LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    Secousse tellurique de 3,5 degrés à Oran: Peur panique et quelques dégâts matériels    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Grands corps «malades»    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Réveil de la classe politique    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Système ou pratiques ?    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Le Care pointe l'absence de données économiques    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 25 - 01 - 2020

L'exploitation du gaz de schiste est extrêmement compliquée. Elle repose sur l'utilisation de la technique de fracturation hydraulique « fracking » qui a très peu évolué depuis son apparition en 1940. Cette technique consiste à briser la roche de schiste enfouie sous terre en injectant,sous haute pression, des quantités phénoménales d'eau mélangée avec des substances chimiques. L'eau injectée dans les puits est mélangée avec des produits dont la composition chimique est un secret commercial (Certaines études parlent de dizaines de substances chimiques !).
Pour atteindre les roches contenant du gaz de schiste, les forages sont très profonds et ouvrent davantage les fissures préexistantes. Parfois, ces forages traversent des couches contenant des minerais radioactifs (uranium, radium). Une fois libérée, la radioactivité finit toujours par remonter à la surface et l'on ne sait pas combien de temps elle met pour se dissiper. En effet, la radioactivité en fonction de sa composition, peut mettre des heures, des mois ou des milliards d'années avant de disparaitre.
Il faut ajouter que les gisements étant généralement de très petites tailles, les sociétés d'exploitation sont amenées à forer un très grand nombre de puits pour arriver à extraire des quantités conséquentes et financièrement rentables.
LE GAZ DE SCHISTE BANNI EN EUROPE
Au début des années 2000, beaucoup de pays européens se sont lancés dans l'exploration du gaz de schiste (Pologne, France…). Face aux alertes lancées par des organisations de défense de l'environnement et de la santé publique ainsi que les fortes mobilisations populaires, les pays européens, dans leur majorité, ont décidé d'arrêter ces explorations potentiellement très risquées.
Même le gouvernement conservateur britannique, pourtant très favorable au gaz de schiste, a décidé d'arrêter les travaux d'exploration de ce gaz depuis le 02novembre 2019. Il était contraint à prendre cette décision suite au tremblement de terre qui a eu lieu en août 2019 près de Blackpool, dans le Lancashire (nord-ouest de l'Angleterre). Ce séisme était la conséquence directe des travaux d'exploration du gaz Schiste.
La Ministre chargée des entreprises et de l'énergie, Andrea Leadsom, avait expliqué avoir pris cette décision à la suite d'un rapport établi par l'organisme de régulation indépendant OGA (The Oil and Gas Authority). Ce dernier a étudié l'activité sismique récente près du site où a été pratiqué la fracturation hydraulique. Dans son moratoire, la Ministre a écrit : « Après avoir examiné le rapport de l'OGA, il est clair que nous ne pouvons pas exclure de nouvelles conséquences inacceptables pour la population locale. Pour cette raison, j'ai conclu que nous devrions instaurer un moratoire sur la fracturation hydraulique avec effet immédiat »
En Allemagne, une loi a été adoptée en mars 2015, elle rend impossible l'exploitation du gaz de schiste, tant les restrictions sont nombreuses. Tandis que la France interdit cette activité sur son sol depuis 2011.
LE GAZ DE SCHISTE AUX USA : UNE CATASTROPHE ECOLOGIQUE, SOCIALE ET SANITAIRE :
Plusieurs rapports d'organisations indépendantes tirent l'alarme depuis plusieurs années sur les conséquences de l'exploitation du gaz de schiste aux USA, particulièrement dans certains Etats : Pennsylvanie, Texas et la Louisiane. Le coût sur les plans environnementaux, sociaux et sanitaires est très élevé.
1-Sur le plan de l'environnement :
La multiplication des forages de gaz de schiste aux USA provoque des destructions massives des paysages, la pollution des eaux, la prolifération de plantes invasives, et l'émission dangereuse de méthane et autres gaz toxiques à effet de serre.
L'autre conséquence qui inquiète l'opinion américaine concerne les séismes à répétition, en 2015 en Oklahoma près de 900 tremblements de terre ont été recensés.
2-Sur le plan social et sanitaire : La pollution de l'air et des eaux souterraines engendrée par cette activité est fort probablement à l'origine d'une augmentation de pathologies respiratoires (asthme), de cancers, de naissances prématurées.
La seule solution pour de nombreuses familles touchées par l'intoxication est de vendre leurs biens à des prix dérisoires et de partir loin de leur région. Les compagnies exploitantes font tout pour taire cette situation, elles vont jusqu'à offrir des sommes alléchantes à ces familles pour garder le secret.
Cette pratique mafieuse a éclaté au grand jour suite aux révélations faites par le journal « Pittsburg Post Gazette » en août 2013. Ce journal a révélé que le couple de la famille Hallovwich avait attaqué en justice la compagnie pétrolière Range Resources affirmant que les produits chimiques utilisés par cette société pour le forage des puits près de leur ferme ont eu des conséquences sur la santé de leurs deux enfants. Cette famille qui habitait dans la région du Marcellus Shale (Pennsylvanie) s'est vue offrir une compensation de 750 000 dollars contre le silence de tous les membres de la famille jusqu'à la fin de leur vie.
Les procès contre les sociétés énergétiques sur cette question se multiplient à l'exemple de la condamnation de la société Aruba Petroleum à verser à une famille victime la somme de 2 millions de dollars de dommages sanitaires.
GAZ DE SCHISTE : TEBOUNE POURSUIT LE PROJET DE BOUTEFLIKA
Après la loi abjecte sur les hydrocarbures dictée par les grandes firmes pétrolières, le pouvoir veut poursuivre le projet d'exploitation du gaz de schiste lancé par Bouteflika en mai 2014. Ce projet a été repoussé grâce à la mobilisation de la population et notamment à la valeureuse résistance des habitants d'Aïn Salah.
C'est un nouveau cadeau que veut faire le pouvoir à ses maitres occidentaux et en même temps ouvrir de nouvelles perspectives pour de nouvelles et prometteuses opérations prédatrices.
L'équation reste toujours la même : les grandes puissances dilapident les richesses du pays et en contrepartie apporte un soutien au pouvoir et contribuent au montage et mise en place de réseaux de corruption pour lui permettre de détourner des milliards via des paradis fiscaux.
Au mois de mars 2019, des contrats avec le français Total et l'Américain Exxon Mobil étaient en cours de finalisation dans le domaine du gaz de schiste. Le Hirak n'est certainement pas étranger à la suspension de ces contrats.
Le 5ème mandat de Bouteflika était censé mettre en place un programme énergétique dont l'un des axes les plus importants est l'option gaz de schiste, c'est de toute évidence ce programme que Teboune veut relancer. Teboune et Bouteflika c'est Moussa El Hadj et El Hadj Moussa. Ce n'est certainement pas en relançant le projet gaz de schiste et en présentant « El Batata » comme un axe programmatique qu'il va convaincre les Algériens du contraire.
Les Algériennes et Algériens savent que l'extraction du gaz de schiste peut engendrer des risques sérieux sur la santé des habitants et des situations graves et irréversibles sur la nappe phréatique de l'Albien (70% sur le territoire algérien). Cette nappe est la plus grande réserve d'eau douce au monde, elle constitue un trésor inestimable pour les futurs générations et peut devenir un moteur pour le développent du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.