Azzedine Mihoubi nouveau SG du RND    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Un pétrolier algérien contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Un accueil triomphal aux champions d'Afrique    Savoir goûter à la vie    Equipe nationale: Une progression remarquable    Un mort et deux blessés sur le 4ème périphérique    Bouira: 49,99% le taux de réussite au baccalauréat    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Le festival de la chanson oranaise revient    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Initiative du Forum de la Société civile : Un panel pour piloter un dialogue national    Coïncidant avec la finale de la CAN : Les marches populaires dans une ambiance de stade    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    CAN-2019: En fête, l'Algérie championne d'Afrique 29 ans après    Distinction : L'Algérien Bennacer élu meilleur joueur du tournoi    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Alger: 90 établissements hôteliers réceptionnés au cours des 3 prochaines années    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    Hadj Ghermoul libéré    Quatre narcotrafiquants arrétés    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    L'onction qui trahit la manœuvre ?    Pas de représentant algérien à la CAF    Arrestation des voleurs de portables en série    Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    Téhéran évoque des "accusations délirantes"    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    sortir ...sortir ...sortir ...    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Un navet en salade    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaid Salah désormais en première ligne face aux manifestants
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 06 - 04 - 2019


Par: Nidal Aloui
06 Avril 2019
Bouteflika déboulonné, le peuple reste dans la rue. Après la déchéance du président grabataire, il y avait besoin d'une démonstration pour répéter à ceux qui font mine de ne pas l'entendre quelle est la revendication de la rue. « Grande muette, ne sois pas sourde », insiste une banderole brandie dans les rues d'Alger envahie encore une fois par des centaines de milliers de manifestants unis et disciplinés.
Et quel est donc ce message qui n'arrive pas à franchir le mur érigé entre les manifestants et le pouvoir qui tient encore les manettes de la décision ? Il s'exprime sous différentes formules qui visent directement le chef de l'état-major, plus jamais en première ligne. Si l'armée est liée par les liens du sang qui irrigue la terre d'Algérie « khawa-khawa », celui qui parle en son nom n'en est pas forcément l'incarnation, proclament les manifestants à l'adresse de celui qui a été pendant 15 ans le plus fidèle protecteur de Bouteflika. L'armée, parfois stipendiée en raison de la répression des émeutes de 1988 et de son rôle pendant la décennie noire quand elle a confisqué la démocratie, est maintenant unanimement adulée.
Mais le général n'est pas l'armée. « Gaid Salah, le peuple n'est pas dupe », peut-on lire sur une pancarte en réponse à ce projet de transition contrôlée par le biais d'une application de l'article 102 de la Constitution. Cette disposition prévoit la désignation du président du Conseil de la Nation au poste de chef de l'Etat, avec pour principale mission d'organiser une élection présidentielle dans un délai maximum de 90 jours, sous le contrôle du gouvernement en place où le vice-ministre de la Défense pèse de tout le poids de l'armée. Pour les manifestants, c'est un projet disqualifié. Il y a pourtant un malentendu car le général veut croire, contre les cris entendus, que le peuple adhère à son projet de transition.
« Bouteflika est parti et vous après », « people want 3B GS out », lui dit-on encore. « Gaid, vous êtes une partie de ga3 (tous) », ce tous qui visent toutes les figures du système appelés à « dégager ». S'il fallait un rapport analogique pour être bien compris, on ne veut pas de « sissission », c'est à dire un scénario à l'égyptienne où le général Gaid Salah jouerait le rôle du maréchal Sissi.
Pour avoir sommé le président de démissionner avant la fin de son mandat et s'être fait le chantre d'une solution juridique dans le cadre d'une Constitution allègrement bafouée pendant des années, le chef de l'état-major est appelé en personne à imaginer une issue à la crise. Sauf que la Constitution sur le respect de laquelle il se montre sourcilleux cette fois-ci ne lui donne pas ce pouvoir. L'issue ne sera que politique. Et civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.