Coronavirus: 191 nouveaux cas, 156 guérisons et 6 décès    Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le PT fustige le gouvernement    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Huit stewards d'Air Algérie sous mandat de dépôt
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 15 - 11 - 2011


La filière malienne de la cocaïne en instruction
Huit stewards d'Air Algérie sous mandat de dépôt
El Watan, 15 novembre 2011
L'arrestation d'un steward d'Air Algérie en possession de cocaïne, à son retour de Bamako, a permis de démanteler un véritable réseau international de trafiquants de drogue.
Neuf personnes, dont huit membres du personnel navigant, ont été placées sous mandat de dépôt et trois autres sous contrôle judiciaire. Certains mis en cause dénoncent le fait que des noms de fils de personnalités, cités lors de l'enquête préliminaire, soient dissimulés…
Ce que certains qualifiaient de fait divers ou de cas isolé de trafic de drogue est en train de s'acheminer vers un vaste réseau de commerce de cocaïne avec des ramifications nationales et internationales. Selon certains avocats et familles des mis en cause, des pressions s'exercent sur quelques-uns des prévenus pour qu'ils «reviennent» sur leurs déclarations «en contrepartie d'une éventuelle mise en liberté».
Le but évident est «d'éviter une quelconque poursuite aux personnalités citées lors de l'enquête préliminaire» menée par les officiers de la police judiciaire du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) dépendant du ministère de la Défense nationale.
En fait, l'enquête a démarré début octobre dernier, à l'ambassade d'Algérie à Bamako, la capitale malienne, où des informations sur l'acheminement de cocaïne vers l'Algérie, avec la complicité de certains membres d'équipage d'Air Algérie, auraient circulé. Des renseignements recueillis auprès du personnel de l'hôtel où loge l'équipage d'Air Algérie confirment les rumeurs. Le vol Alger-Bamako est mis sous surveillance depuis déjà quelques jours. Le 12 octobre 2011, de retour de la capitale malienne, le vol atterrit à l'aéroport Houari Boumediene, à Alger.
Des officiers du DRS interpellent un des stewards. Ils découvrent sur lui plus de 200 grammes (et non 900 comme annoncé auparavant) de cocaïne dissimulée dans ses sous-vêtements. Il est tout de suite placé en garde à vue. L'enquête préliminaire aboutit à de nombreuses autres arrestations, notamment dans les rangs du personnel navigant de la compagnie aérienne. Le 16 octobre, une dizaine de personnes, dont huit stewards, un commerçant, trois policiers (dont deux officiers), sont déférées devant la justice pour «trafic international de drogue, commercialisation et consommation de drogue». L'affaire est instruite par le juge du pôle spécialisé d'Alger, qui ordonne la mise sous mandat de dépôt de neuf personnes, dont huit stewards, parmi lesquels le responsable de la section syndicale (UGTA) du personnel navigant et un chanteur très connu sur la place d'Alger, qu'aurait cité le principal mis en cause. Trois autres accusés sont maintenus sous contrôle judiciaire.
Les premiers éléments de l'instruction font état d'un présumé réseau de trafic de cocaïne qui importait de la drogue d'Espagne avec la complicité de quelques membres du personnel navigant. Cependant, il y a quelques mois, le marché espagnol a été délaissé au profit de celui de la capitale malienne où la cocaïne serait, selon certaines indiscrétions, de meilleure qualité et à moindre prix. A en croire nos interlocuteurs, la livraison de cette drogue dure se faisait dans un hôtel du centre-ville de Bamako, fréquenté par le personnel navigant d'Air Algérie.
Une fois acheminée à Alger, la cocaïne est rapidement commercialisée dans les quartiers huppés de la capitale et de l'Oranie ; les clients se comptent surtout parmi des enfants de personnalités connues. La chambre d'accusation a confirmé les décisions du juge, en dépit du fait qu'elles aient suscité les interrogations des uns et des autres. En effet, certains noms, cités comme étant de gros consommateurs, auraient «disparu» au niveau de l'instruction, alors que d'autres «ont été non seulement inculpés mais également placés en détention provisoire».
Quelques familles auraient même subi des «pressions» afin que leurs enfants reviennent sur les propos tenus devant la police judiciaire «en contrepartie d'une éventuelle mise en liberté». N'ayant pas accepté que des «personnes soient mises à l'écart des inculpations», certaines d'entre elles menacent «d'interpeller l'opinion publique en divulguant les non-dits de cette affaire». C'est dire que le juge a à traiter une lourde affaire ayant des ramifications non seulement en Algérie, avec tout le poids des interférences, mais également à l'étranger où des commissions rogatoires ne sont pas à écarter. Le magistrat est donc appelé à élucider le mystère de ce «trafic» qui, au-delà du gain colossal qu'il génère, détruit à petit feu un large pan de la jeunesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.