Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sobre graphisme et douce mélodie
Exposition plastique à Dar el Kenz
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 05 - 2009

«Regard et regard» est le titre générique de l'exposition plastique des œuvres des artistes peintres Safia Zoulid et Salah Hioun, qui égayent l'espace de la galerie Dar el Kenz. Deux tendances picturales que le visiteur est invité à découvrir et ce, jusqu'au 28 du mois en cours.
«Regard et regard» est le titre générique de l'exposition plastique des œuvres des artistes peintres Safia Zoulid et Salah Hioun, qui égayent l'espace de la galerie Dar el Kenz. Deux tendances picturales que le visiteur est invité à découvrir et ce, jusqu'au 28 du mois en cours.
Optant pour la technique mixte du marouflage, Safia Zoulid orne les cimaises de l'espace avec ses réalisations qu'elle baigne dans un univers à forte charge chromatique. Des tons pastels présentés dans la technique de l'aquarelle dévoilent la sensibilité artistique de la plasticienne, dont la recherche de l'équilibre du trait silencieux et du flot de lumière invite à la rêverie. «Hammam du dey», «Décryptage», «Tinhinane, reine du désert», «Côté rêve, côté jardin» ou «la Cité de nos ancêtres» sont entre autres compositions dont la thématique puise de l'empreinte et de l'histoire qu'elle tient à personnaliser avec des couleurs prononcées, à l'image de la Casbah. «Dans cette collection, je ramène de la texture dans mes aquarelles. La couleur suffit à elle-même pour traduire mes émotions», explique Safia Zoulid qui a rompu avec le motif voluptueux et l'émouvante beauté de ses sujets pour se tourner résolument vers une architecture plastique à consonance contemporaine. Des motifs, des signes, des graffitis et des formes humaines diaphanes tapissent harmonieusement ses subjectiles.
Dans une autre aile de la galerie, les œuvres de l'artiste Salah Hioun convient le spectateur à défiler du regard des compositions qui mettent en valeur un langage graphique et une expression de formes révélant les doux tumultes de l'enfant de Collo.
Utilisant la technique de la monogravure, l'artiste nous transporte dans le dédale de la peinture expressionniste, discrète et non moins chargée de mystères. Singulièrement charpentée, la silhouette de la femme est omniprésente dans ses tableaux. Son visage est balayé par une aura monacale, au même titre que d'autres compositions dont le trait sobre laisse émerger une atmosphère de solennité. ‘'Mémoire du temps'', ‘'Mona Lisa'', ‘'Femmes estampillées, ‘'Fenêtre sur le monde'', ‘' la Faille du crépuscule et ‘'Cascade aux nymphes'' sont autant de réalisations dont l'image métaphorique invite à une halte. Une halte qui décrypte les strates d'un temps difficilement saisissable. On y décèle dans son travail quelque esquisse de dévotion, à travers un récit pictural qu'il tient à ranger dans ‘'l'entre deux-mondes''. Il engonce ses silhouettes dans une matière pénétrée d'une triple propension : esthétique, poétique et philosophique. En clair, la peinture de Hioun, dont la vigueur de la touche se veut au service de l'intensité expressive, se résume dans la quête de traces d'un temps nourri aux sources de la mémoire.
Optant pour la technique mixte du marouflage, Safia Zoulid orne les cimaises de l'espace avec ses réalisations qu'elle baigne dans un univers à forte charge chromatique. Des tons pastels présentés dans la technique de l'aquarelle dévoilent la sensibilité artistique de la plasticienne, dont la recherche de l'équilibre du trait silencieux et du flot de lumière invite à la rêverie. «Hammam du dey», «Décryptage», «Tinhinane, reine du désert», «Côté rêve, côté jardin» ou «la Cité de nos ancêtres» sont entre autres compositions dont la thématique puise de l'empreinte et de l'histoire qu'elle tient à personnaliser avec des couleurs prononcées, à l'image de la Casbah. «Dans cette collection, je ramène de la texture dans mes aquarelles. La couleur suffit à elle-même pour traduire mes émotions», explique Safia Zoulid qui a rompu avec le motif voluptueux et l'émouvante beauté de ses sujets pour se tourner résolument vers une architecture plastique à consonance contemporaine. Des motifs, des signes, des graffitis et des formes humaines diaphanes tapissent harmonieusement ses subjectiles.
Dans une autre aile de la galerie, les œuvres de l'artiste Salah Hioun convient le spectateur à défiler du regard des compositions qui mettent en valeur un langage graphique et une expression de formes révélant les doux tumultes de l'enfant de Collo.
Utilisant la technique de la monogravure, l'artiste nous transporte dans le dédale de la peinture expressionniste, discrète et non moins chargée de mystères. Singulièrement charpentée, la silhouette de la femme est omniprésente dans ses tableaux. Son visage est balayé par une aura monacale, au même titre que d'autres compositions dont le trait sobre laisse émerger une atmosphère de solennité. ‘'Mémoire du temps'', ‘'Mona Lisa'', ‘'Femmes estampillées, ‘'Fenêtre sur le monde'', ‘' la Faille du crépuscule et ‘'Cascade aux nymphes'' sont autant de réalisations dont l'image métaphorique invite à une halte. Une halte qui décrypte les strates d'un temps difficilement saisissable. On y décèle dans son travail quelque esquisse de dévotion, à travers un récit pictural qu'il tient à ranger dans ‘'l'entre deux-mondes''. Il engonce ses silhouettes dans une matière pénétrée d'une triple propension : esthétique, poétique et philosophique. En clair, la peinture de Hioun, dont la vigueur de la touche se veut au service de l'intensité expressive, se résume dans la quête de traces d'un temps nourri aux sources de la mémoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.