Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Benzema : «Et pendant ce temps-là, les chiens aboient»    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Taoufik Makhloufi: "Je suis un athlète propre"    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Foot/ Qualifications CAN-2021: programme des 3e et 4e journées    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constitution de Tebboune : à qui reviendra le dernier mot ?
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 25 - 09 - 2020

La dernière sortie du chef de l'état-major, Saïd Chengriha, met fin à toutes les supputations sur la constitution de Tebboune. En déclarant que l'ANP fera de son mieux pour garantir la réussite du référendum du 1ernovembre prochain, il coupe court aux rumeurs selon lesquelles le NON pourrait l'emporter. Donc, sans suspens, ce texte passera comme une lettre à la poste.Cela dit, peu importe le résultat du scrutin, le régime se maintiendra.
D'ailleurs, a-t-il besoin réellement de l'élection pour rester au pouvoir ? Même lorsqu'il a perdu les élections, le régime a justifié son maintien en voulant sauver la démocratie. En tout cas, bien qu'il ait perdu de la crédibilité au fil des décennies, il n'en reste pas moins que le régime tient à ces rendez-vous électoraux. C'est comme si la démocratie se limitait au vote. À vrai dire, le vote est destiné à l'opinion internationale pour prouver le respect des formes.
Envers les Algériens, les élections se suivent et se ressemblent dans leur médiocrité. Si on se limite aux textes fondamentaux, ils reflètent davantage les desiderata des dirigeants que la volonté du peuple. En effet, de 1963 à 2020, ce sont les experts –au fil des années, les fonctionnaires du régime redoublent de pusillanimité en vue de plaire à leurs maîtres – qui rédigent le texte fondamental.
Contrairement aux pays qui se respectent où la constitution est un contrat social facilitant le vivre ensemble, en Algérie, le texte fondamental accorde des pouvoirs faramineux aux hommes forts du moment en vue de tenir en laisse la société. Ils ont beau dire que le dernier mot revient au peuple, tout le monde sait que le peuple ne peut se prononcer que sur le choix des dirigeants.Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette méthode a fonctionné depuis 57 ans. Pendant cette longue période, le peuple algérien a laissé faire. Dans le fond, on peut dire qu'il n'avait pas d'autres choix. Hélas, la longue attente ne débouche sur rien du tout. À chaque augmentation de la rente pétrolière, le régime devient plus violent et plus verrouillé. On est loin des dictatures éclairées.À l'inverse de celles-ci, le régime algérien a détruit tous les espoirs et a hypothéqué toutes les chances de développement. C'est du moins la conclusion de la grande majorité du peuple algérien après les 20 ans au pouvoir de Bouteflika. Hélas, le cri de désespoir, exprimé depuis février 2019, est considéré par le régime comme une colère passagère. Malgré les 19 mois du hirak, le régime ne veut rien entendre.
Toutes ses propositions tendent à renouveler le même système en procédant à quelques toilettages. Et même lorsque le nouveau régime fait pire que son prédécesseur, il accuse le peuple de ne pas vouloir voir les avancées. C'est idem pour la constitution. Alors que la première mouture ne consacre ni la séparation ni l'identification des pouvoirs, le texte retenu, à en croire une ancienne magistrate, est encore plus pharaonique.
Pire encore, le régime prétend s'inspirer du hirak –alors que le hirak prône une rupture radicale –et il va l'adopter le jour anniversaire où les Algériens ont pris les armes pour se libérer de la domination –alors que le régime consacre la domination. Aucune dictature n'a osé aller plus loin dans l'humiliation de son peuple. Heureusement, à chaque fois que le régime tente d'humilier le peuple algérien, la réponse a été sans fard ni acrimonie. Enfin, la balle est dans son camp.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.