Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaid Salah désormais en première ligne face aux manifestants
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 06 - 04 - 2019


Par: Nidal Aloui
06 Avril 2019
Bouteflika déboulonné, le peuple reste dans la rue. Après la déchéance du président grabataire, il y avait besoin d'une démonstration pour répéter à ceux qui font mine de ne pas l'entendre quelle est la revendication de la rue. « Grande muette, ne sois pas sourde », insiste une banderole brandie dans les rues d'Alger envahie encore une fois par des centaines de milliers de manifestants unis et disciplinés.
Et quel est donc ce message qui n'arrive pas à franchir le mur érigé entre les manifestants et le pouvoir qui tient encore les manettes de la décision ? Il s'exprime sous différentes formules qui visent directement le chef de l'état-major, plus jamais en première ligne. Si l'armée est liée par les liens du sang qui irrigue la terre d'Algérie « khawa-khawa », celui qui parle en son nom n'en est pas forcément l'incarnation, proclament les manifestants à l'adresse de celui qui a été pendant 15 ans le plus fidèle protecteur de Bouteflika. L'armée, parfois stipendiée en raison de la répression des émeutes de 1988 et de son rôle pendant la décennie noire quand elle a confisqué la démocratie, est maintenant unanimement adulée.
Mais le général n'est pas l'armée. « Gaid Salah, le peuple n'est pas dupe », peut-on lire sur une pancarte en réponse à ce projet de transition contrôlée par le biais d'une application de l'article 102 de la Constitution. Cette disposition prévoit la désignation du président du Conseil de la Nation au poste de chef de l'Etat, avec pour principale mission d'organiser une élection présidentielle dans un délai maximum de 90 jours, sous le contrôle du gouvernement en place où le vice-ministre de la Défense pèse de tout le poids de l'armée. Pour les manifestants, c'est un projet disqualifié. Il y a pourtant un malentendu car le général veut croire, contre les cris entendus, que le peuple adhère à son projet de transition.
« Bouteflika est parti et vous après », « people want 3B GS out », lui dit-on encore. « Gaid, vous êtes une partie de ga3 (tous) », ce tous qui visent toutes les figures du système appelés à « dégager ». S'il fallait un rapport analogique pour être bien compris, on ne veut pas de « sissission », c'est à dire un scénario à l'égyptienne où le général Gaid Salah jouerait le rôle du maréchal Sissi.
Pour avoir sommé le président de démissionner avant la fin de son mandat et s'être fait le chantre d'une solution juridique dans le cadre d'une Constitution allègrement bafouée pendant des années, le chef de l'état-major est appelé en personne à imaginer une issue à la crise. Sauf que la Constitution sur le respect de laquelle il se montre sourcilleux cette fois-ci ne lui donne pas ce pouvoir. L'issue ne sera que politique. Et civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.