Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 04 - 03 - 2021


Abdellah CHEBBAH Jan.2021
Benjamin Stora de famille juive ancestrale Algérienne est un historien français né à Constantine, bien avant l'indépendance. Tout jeune, Il quitta l'Algérie avec ses parents en 1962, date de l'indépendance de l'Algérie, pour s'installer en France
Le premier point auquel je voudrai apporter une attention particulière :
Diligenter, dernièrement, par le président français Emmanuel MACRON pour revenir sur un passé colonial mémoriel afin de renforcer les relations franco-algériennes et réconcilier le passé et le présent, monsieur Benjamin Stora est revenu sur ce passé dont il a toujours eu l'aisance et la faciliter de consulter des archives, des documents et de côtoyer des anciens figures belligérantes qui ont pris part à cette tragédie, dont les Algériens n'ont jamais eu accès. La vision des évènements est par conséquent à sens unique. Ce qui explique la réticence des Algériens à y vraiment participer.
Les Algériens dans leur grande majorité ont leur propre histoire. Ils se rappellent surtout des atrocités et des massacres perpétrés par la France coloniale. Dans chaque famille Algérienne il y avait eu des morts. La mémoire est dans chaque maison. Aucune archive n'a été transmise ni remise aux Algériens pour connaître réellement l'histoire de leur pays et ainsi pouvoir revenir sur ce mémoriel, à juste titre.
Le deuxième point auquel j'attache une très grande importance :
Ce rapport s'adresse beaucoup plus aux Français qu'aux Algériens. Il est question, subtilement, sous-entendant relater l'histoire coloniale de l'Algérie aux jeunes Français, de transmettre un message haut et fort à la métropole et au monde entier que l'Algérie est encore une colonie française dont les ressources sont leurs propriétés. Sinon, comment expliquer et comprendre les résidences, les biens immobiliers et les comptes bancaires de dirigeants Algériens sur le sol français ? La plupart trouvent refuge et exil en France en fin de carrière.
Comment expliquer que des projets tel que celui de l'énergie solaire qui illuminerait toute l'Europe soit refusé par la France qui compte garder ses centrales nucléaires en dilapidant l'uranium du Mali, au détriment des intérêts Algériens ? Comment expliquer que la compagnie ‘'Total'' possède 50% des parts du marché pétrolier Algérien? Cette colonisation économique insistante continue à coloniser nos mémoires. Il s'agit donc de perpétuer la mémoire coloniale. La France coloniale doit toujours rester dans la mémoire de chaque Algérien. Voilà le but, inscrire la continuité coloniale.
Le troisième point plus direct :
La France est l'un des seuls pays démocratiques au monde qui soutient encore des dictatures par sa présence morale. Pourquoi des officiels et des présidents français se déplacent-ils en Algérie pour dicter leurs lois et nous donner des leçons de politique et féliciter nos dirigeants de leurs démarches politiques de résilience?
On ne tisse pas des relations ni bâtit des passerelles avec des dictatures militaires si ce n'est voulu et profitable pour la France.
Le quatrième point, aussi incompréhensible et arrogant:
Pourquoi la France refuse t-elle de présenter des excuses et de se repentir de cette colonisation sauvage? Comment peut-elle exiger de la Turquie des excuses pour ses crimes contre les Arméniens? La situation est cornélienne.
De 1830 à 1962, il y aurait à peu près 8 millions d'Algériens tués par la France. Peut-on appelez ça une shoa? L' Allemagne Nazis en a bien tué autant et présenter des excuses et des dédommagements dont tout le monde occidental en paie le prix aujourd'hui, en sacrifiant tout un autre peuple.
On ne peut écrire l'histoire que si elle est justement relatée.
Le cinquième point et non des moindres, les ‘'pourquois'':
Pourrait-on dire un jour aux Algériens, pourquoi la France a réellement débarqué en 1830 en Algérie?
Pourrait-on leur dire, pourquoi s'est-elle acharner à exproprier les Algériens de leurs terres?
Pourquoi est-elle restée 132 ans?
Pourquoi avoir utilisé la violence?
Pourquoi un génocide?
Pourquoi des enfumades sur des paysans malheureux et miséreux?
Pourquoi des essais nucléaires sur un territoire qui ne lui appartient pas ou se trouvent des populations?
Est-ce de la rancune ou de la rancœur sur une guerre perdue en Indochine?
La France, puissance mondiale, ne demandera jamais d'excuses, ni de repentirs. Elle attend et souhaite que les Algériens lui pardonnent ses crimes.
Nous devons nous aussi, un jour, écrire l'histoire que nous enseignerons à l'école à nos enfants. Devrons-nous leur dire la vérité ou alors leur éviter de porter un lourd fardeau historique qui a mal commencé et mal fini?
Il a fallu des années à la France pour reconnaître qu'il y a eu une guerre d'Algérie. Il a fallu des années aussi pour reconnaître que c'était un crime contre l'humanité. Et des années pour enfin avoir accès à certaines archives.
Y a t-il matière à revenir sur des mémoires douloureuses?
Ce contentieux ne pourrait se régler que si madame la France prend ses distances et s'occupe de ses problèmes et de ceux de l'Europe et de nous laisser régler un lourd contentieux qu'elle nous a léguer en héritage. Nous voulons tout simplement être réellement indépendants et en paix avec nous-mêmes. Son ingérence dans les affaires contemporaines de l'Algérie nous remémore de mauvais souvenirs qui nous font plus de mal. Les cicatrices sont encore béantes. Laissez nous guérir pour ne pas succomber à la rancune. Les Algériens veulent des actes politiques sincères qui disqualifient les fausses histoires. Il ne sera pas question de régler un problème politique de si haute importance sur le dos du peuple Algérien en continuant à entretenir une nouvelle colonisation qui ne dit pas son nom. Dorénavant on vous présentera des factures en Euros ou en Dollars. Plus question de voler nos ressources.
Le sixième point : La France doit régler, toute seule, un contentieux qu‘elle a créé.
Dans cette colonisation se retrouvent des Européens venus des pourtours de la méditerranée devenus français par la suite. On les nomma les pieds noirs. Ils ont un compte à régler avec la France et non avec l'Algérie.
Encore une fois les harkis qui sont au pouvoir en Algérie vont bien sûr saisir cette occasion pour falsifier encore une fois l'histoire et prétendre être les vrais patriotes qui ont libéré l'Algérie. Et ceux qui sont en France ont fait un choix, qu'ils l'assument.
Pour ce qui est de l'historien Benjamin Stora à qui on a confié la tache d'être le lien de réconciliation entre les deux peuples, son penchant va vers les intérêts de la France bien entendu. Les propositions factuelles qu'il propose n'effaceront pas une histoire. Ce n'est pas une stèle de l'émir Abdelkader ou la reconnaissance des tortures ou des exécutions à mort de pauvres citoyens Algériens qui vont plier le dossier.
L'Algérie est actuellement en phase de changer complètement de cap. Il s'agit de récupérer le temps perdu et ses richesses exploitées par le colonialisme. Les discussions sur ce qui s'est passé en Algérie reprendront une fois que la démocratie s'installera réellement et véritablement. Actuellement les Algériens sont occuper à démanteler un système de gouvernance qui n'a jamais fait ses preuves mais bien au contraire a réussi à dilapider le pays de toutes ses ressources matérielles et humaines pour le bénéfice d'autrui.
L'histoire s'écrira un jour avec objectivité sans bavures ni falsification. Pour le moment, nos liens restent tendus.
Il ne faut pas s'attendre à ce que des gens qui sont venus nous envahir et nous coloniser écrivent la vérité.
La France, ce pays que nous connaissons très bien, maintient toujours sa logique de colonisateur, plus subtile. Ce retour sur le mémoriel n'est tout au plus qu'une façon de faire oublier la triste vérité et plonger les Algériens à bras ouverts vers leur pseudo ancien colonisateur. La situation n'a guère changé.
Il manque à la France ce courage de dire la vérité et de reconnaître sa culpabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.