateurs multipliaient des intrusions dans les lieux de cultes « contrôlés» par l'Etat et finissaient par faire fuir les imams officiels. Les faits sont mis en relation et reconstruits pour organiser la trame du roman. Noir, ce roman l'est, dans le sens où il met aux prises des personnes qui n'ont, à priori, aucune raison de se trouver mêlées à un drame qui est un signe avant-coureur de malheurs plus collectifs. Fatalité ?
Donc, premier mouvement : «Fatima se précipita vers l'extérieur. Son chemisier frôla le bananier du jardin, dont les larges feuilles vertes se mêlaient au bougainvillier. Elle lâcha le magazine, courut vers l'endroit indiqué. Elle trébucha à la vue de ce que lui montrait fébrilement le jeune homme. Le corps sans vie d'un homme âgé gisait sous le pressoir à huile, les pieds et les mains ligotés avec une corde de chanvre.» Un spécialiste trouverait là tous les éléments d'un récit christien dans un environnement agrarien et exotique avec les trois protagonistes de base. Des détails éveillent la curiosité, comme ce chemisier frôlant le bananier ; et le magazine lâché, pour dire que la dame n'est pas sans instruction. La description de l'entomologiste pourrait être «définitive» : âgé, il gisait sous un pressoir à huile. L'accroche est dans «Chantage, enlèvement, trahison ; à mesure que progresse l'enquête, des personnages se croisent, se menacent, se séduisent, maintenant le suspense jusqu'au bout. «En définitive, Mohamed Balhi nous propose ici, une sombre radiographie de l'Algérie des années 90 : ce sont les prémices du chaos qui s'annonce.» Le myrmécologiste dont l'assassinat constitue la trame de l'histoire, étudie les fourmis rouges aux derniers jours de l'automne, alors qu'il pleut et que la campagne est boueuse, ce qui ne facilite pas l'arrivée des gendarmes dans deux véhicules, pour ne constater que le décès et la déclaration de Fatima et du jeune homme Ali, engagé pour travailler à la ferme, léguée par héritage au mari de Fatima, Malek.
Malek qui va mener, par ses propres méthodes, une enquête parallèle, tandis que Fatima n'est plus dans l'action mais dans la représentation (elle est peintre et doit préparer le vernissage d'une exposition à l'Hôtel El Djezair, haut lieu de mondanités. Sur les hauteurs d'Alger, Fatima et ses amis débattent de choses «futiles» comme si leurs vies en dépendaient ; dans les orangeraies et les marchés de fruits et légumes Malek et Ali sont au contact de la boue, de la terre, des rapports marchands «vrais». C'est en se rapprochant du réel, du concret que Malek, l'enquêteur, décèle les ressorts de la violence qui s'annonce.
Parti à la recherche de Ali, disparu avec le véhicule qu'il lui avait confié, Malek se retrouve dans un hameau, abordé par un inconnu qui lui remet une lettre de Ali et lui intime l'ordre de ne pas aller plus loin. Ali demandait la somme de 50 millions de centimes «à titre de contribution ; à remettre sous huitaine .. ; Malek subirait les représailles au cas où il se plaindrait à la brigade de gendarmerie.»
C'est grâce au mandataire, à qui il vendait les produits de la ferme, que Malek retrouvera Ali qu'il récupéra et qui lui révéra qui sont les assassins de l'entomologiste. Balhi traverse les professions, comme celles qui se rencontrent dans un hôpital, pour signaler qu'ils sont des lieux d'alarme : ainsi, on évoque la diminution de médicaments et autres jetables destinés aux malades. Le lien est vite fait et, l'auteur, par petites touches, accumule les faits qui deviendront des preuves. Même une aventure amoureuse est mise sous l'éclairage de ces temps changeants et incertains. Le roman de Balhi est pessimiste ; il invite à rester vigilant et inquiet, sans alarmisme ni catastrophisme démesurés. «La mort de l'entomologiste» est un roman qui invite à tourner la page d'une période qui n'a pas fait naître une société nouvelle. De cela le romancier n'est que le témoin, impuissant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.