Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des tons doux et harmonieux dans un univers de mystère
Hommage au plasticien Salah Hioun au musée de la miniature
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 11 - 2009

Le musée de la miniature et de la calligraphie arabe à Alger a rendu jeudi passé à 17 h au palais Mustapha-Pacha un vibrant hommage au plasticien Salah Hioun. Cet artiste peintre et graveur au parcours inégalable est né le 12 février 1936 à Collo. Sa notoriété chez nous s'est établie depuis des décennies. Son œuvre est, dès la première heure, marquée par son originalité et son indépendance par rapport aux divers mouvements qui existent dans l'art contemporain algérien. Graveur talentueux, aujourd'hui reconnu sur la scène artistique algérienne, il nous invite à travers ses œuvres à contempler un univers de mystère : univers féminin, images mythiques d'une douceur ancestrale, ses silhouettes semblent toujours appartenir à un monde irréel et magnifié. Préoccupé par le passé plurimillénaire de son peuple, il sonde le passé comme un archéologue et nous restitue à travers sa vision de créateur le résultat de sa quête. En recherche continuelle, il teste de nouvelles techniques qu'il intègre à la gravure, restituant à cet art traditionnel une dimension contemporaine : sur des produits de récupération, boîtes de conserve compressées, plaques métalliques déformées et écrasées, il applique en surimpression la gravure et les effets obtenus sont des plus inattendus. Le papier gaufré subit des déformations, se plisse et se ride prenant un aspect parcheminé, témoignant du souci de l'artiste de faire resurgir les choses du passé. A ceux qui critiquent la gravure et la qualifient de forme d'art dépassée, Salah Hioun répond : «Ce n'est pas la technique qui crée l'artiste, c'est sa capacité à expérimenter et à innover, même dans les formes d'art les plus classiques». Poursuivre le métier de graveur, animer un atelier de livres d'art dans une Algérie déchirée par les années de violence, a été un parcours difficile d'où Salah Hioun est sorti grandi. Ses œuvres sont exposées en Algérie dans les musées, dans les galeries les plus prestigieuses, chez les collectionneurs, mais ce qui importe avant tout pour l'artiste, c'est le travail de recherche. Dans ses dernières créations Salah Hioun introduit la couleur, dans des tons doux et harmonieux à l'image de son propos. Son œuvre devient ainsi les reflets de ses sentiments et de ses interrogations : comment savoir regarder et restituer la beauté existentielle de l'univers partout où elle est oubliée ? Ses personnages, qui semblent empreints de nostalgie, portent en eux la douleur silencieuse du déni et restent, malgré tout, beaux et dignes.
Le musée de la miniature et de la calligraphie arabe à Alger a rendu jeudi passé à 17 h au palais Mustapha-Pacha un vibrant hommage au plasticien Salah Hioun. Cet artiste peintre et graveur au parcours inégalable est né le 12 février 1936 à Collo. Sa notoriété chez nous s'est établie depuis des décennies. Son œuvre est, dès la première heure, marquée par son originalité et son indépendance par rapport aux divers mouvements qui existent dans l'art contemporain algérien. Graveur talentueux, aujourd'hui reconnu sur la scène artistique algérienne, il nous invite à travers ses œuvres à contempler un univers de mystère : univers féminin, images mythiques d'une douceur ancestrale, ses silhouettes semblent toujours appartenir à un monde irréel et magnifié. Préoccupé par le passé plurimillénaire de son peuple, il sonde le passé comme un archéologue et nous restitue à travers sa vision de créateur le résultat de sa quête. En recherche continuelle, il teste de nouvelles techniques qu'il intègre à la gravure, restituant à cet art traditionnel une dimension contemporaine : sur des produits de récupération, boîtes de conserve compressées, plaques métalliques déformées et écrasées, il applique en surimpression la gravure et les effets obtenus sont des plus inattendus. Le papier gaufré subit des déformations, se plisse et se ride prenant un aspect parcheminé, témoignant du souci de l'artiste de faire resurgir les choses du passé. A ceux qui critiquent la gravure et la qualifient de forme d'art dépassée, Salah Hioun répond : «Ce n'est pas la technique qui crée l'artiste, c'est sa capacité à expérimenter et à innover, même dans les formes d'art les plus classiques». Poursuivre le métier de graveur, animer un atelier de livres d'art dans une Algérie déchirée par les années de violence, a été un parcours difficile d'où Salah Hioun est sorti grandi. Ses œuvres sont exposées en Algérie dans les musées, dans les galeries les plus prestigieuses, chez les collectionneurs, mais ce qui importe avant tout pour l'artiste, c'est le travail de recherche. Dans ses dernières créations Salah Hioun introduit la couleur, dans des tons doux et harmonieux à l'image de son propos. Son œuvre devient ainsi les reflets de ses sentiments et de ses interrogations : comment savoir regarder et restituer la beauté existentielle de l'univers partout où elle est oubliée ? Ses personnages, qui semblent empreints de nostalgie, portent en eux la douleur silencieuse du déni et restent, malgré tout, beaux et dignes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.