La Ligue arabe soutient la Palestine    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Belfodil le choix inéluctable de Belmadi !    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    CONSULTATIONS POLITIQUES : Bensalah absent!    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    EFFONDREMENT D'UN IMMEUBLE A LA CASBAH : Un enfant de 3 ans et son père tués    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    1ERE REGION MILITAIRE A BLIDA : Gaïd Salah en visite de travail aujourd'hui    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    La 26e journée de Ligue 1 toute proche d'un bilan très contesté    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    FABB-présidents des clubs    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    Vive indignation et condamnations unanimes    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Les robes noires boycottent les audiences    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Le vent du Hirak souffle sur le sport algérien    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une cause du cancer identifiée à Genève
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2007

Des chercheurs de l'Université de Genève pensent avoir identifié un élément du développement de cellules cancéreuses. La recherche a été dirigée par un professeur de biologie moléculaire, Thanos Halazonetis, à l'Université de Genève, et son équipe. Les chercheurs ont étudié la réplication de l'ADN dans un processus de cellules tout d'abord précancéreuses, puis cancéreuses. Ils ont découvert un phénomène d'arrêt et de redémarrage, alors que, dans les cellules saines, l'ADN se réplique sans interruption.
L'ADN transporte l'information génétique et est capable de se reproduire lui-même. Selon le professeur Thanos Halazonetis, lors d'une réplication anormale d'ADN, une protéine - qu'on a appelé P53 connue pour être «anti-tumeur»-, est activée. Cela empêche la cellule de se diviser.
Ainsi, la plupart des grains de beauté sur notre peau sont des lésions précancéreuses mais cette protéine en question les empêche de dégénérer en mélanomes.
Que se passe-t-il donc lorsque la protéine échoue ?
Le problème est que, parfois, la protéine P53 échoue à jouer son rôle. Dans ces cas, les cellules précancéreuses se transforment sans entrave jusqu'au stade cancéreux.
Le professeur Halazonetis et son équipe estiment qu'il faudrait multiplier les efforts et se consacrer pleinement à la recherche des moyens qui devraient empêcher ces cellules de relancer la réplication de l'ADN et de se répandre après que le processus P53 a été interrompu.
Selon ce professeur, s'ils arriveraient à empêcher la relance de la réplication, dans ce cas, les cellules cancéreuses mourraient. Selon lui, ce qui apparaît être un lien faible dans la progression des tumeurs pourrait mener au développement d'un médicament.
Un traitement pourrait ne viser que les cellules précancéreuses ou répliquant le cancer, de même que les cellules ne répliquant pas l'ADN normalement. On pourrait utiliser des cellules de moelle osseuse, qui produisent des cellules sanguines.
Actuellement, de nombreuses thérapies de cancer tuent indistinctement toutes les cellules. C'est la raison pour laquelle des effets secondaires apparaissent après le traitement, des patients perdent leurs cheveux ou souffrent d'anémie, de diarrhée ou de vomissements...
La recherche sera probablement longue (entre 15 et 30 ans) et exige un financement nécessaire, selon les estimations du professeur Thanos Halazonetisn qui est convaincu de trouver une manière de stopper spécifiquement les cellules cancéreuses, et que cela pourrait fonctionner pour la plupart des tumeurs.
Cependant, pour développer un nouveau médicament, il faut pouvoir s'appuyer sur la recherche fondamentale... Et cela prend entre cinq et dix ans d'après ce professeur. Les compagnies pharmaceutiques prennent ensuite le relais pour fabriquer les inhibiteurs chimiques, ce qui dure entre dix et vingt ans. Il faudrait alors attendre entre quinze et trente ans pour atteindre cette lumière.
Des chercheurs de l'Université de Genève pensent avoir identifié un élément du développement de cellules cancéreuses. La recherche a été dirigée par un professeur de biologie moléculaire, Thanos Halazonetis, à l'Université de Genève, et son équipe. Les chercheurs ont étudié la réplication de l'ADN dans un processus de cellules tout d'abord précancéreuses, puis cancéreuses. Ils ont découvert un phénomène d'arrêt et de redémarrage, alors que, dans les cellules saines, l'ADN se réplique sans interruption.
L'ADN transporte l'information génétique et est capable de se reproduire lui-même. Selon le professeur Thanos Halazonetis, lors d'une réplication anormale d'ADN, une protéine - qu'on a appelé P53 connue pour être «anti-tumeur»-, est activée. Cela empêche la cellule de se diviser.
Ainsi, la plupart des grains de beauté sur notre peau sont des lésions précancéreuses mais cette protéine en question les empêche de dégénérer en mélanomes.
Que se passe-t-il donc lorsque la protéine échoue ?
Le problème est que, parfois, la protéine P53 échoue à jouer son rôle. Dans ces cas, les cellules précancéreuses se transforment sans entrave jusqu'au stade cancéreux.
Le professeur Halazonetis et son équipe estiment qu'il faudrait multiplier les efforts et se consacrer pleinement à la recherche des moyens qui devraient empêcher ces cellules de relancer la réplication de l'ADN et de se répandre après que le processus P53 a été interrompu.
Selon ce professeur, s'ils arriveraient à empêcher la relance de la réplication, dans ce cas, les cellules cancéreuses mourraient. Selon lui, ce qui apparaît être un lien faible dans la progression des tumeurs pourrait mener au développement d'un médicament.
Un traitement pourrait ne viser que les cellules précancéreuses ou répliquant le cancer, de même que les cellules ne répliquant pas l'ADN normalement. On pourrait utiliser des cellules de moelle osseuse, qui produisent des cellules sanguines.
Actuellement, de nombreuses thérapies de cancer tuent indistinctement toutes les cellules. C'est la raison pour laquelle des effets secondaires apparaissent après le traitement, des patients perdent leurs cheveux ou souffrent d'anémie, de diarrhée ou de vomissements...
La recherche sera probablement longue (entre 15 et 30 ans) et exige un financement nécessaire, selon les estimations du professeur Thanos Halazonetisn qui est convaincu de trouver une manière de stopper spécifiquement les cellules cancéreuses, et que cela pourrait fonctionner pour la plupart des tumeurs.
Cependant, pour développer un nouveau médicament, il faut pouvoir s'appuyer sur la recherche fondamentale... Et cela prend entre cinq et dix ans d'après ce professeur. Les compagnies pharmaceutiques prennent ensuite le relais pour fabriquer les inhibiteurs chimiques, ce qui dure entre dix et vingt ans. Il faudrait alors attendre entre quinze et trente ans pour atteindre cette lumière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.