FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    PRODUCTION D'AGRUMES : Près de 40.000 quintaux d'oranges récoltés    EXPLOITE DE MANIERE SCANDALEUSE EN FRANCE : Le médecin algérien payé ‘'à moitié prix''    LE FLN ET LE RND SE LIVRE UNE RUDE BATAILLE : La campagne des sénatoriales bat son plein à Oran    INTERDICTION DU NIQAB : Les Zaouïas appellent à une interdiction totale    LES NEGOCIATIONS ABOUTISSENT A DE "BONS RESULTATS" : Une zone de libre-échange africaine dans 10 ans    TIARET : Un homme et une femme écroués pour charlatanisme    AIN TEMOUCHENT : 07 harraga portés disparus en mer    ORAN : Un jeune arrêté pour chantage sur facebook    L'art de la confusion.    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Léo Rojas, nous y étions !    Kamel Messaoudi : Le chanteur qui a osé    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Œuvres de Si Lmouhoub Ou Lahbib
Un exemple de conservation traditionnelle
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 12 - 2009

L'œuvre la plus importante réalisée par si Lmouhoub Ou Lahbib, est la constitution d'un fonds de manuscrits le plus important dans la Kabylie, au XIXème siècle, dans une des périodes les plus difficiles de l'histoire de notre pays.
La bibliothèque de Cheikh Lmouhoub Ou Lahbib, comprenait au 19ème siècle environ mille manuscrits, elle a été incendiée en 1957 par l'armée coloniale. Parqué avec son fils Zerruk, dans un camp, son héritier el-Mahdi (et son fils Zerruq ) demanda à sa bru «de sauver ses livres» Zehira transporta alors les manuscrits sur son dos et alla les enterrer. Ce n'est qu'après l'Indépendance que la bibliothèque a été mise dans des coffres en bois. En 1985 l'un de son héritier (qui est le responsable actuel du fonds) a rassemblé toute la collection éparpillée entre les membres de la famille. Aujourd'hui elle est mise à la disposition des scientifiques et chercheurs du monde entier, malgré le fait qu'elle n'a bénéficié d'aucune aide, ni prise en charge. Tala Uzrar, sud-est de la Kabylie, commune de Aïn Legradj, Daïra de Beni Ouertilane. Il y a de cela plus de 160 ans, le jeune Lmuhub après plusieurs années d'absence ininterrompue passées à la prestigieuse Tima`mart de Cheikh al-Haddad, et Timmamert de Takaat, ainsi que à la Zaouia Isahnunuen y revient pour perpétuer l'action de ses ancêtres et y constituer l'un des fonds documentaires privés les plus importants du Maghreb au 19-ème siècle. De l'Andalousie à l'extrême Orient et du 9ème au 19ème siècle, la diversité‚ des origines des auteurs (et des périodes de rédaction des ouvrages) est un bon indicateur de l'étendue des connaissances qui étaient alors à la disposition des érudits. Par ailleurs, les écrits des auteurs de Kabylie permettent d'avoir une idée précise du niveau intellectuel de l'époque.
Source : Mechehed
Qui est Si Lmouhoub Ou Lahbib ?
Son nom intégral : Mohamed lmuhub ben lbachir Ben Tayeb Ben Ali Ben Ahmed Ben Zarruk (le reste de son mausolée à Tala Ouzrar encore visible).
Il s'est marié avec Yamina bent l'Hachemi de Buhamza, Si Zaruk Mechehed arrière-petit-fils de Ou Lmouhoub Ou Lahbib garde toujours des liens avec la famille de si l'Hachemi de Bouhamza.
Si Lmouhoub a eu un seul garçon, il s'agit d'Arzki. Après plusieurs années d'études à la zawiyya de cheikh al-Haddad, à Takaat (Sedduq), à Isahnunen, Lmuhub né en 1822 va obtenir le titre de cheikh et sera nommé muphti dans la région de Beni Ourtilane. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages (notamment en fiqh, philosophie, droit, science de la nature, médecine, science des héritages), il a entretenu une importante correspondance avec plusieurs personnalités religieuses (cheikhs de zawiyya, imams de village, cadi,...) extérieures à la Kabylie. Fait prisonnier lors de la révolte d'Al Mokrani, il sera placé en résidence surveillée.
La plupart des familles de lettrés étaient d'origine maraboutique. Elles étaient associées aux travaux d'organisation de la justice musulmane. Les plus connues sont celles qui ont plus ou moins été intégré dans l'administration coloniale, qui ont fait un pèlerinage à la Mecque et dont les enfants ont pour la plupart fait des études dans les grandes Universités (Qarawiyine à Fès, Zitouna à Tunis et al-Azhar au Caire)
Les membres de la famille propriétaire de la Khizana, n'ont pas été formés à l'extérieur. Par ailleurs, ils n'ont pas été intégrés dans l'administration coloniale.
La famille Ulahbib Ben Lahbib , le nom que portait si Lmuhub Ulahbib (Mechehed pour l'état civil français du chef-lieu, habite le petit village familial de Tala Uzrar. La piste qui y même ne permet pas d'y accéder par véhicule en temps de pluie), situé à une vingtaine de kilomètres de Beni-Ourtilane. Les ruines romaines situées à la sortie du village La'zib prouvent l'ancienneté de la présence humaine dans cette région. La famille avait des activités agricoles et commerciales propres aux paysans de l'époque.
Cette famille maraboutique a eu deux walis (saints), l'un a son mausolée situé à Resfa, et l'autre au village Tala Uzrar, et plusieurs imams.
En tout état de cause, le célèbre savant al-Wartilani écrit bien dans sa rihla , son recit de voyage, que la famille Ulahbib possède plusieurs ulémas. Parmi eux, Yahia, Sa'id et Aïssa.
Source : Mechehed
La collection
Les disciplines représentées de la collection
1. Histoire et bio-bibliographie
2. Science du calcul
3. Algèbre et géométrie
4. Science des héritages
5. Astronomie
6. Astrologie (sciences occultes : (divination, jadawil (carrées magiques), palomancie, rahsodomancie (al qur ‘),
7. Transactions
8. Fiqh (Jurisprudence, Droit) 9. Médecine et Science de la nature 10. Disciplines Linguistiques
11. Littérature et poésie
12. Philosophie
13. Tacwf (Mysticisme) 14. Mantiq (Logique)
15. Hadith (Tradition)
16. Tefsir (Commentaire du Coran) 17. Kalam, Aqida et Usul
18. Divers (Ouvrages à caractère pratique)
19. Correspondances
20. Actes (Notariés , réconciliation)
21. Actes de reconnaissances
22. Copies du Coran
23. Khut'b (prêches)
25. Documents Imprimés : bulletins de votes, ouvrages divers
Source : Mechehed
L'œuvre la plus importante réalisée par si Lmouhoub Ou Lahbib, est la constitution d'un fonds de manuscrits le plus important dans la Kabylie, au XIXème siècle, dans une des périodes les plus difficiles de l'histoire de notre pays.
La bibliothèque de Cheikh Lmouhoub Ou Lahbib, comprenait au 19ème siècle environ mille manuscrits, elle a été incendiée en 1957 par l'armée coloniale. Parqué avec son fils Zerruk, dans un camp, son héritier el-Mahdi (et son fils Zerruq ) demanda à sa bru «de sauver ses livres» Zehira transporta alors les manuscrits sur son dos et alla les enterrer. Ce n'est qu'après l'Indépendance que la bibliothèque a été mise dans des coffres en bois. En 1985 l'un de son héritier (qui est le responsable actuel du fonds) a rassemblé toute la collection éparpillée entre les membres de la famille. Aujourd'hui elle est mise à la disposition des scientifiques et chercheurs du monde entier, malgré le fait qu'elle n'a bénéficié d'aucune aide, ni prise en charge. Tala Uzrar, sud-est de la Kabylie, commune de Aïn Legradj, Daïra de Beni Ouertilane. Il y a de cela plus de 160 ans, le jeune Lmuhub après plusieurs années d'absence ininterrompue passées à la prestigieuse Tima`mart de Cheikh al-Haddad, et Timmamert de Takaat, ainsi que à la Zaouia Isahnunuen y revient pour perpétuer l'action de ses ancêtres et y constituer l'un des fonds documentaires privés les plus importants du Maghreb au 19-ème siècle. De l'Andalousie à l'extrême Orient et du 9ème au 19ème siècle, la diversité‚ des origines des auteurs (et des périodes de rédaction des ouvrages) est un bon indicateur de l'étendue des connaissances qui étaient alors à la disposition des érudits. Par ailleurs, les écrits des auteurs de Kabylie permettent d'avoir une idée précise du niveau intellectuel de l'époque.
Source : Mechehed
Qui est Si Lmouhoub Ou Lahbib ?
Son nom intégral : Mohamed lmuhub ben lbachir Ben Tayeb Ben Ali Ben Ahmed Ben Zarruk (le reste de son mausolée à Tala Ouzrar encore visible).
Il s'est marié avec Yamina bent l'Hachemi de Buhamza, Si Zaruk Mechehed arrière-petit-fils de Ou Lmouhoub Ou Lahbib garde toujours des liens avec la famille de si l'Hachemi de Bouhamza.
Si Lmouhoub a eu un seul garçon, il s'agit d'Arzki. Après plusieurs années d'études à la zawiyya de cheikh al-Haddad, à Takaat (Sedduq), à Isahnunen, Lmuhub né en 1822 va obtenir le titre de cheikh et sera nommé muphti dans la région de Beni Ourtilane. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages (notamment en fiqh, philosophie, droit, science de la nature, médecine, science des héritages), il a entretenu une importante correspondance avec plusieurs personnalités religieuses (cheikhs de zawiyya, imams de village, cadi,...) extérieures à la Kabylie. Fait prisonnier lors de la révolte d'Al Mokrani, il sera placé en résidence surveillée.
La plupart des familles de lettrés étaient d'origine maraboutique. Elles étaient associées aux travaux d'organisation de la justice musulmane. Les plus connues sont celles qui ont plus ou moins été intégré dans l'administration coloniale, qui ont fait un pèlerinage à la Mecque et dont les enfants ont pour la plupart fait des études dans les grandes Universités (Qarawiyine à Fès, Zitouna à Tunis et al-Azhar au Caire)
Les membres de la famille propriétaire de la Khizana, n'ont pas été formés à l'extérieur. Par ailleurs, ils n'ont pas été intégrés dans l'administration coloniale.
La famille Ulahbib Ben Lahbib , le nom que portait si Lmuhub Ulahbib (Mechehed pour l'état civil français du chef-lieu, habite le petit village familial de Tala Uzrar. La piste qui y même ne permet pas d'y accéder par véhicule en temps de pluie), situé à une vingtaine de kilomètres de Beni-Ourtilane. Les ruines romaines situées à la sortie du village La'zib prouvent l'ancienneté de la présence humaine dans cette région. La famille avait des activités agricoles et commerciales propres aux paysans de l'époque.
Cette famille maraboutique a eu deux walis (saints), l'un a son mausolée situé à Resfa, et l'autre au village Tala Uzrar, et plusieurs imams.
En tout état de cause, le célèbre savant al-Wartilani écrit bien dans sa rihla , son recit de voyage, que la famille Ulahbib possède plusieurs ulémas. Parmi eux, Yahia, Sa'id et Aïssa.
Source : Mechehed
La collection
Les disciplines représentées de la collection
1. Histoire et bio-bibliographie
2. Science du calcul
3. Algèbre et géométrie
4. Science des héritages
5. Astronomie
6. Astrologie (sciences occultes : (divination, jadawil (carrées magiques), palomancie, rahsodomancie (al qur ‘),
7. Transactions
8. Fiqh (Jurisprudence, Droit) 9. Médecine et Science de la nature 10. Disciplines Linguistiques
11. Littérature et poésie
12. Philosophie
13. Tacwf (Mysticisme) 14. Mantiq (Logique)
15. Hadith (Tradition)
16. Tefsir (Commentaire du Coran) 17. Kalam, Aqida et Usul
18. Divers (Ouvrages à caractère pratique)
19. Correspondances
20. Actes (Notariés , réconciliation)
21. Actes de reconnaissances
22. Copies du Coran
23. Khut'b (prêches)
25. Documents Imprimés : bulletins de votes, ouvrages divers
Source : Mechehed


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.