Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adieu Dadda Ammar !
Ammar Negadi, doyen du MCA, inhumé à Merouana :
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 12 - 2008

C‘est dans une atmosphère pleine d‘émotion et de tristesse qu‘a eu lieu jeudi dernier à Merouana la cérémonie d‘enterrement d‘Ammar Negadi, le doyen du Mouvement culturel amazigh dans les Aurès.
Dès les premières heures de la journée, les rues de cette ville connurent un mouvement inhabituel. De nombreux citoyens affluaient en effet de partout et pressaient le pas pour aller rejoindre l‘ancienne mosquée de la ville où auront lieu les cérémonies funéraires. Une foule nombreuse s‘est constituée, ainsi, devant la mosquée attendant l‘arrivée du cortège funéraire. En plus des habitants de Merouana, des centaines de citoyens venus des quatre coins des Aurès ont tenu, par leur présence, à rendre hommage au grand militant que fut Dadda Ammar. Bravant le froid et la neige, ils sont venus, en effet, de toutes parts, de Khenchela, de Batna, de Biskra, d‘Oum-El-Bouaghi et même d‘Alger pour accompagner le défunt à sa dernière demeure. On pouvait remarquer, entre autres citoyens, les animateurs du MCA, les responsables du mouvement citoyen dans les Aurès, les présidents d‘associations culturelles amazighes et des centaines de citoyens anonymes qui ne connaissaient même pas le défunt mais qui vouaient beaucoup de respect et d‘admiration pour celui qui a frayé le chemin au mouvement culturel amazigh dans les Aurès. Salim Yezza, figure de proue du mouvement citoyen, était très ému, retenant difficilement ses larmes. "Je ne le connaissais pas personnellement, nous dit-il, mais Dadda Ammar représentait, pour nous et pour notre génération un monument incarnant le combat millénaire des Auressiens contre le déni identitaire". Prenant la parole à cette occasion, Saci Abdi, un autre militant très connu dans la région, a retracé la vie du regretté en invoquant ses grandes qualités humaines et surtout son combat pour la reconnaissance de l‘identité de son peuple. "Aujourd‘hui, c‘est l‘une des étoiles qui s‘est éteinte dans le ciel ténébreux auressien", dit-il à une assistance médusée qui n‘en revenait pas de la disparition du fils de Bellezma.Les nombreux jeunes militants qui semblaient s‘en vouloir de ne pas avoir connu Dadda Ammar de son vivant, avaient du mal à quitter le cimetière. Ainsi et pour contenir l‘émotion de ces jeunes, il a été décidé d‘organiser mardi prochain un autre cérémonie pour rendre un hommage à la hauteur de celui qui a, rappelons-le, conçu pour la première fois le calendrier berbère. Un seul message se lit sur tous les visages des militants présents en force ce jeudi à Merouana : "Repose en paix Dadda Ammar, on ne t‘oubliera jamais". S. G.
C‘est dans une atmosphère pleine d‘émotion et de tristesse qu‘a eu lieu jeudi dernier à Merouana la cérémonie d‘enterrement d‘Ammar Negadi, le doyen du Mouvement culturel amazigh dans les Aurès.
Dès les premières heures de la journée, les rues de cette ville connurent un mouvement inhabituel. De nombreux citoyens affluaient en effet de partout et pressaient le pas pour aller rejoindre l‘ancienne mosquée de la ville où auront lieu les cérémonies funéraires. Une foule nombreuse s‘est constituée, ainsi, devant la mosquée attendant l‘arrivée du cortège funéraire. En plus des habitants de Merouana, des centaines de citoyens venus des quatre coins des Aurès ont tenu, par leur présence, à rendre hommage au grand militant que fut Dadda Ammar. Bravant le froid et la neige, ils sont venus, en effet, de toutes parts, de Khenchela, de Batna, de Biskra, d‘Oum-El-Bouaghi et même d‘Alger pour accompagner le défunt à sa dernière demeure. On pouvait remarquer, entre autres citoyens, les animateurs du MCA, les responsables du mouvement citoyen dans les Aurès, les présidents d‘associations culturelles amazighes et des centaines de citoyens anonymes qui ne connaissaient même pas le défunt mais qui vouaient beaucoup de respect et d‘admiration pour celui qui a frayé le chemin au mouvement culturel amazigh dans les Aurès. Salim Yezza, figure de proue du mouvement citoyen, était très ému, retenant difficilement ses larmes. "Je ne le connaissais pas personnellement, nous dit-il, mais Dadda Ammar représentait, pour nous et pour notre génération un monument incarnant le combat millénaire des Auressiens contre le déni identitaire". Prenant la parole à cette occasion, Saci Abdi, un autre militant très connu dans la région, a retracé la vie du regretté en invoquant ses grandes qualités humaines et surtout son combat pour la reconnaissance de l‘identité de son peuple. "Aujourd‘hui, c‘est l‘une des étoiles qui s‘est éteinte dans le ciel ténébreux auressien", dit-il à une assistance médusée qui n‘en revenait pas de la disparition du fils de Bellezma.Les nombreux jeunes militants qui semblaient s‘en vouloir de ne pas avoir connu Dadda Ammar de son vivant, avaient du mal à quitter le cimetière. Ainsi et pour contenir l‘émotion de ces jeunes, il a été décidé d‘organiser mardi prochain un autre cérémonie pour rendre un hommage à la hauteur de celui qui a, rappelons-le, conçu pour la première fois le calendrier berbère. Un seul message se lit sur tous les visages des militants présents en force ce jeudi à Merouana : "Repose en paix Dadda Ammar, on ne t‘oubliera jamais". S. G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.