Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise politique et crise de nerfs
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 20 - 04 - 2019


HAMID TAHRI
20 AVRIL 2019
Et voilà l'ancien président de l'APN, Ziari Abdelaziz, qui s'est toujours prévalu de l'amitié et de la proximité du président de la République démissionnaire, suggérant qu'il faut aller au-delà du carcan constitutionnel, car la crise, relève-t-il, est avant tout politique. «A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles», a-t-il martelé
Autrement dit, il faut donner du temps au temps et ne pas confondre vitesse et précipitation. Car les délais impartis pour l'organisation d'élections sérieuses sont, de toute évidence, très limités. A moins de bâcler l'opération, la course contre la montre deviendrait alors suspecte.
Comme est suspecte cette façon unilatérale de voir les choses en faisant cavalier seul envers et contre tous. Ziari a été parmi les premiers à être reçu par le chef de l'Etat, qui n'est là que par la grâce d'une Constitution triturée, malmenée et violée, mais qui reste le référent.
Une Constitution devenue intouchable qui, soudainement et subrepticement, a changé d'habit pour s'attribuer les atours d'un livre sacré. Bensalah, dans son nouveau rôle, a voulu montrer qu'il est là et bien là, sourd aux clameurs et revendications de la rue, se cramponnant à sa feuille de route, au nom d'un juridisme abscons qu'il s'entête à appliquer dans ses moindres détails.
On nous annonce que les vieilles reliques, dirigeants du système, honnis, vomis et brocardés par les manifestants seront aussi consultés. Non seulement ils ont lamentablement échoué, mais ils ont causé de graves préjudices à la communauté à laquelle ils doivent rendre des comptes. De toute manière, jamais le problème ne peut être la solution.
Tous ces malfrats et aigrefins qui ont frayé dans les eaux troubles du système sont-ils encore dignes de discuter du devenir d'un pays qu'ils ont ruiné et mis à genoux ? En plus, Bensalah a eu à diriger ce genre de conclave par le passé sans résultat probant. Aujourd'hui, on en est encore aux luttes d'appareil, alors que la raison veut que l'on soit au même niveau que le peuple. Vox populi Vox Dei, dit le vieil adage.
L'attitude digne et pacifique des millions d'Algériens, ce n'est pas seulement une émotion populaire éphémère, mais c'est le génie du peuple, doué de la faculté de dire les biens et les maux, qui se manifeste. Tout le monde se rend compte de l'ampleur du désastre, de l'argent volé et des nombreuses dérives qui ne datent pas d'hier et qui ont trouvé un terrain plus que favorable dans la non-gestion si décriée tout au long des exercices passés. Aucun contrôle. Le Président sortant a créé toutes les conditions favorables à la prédation et à la rapine.
Il a neutralisé les leviers essentiels de la bonne gouvernance. La justice aux ordres, la Cour des comptes qui n'est là que pour le décor et le Conseil économique et social, organe de contrôle et de proposition, dépourvu de ses prérogatives depuis la démission du regretté Mohamed Salah Mentouri, qui avait exigé que les bilans sombres soient portés à la connaissance de l'opinion et qui avait alerté sur les gravissimes dépassements. Le pouvoir avait fait la sourde oreille et adopté par lâcheté la posture de l'autruche.
Exaspéré et outré Mentouri, issu d'une famille révolutionnaire, haut cadre respectable et respecté, a préféré jeter l'éponge que de cautionner l'infâme, fait de forfaitures et de naufrages multiples. Le patriote sincère qu'il était, est parti empli de chagrin.
Le peuple à bout de nerfs, qui s'est soulevé et qui a encore marché hier, a voulu montrer sa disponibilité à relever les défis. La lumière peut aussi et surtout venir de la grande nation qui est la nôtre et son peuple qui est dans la conviction qu'il a son mot à dire pour construire son destin. Pour l'élaboration d'une société nouvelle, fière de son passé et épousant l'univers nouveau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.