Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une cause du cancer identifiée à Genève
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2007

Des chercheurs de l'Université de Genève pensent avoir identifié un élément du développement de cellules cancéreuses. La recherche a été dirigée par un professeur de biologie moléculaire, Thanos Halazonetis, à l'Université de Genève, et son équipe. Les chercheurs ont étudié la réplication de l'ADN dans un processus de cellules tout d'abord précancéreuses, puis cancéreuses. Ils ont découvert un phénomène d'arrêt et de redémarrage, alors que, dans les cellules saines, l'ADN se réplique sans interruption.
L'ADN transporte l'information génétique et est capable de se reproduire lui-même. Selon le professeur Thanos Halazonetis, lors d'une réplication anormale d'ADN, une protéine - qu'on a appelé P53 connue pour être «anti-tumeur»-, est activée. Cela empêche la cellule de se diviser.
Ainsi, la plupart des grains de beauté sur notre peau sont des lésions précancéreuses mais cette protéine en question les empêche de dégénérer en mélanomes.
Que se passe-t-il donc lorsque la protéine échoue ?
Le problème est que, parfois, la protéine P53 échoue à jouer son rôle. Dans ces cas, les cellules précancéreuses se transforment sans entrave jusqu'au stade cancéreux.
Le professeur Halazonetis et son équipe estiment qu'il faudrait multiplier les efforts et se consacrer pleinement à la recherche des moyens qui devraient empêcher ces cellules de relancer la réplication de l'ADN et de se répandre après que le processus P53 a été interrompu.
Selon ce professeur, s'ils arriveraient à empêcher la relance de la réplication, dans ce cas, les cellules cancéreuses mourraient. Selon lui, ce qui apparaît être un lien faible dans la progression des tumeurs pourrait mener au développement d'un médicament.
Un traitement pourrait ne viser que les cellules précancéreuses ou répliquant le cancer, de même que les cellules ne répliquant pas l'ADN normalement. On pourrait utiliser des cellules de moelle osseuse, qui produisent des cellules sanguines.
Actuellement, de nombreuses thérapies de cancer tuent indistinctement toutes les cellules. C'est la raison pour laquelle des effets secondaires apparaissent après le traitement, des patients perdent leurs cheveux ou souffrent d'anémie, de diarrhée ou de vomissements...
La recherche sera probablement longue (entre 15 et 30 ans) et exige un financement nécessaire, selon les estimations du professeur Thanos Halazonetisn qui est convaincu de trouver une manière de stopper spécifiquement les cellules cancéreuses, et que cela pourrait fonctionner pour la plupart des tumeurs.
Cependant, pour développer un nouveau médicament, il faut pouvoir s'appuyer sur la recherche fondamentale... Et cela prend entre cinq et dix ans d'après ce professeur. Les compagnies pharmaceutiques prennent ensuite le relais pour fabriquer les inhibiteurs chimiques, ce qui dure entre dix et vingt ans. Il faudrait alors attendre entre quinze et trente ans pour atteindre cette lumière.
Des chercheurs de l'Université de Genève pensent avoir identifié un élément du développement de cellules cancéreuses. La recherche a été dirigée par un professeur de biologie moléculaire, Thanos Halazonetis, à l'Université de Genève, et son équipe. Les chercheurs ont étudié la réplication de l'ADN dans un processus de cellules tout d'abord précancéreuses, puis cancéreuses. Ils ont découvert un phénomène d'arrêt et de redémarrage, alors que, dans les cellules saines, l'ADN se réplique sans interruption.
L'ADN transporte l'information génétique et est capable de se reproduire lui-même. Selon le professeur Thanos Halazonetis, lors d'une réplication anormale d'ADN, une protéine - qu'on a appelé P53 connue pour être «anti-tumeur»-, est activée. Cela empêche la cellule de se diviser.
Ainsi, la plupart des grains de beauté sur notre peau sont des lésions précancéreuses mais cette protéine en question les empêche de dégénérer en mélanomes.
Que se passe-t-il donc lorsque la protéine échoue ?
Le problème est que, parfois, la protéine P53 échoue à jouer son rôle. Dans ces cas, les cellules précancéreuses se transforment sans entrave jusqu'au stade cancéreux.
Le professeur Halazonetis et son équipe estiment qu'il faudrait multiplier les efforts et se consacrer pleinement à la recherche des moyens qui devraient empêcher ces cellules de relancer la réplication de l'ADN et de se répandre après que le processus P53 a été interrompu.
Selon ce professeur, s'ils arriveraient à empêcher la relance de la réplication, dans ce cas, les cellules cancéreuses mourraient. Selon lui, ce qui apparaît être un lien faible dans la progression des tumeurs pourrait mener au développement d'un médicament.
Un traitement pourrait ne viser que les cellules précancéreuses ou répliquant le cancer, de même que les cellules ne répliquant pas l'ADN normalement. On pourrait utiliser des cellules de moelle osseuse, qui produisent des cellules sanguines.
Actuellement, de nombreuses thérapies de cancer tuent indistinctement toutes les cellules. C'est la raison pour laquelle des effets secondaires apparaissent après le traitement, des patients perdent leurs cheveux ou souffrent d'anémie, de diarrhée ou de vomissements...
La recherche sera probablement longue (entre 15 et 30 ans) et exige un financement nécessaire, selon les estimations du professeur Thanos Halazonetisn qui est convaincu de trouver une manière de stopper spécifiquement les cellules cancéreuses, et que cela pourrait fonctionner pour la plupart des tumeurs.
Cependant, pour développer un nouveau médicament, il faut pouvoir s'appuyer sur la recherche fondamentale... Et cela prend entre cinq et dix ans d'après ce professeur. Les compagnies pharmaceutiques prennent ensuite le relais pour fabriquer les inhibiteurs chimiques, ce qui dure entre dix et vingt ans. Il faudrait alors attendre entre quinze et trente ans pour atteindre cette lumière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.