L'APS décidée à préserver son rôle pionnier sur la scène médiatique    Ballon d'Or 2021 : Kahn pense que Lewandowski le méritait davantage    Séance de travail Lamamra-Wang Yi à Dakar    Covid-19: la pandémie a fait au moins 5.206.370 morts dans le monde    (EXCLUSIF) Noureddine Tayebi (fondateur de "Yassir"): « ce n'était pas une mince affaire »    Le rôle pionner de l'APS dans l'accès du citoyen à l'information mis en exergue    Monoxyde de carbone : 95 décès depuis le début de l'année    Le pari perdu du FFS    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Foot/Coupe arabe Fifa-2021: Réussir notre entrée face au Soudan    Sebgag dépêché en urgence à Oran    Une bureaucratie en remplace une autre !    Plus de 200 investisseurs mis en demeure en 2021    La campagne nationale de vaccination lancée    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    Vers le dénouement de la crise ?    Les nouvelles technologies au secours de la culture    La ville de tous les possibles    Exposition sur Charles de Foucauld à Alger    Collectif des Algériens établis en France: l'ONU appelée à agir pour stopper les crimes israéliens    «L'Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l'entité sioniste»    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Le Maroc et Israël main dans la main contre l'Algérie    Les précisions du Fonds national de promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    10 000 hectares réservés à la céréaliculture à El-Ménéa    Le FLN et le RND se taillent la part du lion à l'APW    11 entraîneurs européens présents au Qatar    L'article 29 à la carte !    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    Une bonne nouvelle peut cacher un film    ACTUCULT    Compliqué pour la Saoura, jouable pour la JSK    Deuxième succès des Algériennes face à la Tunisie    ES Ben Aknoun : Farid Zemiti nouvel entraîneur    Prévue le 7 décembre: Grève annoncée à la Santé    Les rejets anarchiques prennent de l'ampleur: 720 tonnes de déchets inertes collectées en trois jours    «La faiblesse des flux Internet fausse tout»    Les spéculateurs ont la peau dure    «L'Algérie ne renoncera pas!»    Le monde vu par El Moudjahid    Une ville cruciale dans la guerre au Yémen    La riposte de l'Opep+    Un cas unique de corruption    Le dossier sahélien scruté    Assommants cachets...    Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»    Les orphelins de la vallée de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : Les mensonges mortels d'un ministre
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 29 - 06 - 2012


In http://hocineculture.blogspot.com
Ce jour, lundi 25 juin 2012 vers 12 heures 30, au centre anticancéreux.
Dialogue ahurissant entre un médecin (femme) et deux parents d'un malade.
L'un des parents remet à la praticienne des rapports d'analyses qu'elle lit avant de dire :
- Je vais vous faire une ordonnance mais il y a pénurie de médicaments. Essayez de vous débrouiller en attendant que la situation se débloque;
Le deuxième parent intervient :
- Mais le ministre Ould Abbas n'arrête pas de répéter qu'il n'y a pas de pénurie ?!
- Le ministre est un menteur, réplique sèchement le médecin.
- Vos malades peuvent donc mourir.
- Nous faisons ce que nous pouvons avec ce que nous avons.
Il n'y a qu'en période de guerre où les médecins tiennent ce langage d'impuissance contre de graves maladies qui rongent rapidement le corps humain.
En Algérie les pénuries tournantes* des médicaments et des réactifs provoquent l'interruption des traitements qui doivent être rigoureusement suivis pour être efficaces.
Ces traitements coûtent très cher.
Ils ne sont accessibles qu'aux importateurs, aux cadres des ministères, aux ministres et aux pistonnés à qui un simple coup de téléphone suffit pour obtenir une prise en charge de l'Etat à l'étranger.
Les malades algériens aux modestes et moyens revenus sont donc condamnés à mourir dans une grande souffrance et dans l'indifférence d'un ministre milliardaire dont des membres de la proche famille seraient des importateurs de… médicaments.
Quant aux médecins, pourquoi s'enferment t-ils dans la routine du petit fonctionnaire coincé par les rouages de la bureaucratie ?
Un médecin des services publics n'est pas un simple fonctionnaire.
Son travail est de sauver des vies humaines. Il est encadré par un puissant syndicat indépendant dont les actions militantes ont arrachés d'importantes concessions en matière de droit.
Pas en matière de devoir à l'égard des malades.
Or les médecins du service public ont le droit de revendiquer la destitution d'un ministre qui fait d'eux des meurtriers par “non assistance à malade en danger de mort”.
Nous nous demandons pourquoi ils n'ont pas encore engagé cette action humanitaire et civique contre un ministre qui salit leur image aux yeux des parents des malades et des citoyens ?
__________________
Hocine Mahdi
Le 26 Juin 2012
————————–
*) Les pénuries touchent les médicaments, les réactifs (disponibles dans les laboratoires du secteur privé). En ce moment les cancéreux et les tuberculeux sont exposés à la détérioration de leur santé à cause de pénuries que nie le ministre Ould Abbas. Nous nous sommes rapprochés auprès de plusieurs pharmaciens. Tous se montrent outrés par les mensonges mortels du ministre de la santé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.