Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rythme et vibration
Hommage à l'artiste Salah Hioun
Publié dans Le Temps d'Algérie le 28 - 11 - 2009

Un hommage a été rendu lundi 23 novembre à l'artiste peintre Salah Hioun au Musée national de l'enluminure, de la miniature et de la calligraphie arabe. La ministre de la Culture, Khalida Toumi, a inauguré à cette occasion une exposition. Un ouvrage sur la vie et l'œuvre de l'artiste a été réalisé par le ministère de la Culture.
Salah Hioun est un artiste infatigable battant sur plusieurs fronts dans l'art pictural. On retrouve dans ses gravures des personnages aux regards troublants. Figés dans le mouvement, solitaires ou en groupe, leur immobilité leur confère une présence, une proximité, une identité étrangement familière. Un peuple d'être chauves, d'encre ou de terre, émouvants et déroutants.
Dans sa peinture à l'huile, des fragments de lumière jaillissent de l'obscurité, semblent flotter dans le vide puis disparaissent fugitivement, dessinant une calligraphie mystérieuse, comme un tableau gestuel en perpétuel mouvement. Ici, les spectateurs sont invités à s'immerger dans des œuvres à l'allure de microcosmes.
Ces tableaux créent véritablement des mondes poétiques en suspension, des espaces d'ouverture à l'imaginaire, des bulles méditatives. Elles aiguisent la perception sensitive et stimulent l'imaginaire de chacun des visiteurs, laissant le champ libre à la vision poétique de chacun.
Un nouveau langage
Loin d'être inerte ou statique, toute matière est un événement, une danse animée dans son apparente immobilité, une vibration, un rythme. Patient, minutieux, répétitif et commandé par un système prédéfini, le geste libéré de la responsabilité créatrice semble réclamer de nouveaux outils d'analyse, que pourrait induire sa ressemblance avec le geste de l'ouvrier.
Ces travaux font partie d'un processus d'interrogation, en éliminant ou en condensant la profondeur spatiale afin de créer un nouveau langage, ou plutôt différents dialectes, relatifs à la gravure et la lithographie. Comme les dessins de paysage. En plongeant au travers de ces «interstices», les ombres qu'ils produisent perpétuent le processus du dessin, instable et continu ; ils déjouent le regard et s'évadent hors champ tout en générant des sensations variables ; ils existent comme une vision nomade.
Dans ses dernières créations, Salah Hioun introduit la couleur, dans des tons doux et harmonieux à l'image de son propos. Son œuvre devient ainsi reflets de ses sentiments et de ses interrogations. Salah Hioun est né le 12 février 1936 à Collo en Algérie. Il a fait des études d'art libre à Limoges et Paris, puis des études artistiques à l'Ecole des beaux-arts d'Alger.
En regardant les dessins, nous éprouvons une essence insaisissable d'un processus continu de dégradation assimilant la mémoire historique et l'expérience subjective. Comme dans le camouflage, le camouflage non seulement au sens physique, mais aussi au sens culturel, les distinctions entre les phénomènes réels et ce qu'ils semblent être sont floues. Ces dessins, qu'ils soient sombres ou immaculés, oscillent dans un état d'anxiété entre la perte imminente et le désir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.