Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA JUSTICE ALGERIENNE AU BANC DES ACCUSES
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 13 - 01 - 2021


Abdellah CHEBBAH Jan. 2021
Voici le tableau qui s'offre aux Algériens en cette nouvelle année pandémique.
Dans un pays qui se tient debout, respectueusement, la justice est avant tout indépendante et au-dessus de toutes les institutions de l'état, des personnalités politiques et du citoyen. Or, en Algérie, elle est à la solde du plus fort et du plus offrant. Elle a toujours été entre les mains de décideurs qui s'avèrent être du corps de l'armée et de ceux qui détiennent la ‘'Chkara''. Aujourd'hui, au sein même de ceux-là des désaccords sont affichés au grand public qui n'a aucun pouvoir de décisions, ni d'avis à donner, excepté de l'ahurissement et de l'hébètement.
Les condamnations sont décidées bien avant les procès. C'est ainsi qu'a toujours fonctionné la justice dans ce pays de démocratie, ‘'militaire''.
Une bombe à déflagration vient d'exploser aux visages des juges et des procureurs de la justice Algérienne qui, normalement, devrait réfléchir et méditer sur son sort. Malheureusement pour elle, il ne s'agit plus d'enchères, ni d'ordres à exécuter, mais d'une guerre entre des clans du pouvoir opaque, aussi puissants les uns que les autres.
Un ex. premier ministre emprisonné vient d'avouer, à demi-mot, une affaire qui relève de haute trahison envers le pays où tout le régime est impliqué à différents niveaux. Il vient de faire passer un message. Se sachant cuit et foutu, il lance une perche à ses ex. patrons:
''Où vous me sauvez de cette situation ou je balance tout. Je n'ai rien à perdre.''
La justice Algérienne se retrouve à choisir entre défendre l'indéfendable ou jeter l'éponge. Les affaires sont grossières. Elles détruisent l'essence même d'une justice qui se retrouve entre le partiel et le partial. Cette justice ne sait plus comment se positionner. Il n'est plus question d'enchères ni d'obéissance aux ordres. D'une façon ou d'une autre elle ne pourra plus disposée de largesses. Elle a à maintes fois prit partie pour un clan ou un autre. Aujourd'hui elle est mise en procès. Elle ne pourra plus compter sur ses leviers de vitesse. Ils sont tous coincés. Les hommes du pouvoir se sont déclarés la guerre à mort.
Cette justice doit se prononcer sur différents gros dossiers. S'il advenait que l'ex. premier ministre balance des noms de gens bien placés au sommet du pouvoir, celle-ci doit se positionner et ainsi être condamnée par l'un ou l'autre des parties. Elle sera mise au banc des accusée pour avoir défendu l'un ou l'autre. C'est la destruction du système judiciaire qui a préféré jouer au plus malin pour tirer profit de la situation du pays.
Que ferons ces juges et ses procureurs? Démissions, évasions, suicides, peut -être?
Après avoir détruit toutes les institutions de l'état, Il ne restera plus à ces gens du pouvoir l'abandon et la remise des clés du pays au peuple. Leur obstination et leur acharnement à faire perdurer le désastre ne les mènera nulle part. Ils sont battus et condamnés par l'histoire. Ce sera la fin de plus d'un demi-siècle de tragédies, d'obscénités et de mensonges d'un pouvoir en pleine désintégration. C'est fini. Le rideau est tombé.
Une justice aux ordres, corrompue et avide n'a pas sa place dans une société libre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.