Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La justice ne doit pas tuer»
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2008

Le président de la CNPPDH, Me Farouk Ksentini continue avec obstination son «combat pacifique » pour l'abolition de la peine de mort. Il est revenu sur le sujet, jeudi, à l'occasion de son passage sur les ondes de la radio nationale chaîne II, et ce, à la veille de la présentation au Président de la République, du rapport de la CNPPDH relatif aux droits de l'Homme en Algérie. Catégorique, Me Ksentini soutient qu' « il faut supprimer cette peine », suggérant qu' « on peut substituer cette peine par une peine de longue durée, imprescriptible ». Le premier responsable de la CNPPDH ne change pas son opinion sur cette problématique qui soulève un débat. Pour lui, « l'Etat ne doit pas tuer, la justice ne doit pas tuer », estimant que la peine de mort est « totalement absurde » et n'a aucun aspect dissuasif sur le phénomène de la criminalité. « La peine capitale n'a jamais réduit les crimes », a-t-il avancé, exprimant son ambition de voir « l'Algérie parmi les premiers pays arabes à supprimer la peine de mort ». Ils sont quelque 200 prisonniers qui attendent dans les couloirs de la mort des prisons algériennes, selon les chiffres fournis par le président de la CNPPDH. Rappelons que depuis 1993, aucune exécution de peine de mort n'a été appliquée en Algérie. La dernière exécution en Algérie remonte à 1993. Il s'agissait de celle d'un pilote d'Air Algérie et d'un de ses complices impliqués dans l'attentat à la bombe contre l'aéroport d'Alger qui avait fait plus d'une quarantaine de morts. Mais le débat ressurgit et d'une manière récurrente en de diverses occasions. Un projet de loi portant sur l'abrogation de la peine capitale, croit-on savoir, est depuis plusieurs mois dans les tiroirs, au niveau du département de la Justice. Verra-t-il le jour ? Rien n'est moins sûr. Me Ksentini explique ce retard par « la résistance certaines parties qui sont à l'origine du blocage ».
Il n'y a pas que ces certaines parties — le président du CNPPDH ne précise pas pas lesquelles — qui sont à l'origine de ce blocage. Ils sont aussi, d'après certaines statistiques, près de 60% des algériens à être contre l'abolition de la peine de mort. Le Chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia lui-même portant alors la casquette de secrétaire général du RND, s'est prononcé, lors du 1er conseil national de son parti le RND, issu du 3ème congrès, tenu à Zéralda, contre l'abolition de la peine capitale pour certains crimes, comme le kidnapping des enfants et le viol contre cette même frange de la population. Me Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l'Homme, fervent partisan de l'abolition, avait estimé dans une de ses déclarations que « la suppression de cette sanction s'avère de plus en plus une exigence pour que l'Algérie puisse s'adapter aux standards du droit international et se libérer de toutes les contraintes ». Le président de la CNPPDH gagnera-t-il « son combat » ? En tout état de cause, le défenseur des droits humains compte inscrire son engagement dans la durée.
S. B.
Le président de la CNPPDH, Me Farouk Ksentini continue avec obstination son «combat pacifique » pour l'abolition de la peine de mort. Il est revenu sur le sujet, jeudi, à l'occasion de son passage sur les ondes de la radio nationale chaîne II, et ce, à la veille de la présentation au Président de la République, du rapport de la CNPPDH relatif aux droits de l'Homme en Algérie. Catégorique, Me Ksentini soutient qu' « il faut supprimer cette peine », suggérant qu' « on peut substituer cette peine par une peine de longue durée, imprescriptible ». Le premier responsable de la CNPPDH ne change pas son opinion sur cette problématique qui soulève un débat. Pour lui, « l'Etat ne doit pas tuer, la justice ne doit pas tuer », estimant que la peine de mort est « totalement absurde » et n'a aucun aspect dissuasif sur le phénomène de la criminalité. « La peine capitale n'a jamais réduit les crimes », a-t-il avancé, exprimant son ambition de voir « l'Algérie parmi les premiers pays arabes à supprimer la peine de mort ». Ils sont quelque 200 prisonniers qui attendent dans les couloirs de la mort des prisons algériennes, selon les chiffres fournis par le président de la CNPPDH. Rappelons que depuis 1993, aucune exécution de peine de mort n'a été appliquée en Algérie. La dernière exécution en Algérie remonte à 1993. Il s'agissait de celle d'un pilote d'Air Algérie et d'un de ses complices impliqués dans l'attentat à la bombe contre l'aéroport d'Alger qui avait fait plus d'une quarantaine de morts. Mais le débat ressurgit et d'une manière récurrente en de diverses occasions. Un projet de loi portant sur l'abrogation de la peine capitale, croit-on savoir, est depuis plusieurs mois dans les tiroirs, au niveau du département de la Justice. Verra-t-il le jour ? Rien n'est moins sûr. Me Ksentini explique ce retard par « la résistance certaines parties qui sont à l'origine du blocage ».
Il n'y a pas que ces certaines parties — le président du CNPPDH ne précise pas pas lesquelles — qui sont à l'origine de ce blocage. Ils sont aussi, d'après certaines statistiques, près de 60% des algériens à être contre l'abolition de la peine de mort. Le Chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia lui-même portant alors la casquette de secrétaire général du RND, s'est prononcé, lors du 1er conseil national de son parti le RND, issu du 3ème congrès, tenu à Zéralda, contre l'abolition de la peine capitale pour certains crimes, comme le kidnapping des enfants et le viol contre cette même frange de la population. Me Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l'Homme, fervent partisan de l'abolition, avait estimé dans une de ses déclarations que « la suppression de cette sanction s'avère de plus en plus une exigence pour que l'Algérie puisse s'adapter aux standards du droit international et se libérer de toutes les contraintes ». Le président de la CNPPDH gagnera-t-il « son combat » ? En tout état de cause, le défenseur des droits humains compte inscrire son engagement dans la durée.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.