Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»    Taleb Ibrahimi revient avec une lettre    FLN: Des députés empêchent Bouchareb de tenir une réunion    Présidence du FCE: Moncef Othmani jette l'éponge et Hassen Khelifati se retire de la course    Chlef: Pas de problème d'eau cet été    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Ce qu'aurait pu être l'Algérie post-indépendance    Ligue 1 - Titre et relégation: Qui s'en sortira indemne ?    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    MC Oran: Le Mouloudia des grands rendez-vous    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Office de promotion et de gestion immobilière-OPGI: Des dispositions pour le recouvrement de plus de 70 milliards de créances    Répartis à travers trois sites de la daïra d'Aïn El-Turck: Les travaux des projets de réalisation de 1.420 logements à l'arrêt    Les colères algériennes    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Giroud prolonge d'un an    Le GS Pétroliers et le NR Chlef en finale    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    LG partage un Iftar avec la presse nationale    Les jus de fruits mortels    C'est le Hirak permanent    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le dossier du général Hassan transmis à Blida    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Un festival du malouf et du chaâbi à Annaba    Dans le désert des Berbères...    Avant-première de Hirafi    Tizi-Ouzou : Une wilaya engagée dans la restructuration de la filière oléicole    Transition politique : Toute nouveauté appelle l'angoisse…    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Commerce : Les prix des fruits et légumes toujours en hausse    Le Hirak entre l'admiration et la peur    CAN-2019 : La présélection de l'Afrique du Sud dévoilée    Les adhérents exigent le départ de Sidi Saïd    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    Des milliers de travailleurs dans la rue à Tizi Ouzou    Pour une présidentielle dans 6 moi    Aux côtés de la Côte d'Ivoire dans la lutte;contre le terrorisme    Le procès de Kamel "El bouchi" reporté au 19 juin    Deux stages et trois amicaux pour les éléphants    Les fondements de la psychologie de l'enfant en débat    Aïn El Hammam : Le bureau de poste rouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise politique et crise de nerfs
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 20 - 04 - 2019


HAMID TAHRI
20 AVRIL 2019
Et voilà l'ancien président de l'APN, Ziari Abdelaziz, qui s'est toujours prévalu de l'amitié et de la proximité du président de la République démissionnaire, suggérant qu'il faut aller au-delà du carcan constitutionnel, car la crise, relève-t-il, est avant tout politique. «A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles», a-t-il martelé
Autrement dit, il faut donner du temps au temps et ne pas confondre vitesse et précipitation. Car les délais impartis pour l'organisation d'élections sérieuses sont, de toute évidence, très limités. A moins de bâcler l'opération, la course contre la montre deviendrait alors suspecte.
Comme est suspecte cette façon unilatérale de voir les choses en faisant cavalier seul envers et contre tous. Ziari a été parmi les premiers à être reçu par le chef de l'Etat, qui n'est là que par la grâce d'une Constitution triturée, malmenée et violée, mais qui reste le référent.
Une Constitution devenue intouchable qui, soudainement et subrepticement, a changé d'habit pour s'attribuer les atours d'un livre sacré. Bensalah, dans son nouveau rôle, a voulu montrer qu'il est là et bien là, sourd aux clameurs et revendications de la rue, se cramponnant à sa feuille de route, au nom d'un juridisme abscons qu'il s'entête à appliquer dans ses moindres détails.
On nous annonce que les vieilles reliques, dirigeants du système, honnis, vomis et brocardés par les manifestants seront aussi consultés. Non seulement ils ont lamentablement échoué, mais ils ont causé de graves préjudices à la communauté à laquelle ils doivent rendre des comptes. De toute manière, jamais le problème ne peut être la solution.
Tous ces malfrats et aigrefins qui ont frayé dans les eaux troubles du système sont-ils encore dignes de discuter du devenir d'un pays qu'ils ont ruiné et mis à genoux ? En plus, Bensalah a eu à diriger ce genre de conclave par le passé sans résultat probant. Aujourd'hui, on en est encore aux luttes d'appareil, alors que la raison veut que l'on soit au même niveau que le peuple. Vox populi Vox Dei, dit le vieil adage.
L'attitude digne et pacifique des millions d'Algériens, ce n'est pas seulement une émotion populaire éphémère, mais c'est le génie du peuple, doué de la faculté de dire les biens et les maux, qui se manifeste. Tout le monde se rend compte de l'ampleur du désastre, de l'argent volé et des nombreuses dérives qui ne datent pas d'hier et qui ont trouvé un terrain plus que favorable dans la non-gestion si décriée tout au long des exercices passés. Aucun contrôle. Le Président sortant a créé toutes les conditions favorables à la prédation et à la rapine.
Il a neutralisé les leviers essentiels de la bonne gouvernance. La justice aux ordres, la Cour des comptes qui n'est là que pour le décor et le Conseil économique et social, organe de contrôle et de proposition, dépourvu de ses prérogatives depuis la démission du regretté Mohamed Salah Mentouri, qui avait exigé que les bilans sombres soient portés à la connaissance de l'opinion et qui avait alerté sur les gravissimes dépassements. Le pouvoir avait fait la sourde oreille et adopté par lâcheté la posture de l'autruche.
Exaspéré et outré Mentouri, issu d'une famille révolutionnaire, haut cadre respectable et respecté, a préféré jeter l'éponge que de cautionner l'infâme, fait de forfaitures et de naufrages multiples. Le patriote sincère qu'il était, est parti empli de chagrin.
Le peuple à bout de nerfs, qui s'est soulevé et qui a encore marché hier, a voulu montrer sa disponibilité à relever les défis. La lumière peut aussi et surtout venir de la grande nation qui est la nôtre et son peuple qui est dans la conviction qu'il a son mot à dire pour construire son destin. Pour l'élaboration d'une société nouvelle, fière de son passé et épousant l'univers nouveau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.