Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



10.000 « indics » pour les services de sécurité en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 24 - 05 - 2013


Sana Harb
* vendredi 24 mai 2013
10.000 « indics » pour les services de sécurité en Algérie
Leur nombre a atteint les 100.000 durant la très troublée décennie 90, ils ne sont plus que 10.000 aujourd'hui et ils continuent d'être mal vus dans la société, regrette El Khabar. Ce sont les informateurs ou les « indics ».
Le mot le plus « doux » pour les désigner dans les années 90 où ils étaient particulièrement ciblés par les terroristes est celui de «gens du sens civique » rappelle le journal en évoquant des dénominations plus crues que la morale ne lui permet pas de citer. La mauvaise réputation des informateurs secrets des services de sécurité s'expliquerait aussi par le comportement « immoral » ou « imbécile » de certains d'entre eux qui utilisent leur « fonction » pour faire des dénonciations calomnieuses. Mais cependant, affirme le journal, ces informateurs fournissent des informations vitales qui permettent aux enquêteurs de combattre les terroristes et le crime organisé. Un ancien juge explique que la loi algérienne n'a pas défini l'informateur secret qui travaille avec les services secrets mais il y a eu des efforts limités de jurisprudence autour d'affaires criminelles. « Il n'y a pas de loi qui encadre le travail des informateurs secrets mais les services de sécurité, police et gendarmerie traitent avec ces informateurs en considérant que c'est un état de fait » a-t-il déclaré. Les informateurs sont de deux sortes. De vrais agents des services de sécurité qui travaillent en « sous-marin » et en civil en se mêlant à la population et en exerçant des activités civiles pour obtenir des informations. La seconde catégorie est constituée de vrais civils qui travaillent secrètement avec les services de sécurité et fournissent des informations. « Ce sont les vrais yeux de la justice et des services de sécurité mais certains... en usent pour des vengeances personnelles et fournir des informations de nature calomnieuse ».
Contrepartie matérielle
Selon un officier de police qui a souhaité garder l'anonymat, « le nombre des informateurs secrets qui fournissement régulièrement des informations aux services de sécurité n'est pas inférieur à 10.000 civils. Leur nombre s'est réduit. Dans les années 90, ils dépassaient les 100.000 ! » . Selon cet officier, le comportement des services de sécurité a changé à « 180° » au cours des 15 dernières années qui sont devenus plus « démocratiques » dans le traitement des affaires criminelles. Et cela suppose obtenir des informations « sans enfreindre le code procédure pénale qui interdit d'espionner les gens, de les torturer ou d'accéder à leur dossier administratif dans décision du juge ». Un autre policier souligne que les forces de sécurité rencontrent aujourd'hui des difficultés car dans le passé les citoyens acceptaient de collaborer mais « aujourd'hui l'informateur ne donne des informations que pour une contrepartie matérielle ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.