Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'«écrivain débutant» au «cinéaste novice»
Court-métrage de Mohamed-Cherif Zerguine
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 04 - 2009

«Le tournage d'un court-métrage intitulé «Mon nom hantait mes nuits» a débuté à Constantine», annonce le scénariste et réalisateur de cette nouvelle production, Mohamed-Cherif Zerguine. Ce dernier, enfant abandonné à sa naissance en 1953 à Constantine, a élaboré le scénario de ce court-métrage à partir de son livre, paru en mars dernier sous le titre «Pupille de l'Etat, la peur de l'inconnu». Le film sera l'émanation d'un des chapitres de l'ouvrage consacré à «la découverte du statut d'enfant sans parents et aux blessures profondes qui en ont découlé», déclare Zerguine. Des blessures nourries, dit-il, par la «hantise» du nom de famille et de la soudaine découverte du vrai prénom, d'où le titre choisi pour le film. «Mon nom hantait mes nuits» relate, notamment, la souffrance de l'auteur quand il découvre à 7 ans son abandon et raconte son cheminement dans la vie, ses angoisses, ses luttes et sa victoire sur le sort promis par la condition de pupille de l'Etat. La volonté d'aller à la recherche des racines et de la mère est née d'un déclic opéré lors du retour de Mohamed-Cherif Zerguine à Constantine, à l'âge de 20 ans, en 1984. Il souligne qu'un quart de siècle a été consacré à cette recherche qu'il estime «fructueuse», même s'il n'eut pas la chance de retrouver sa génitrice, car, en quête de ses racines, il parvint à rencontrer une partie de lui-même à travers l'hôpital où il a vu le jour et le quartier où il a grandi. Cela lui a sans doute servi à s'appuyer sur quelques unes des étapes de sa vie d'enfant pour mieux baliser son avenir, même si les escales de sa vie de gosse sont confuses et incertaines car enfouies dans les vagues souvenirs qu'un homme peut garder des premières années de sa vie. Mohamed-Cherif Zerguine souligne ne garder aucune rancœur et pardonne volontiers aussi bien à sa mère «âgée de 23 ans lorsqu'elle (l'a) mis au monde» qu'à son père qui lui a «légué l'héritage génétique qui en fait un homme équilibré», amoureux de l'art et doté d'autres talents qui s'ajoutent à ceux «d'écrivain débutant» et de «cinéaste novice», comme il se décrit lui-même. Auteur-compositeur, chanteur, membre de la Sacem (France) depuis 1982, il eut à exprimer, tout au long de son long séjour de l'autre côté de la Méditerranée, ses souffrances au moyen de la chanson. Il prévoit aussi d'animer, dès le 30 avril prochain, autour du thème de la condition de pupille de l'Etat, un cycle de conférences à Constantine, Oran et Ouargla, puis à Alger, le 1er juin, Journée internationale de l'enfant. La première conférence, qui sera organisée au palais de la culture Malek -Haddad de Constantine, sera précédée de la projection, en avant-première, du court-métrage «Mon nom hantait mes nuits», a indiqué Mohamed-Cherif Zerguine.
«Le tournage d'un court-métrage intitulé «Mon nom hantait mes nuits» a débuté à Constantine», annonce le scénariste et réalisateur de cette nouvelle production, Mohamed-Cherif Zerguine. Ce dernier, enfant abandonné à sa naissance en 1953 à Constantine, a élaboré le scénario de ce court-métrage à partir de son livre, paru en mars dernier sous le titre «Pupille de l'Etat, la peur de l'inconnu». Le film sera l'émanation d'un des chapitres de l'ouvrage consacré à «la découverte du statut d'enfant sans parents et aux blessures profondes qui en ont découlé», déclare Zerguine. Des blessures nourries, dit-il, par la «hantise» du nom de famille et de la soudaine découverte du vrai prénom, d'où le titre choisi pour le film. «Mon nom hantait mes nuits» relate, notamment, la souffrance de l'auteur quand il découvre à 7 ans son abandon et raconte son cheminement dans la vie, ses angoisses, ses luttes et sa victoire sur le sort promis par la condition de pupille de l'Etat. La volonté d'aller à la recherche des racines et de la mère est née d'un déclic opéré lors du retour de Mohamed-Cherif Zerguine à Constantine, à l'âge de 20 ans, en 1984. Il souligne qu'un quart de siècle a été consacré à cette recherche qu'il estime «fructueuse», même s'il n'eut pas la chance de retrouver sa génitrice, car, en quête de ses racines, il parvint à rencontrer une partie de lui-même à travers l'hôpital où il a vu le jour et le quartier où il a grandi. Cela lui a sans doute servi à s'appuyer sur quelques unes des étapes de sa vie d'enfant pour mieux baliser son avenir, même si les escales de sa vie de gosse sont confuses et incertaines car enfouies dans les vagues souvenirs qu'un homme peut garder des premières années de sa vie. Mohamed-Cherif Zerguine souligne ne garder aucune rancœur et pardonne volontiers aussi bien à sa mère «âgée de 23 ans lorsqu'elle (l'a) mis au monde» qu'à son père qui lui a «légué l'héritage génétique qui en fait un homme équilibré», amoureux de l'art et doté d'autres talents qui s'ajoutent à ceux «d'écrivain débutant» et de «cinéaste novice», comme il se décrit lui-même. Auteur-compositeur, chanteur, membre de la Sacem (France) depuis 1982, il eut à exprimer, tout au long de son long séjour de l'autre côté de la Méditerranée, ses souffrances au moyen de la chanson. Il prévoit aussi d'animer, dès le 30 avril prochain, autour du thème de la condition de pupille de l'Etat, un cycle de conférences à Constantine, Oran et Ouargla, puis à Alger, le 1er juin, Journée internationale de l'enfant. La première conférence, qui sera organisée au palais de la culture Malek -Haddad de Constantine, sera précédée de la projection, en avant-première, du court-métrage «Mon nom hantait mes nuits», a indiqué Mohamed-Cherif Zerguine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.