Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ABUS DE POUVOIR
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 17 - 04 - 2021


Abdellah CHEBBAH Avril, 2021
Ceux qui dirigent actuellement l'Algérie sont passés à un autre type et degré de gouvernance. Une dictature de la pensée est en train de s'implanter. Le pouvoir qu'ils incarnent est devenu abusif, démentiel, bestial et surtout inceste, défiant toutes les lois universelles. C'est une dictature pure et dure à ciel ouvert.
Actuellement, il y a plusieurs sujets qui préoccupent le plus les Algériens: la pandémie du Covid, la justice aux ordres, les arrestations arbitraires et les tortures inimaginables.
La gestion de la pandémie ne présage aucun changement aux exactions de ce pouvoir. Il continue dans son obstination à enfoncer l'Algérie dans le néant. Le citoyen Lambda est en survie entre les mains de ces dirigeants impitoyables, obstinés, sans vergognes, ni retenues.
Ce régime doit partir parce qu'il ne lui reste plus de pouvoir. Il n'a plus de crédibilité envers le peuple et les instances internationales. Tout ce qu'il reçoit comme messages sont des refus et des non avenants. Tout le monde sait qu'il y a une mafia composée de bandits au sommet de l'état. L'ambassade Américaine est sans représentation depuis plus de trois mois. Aucun ambassadeur n'a été désigné pour occuper le poste. Le premier ministre français a annulé, en dernière minute, une visite éclair en Algérie. La presse et les télévisions étrangères commence à diffuser des écrits et des documentaires sur le hirak. Les instances internationales et les organisations non gouvernementales des droits de l'homme condamnent l'emprisonnement arbitraire et les tortures qui sévissent dans les services de renseignement et de sécurité. Les manifestations devenues presque quotidiennes prennent de l'ampleur et ont avancé d'un cran dans les slogans, allant jusqu'à traiter ce pouvoir de terroriste. Une réalité dissimulée pendant de longues années. Des grèves sont annoncées ici et là vont amplifier la situation déjà insoutenable. Finalement, on reproche à tout un peuple outré et épuisé par ce pouvoir illégitime de verser dans l'illégalité, afin de créer un désordre général.
Si ce pouvoir veut s'en sortir, il doit tendre l'oreille et la main à ce peuple qui a supporté toutes ses manigances et ses incompétences.
Le militaire, le policier, le gendarme, de sa formation, de sa logique et de sa conception hiérarchique n'est pas apte à gouverner un pays uniquement par l'exécution d'ordres issus d'un état-major militaire. L'Algérie n'est pas en guerre. Il y a une société civile pacifique, idéologiquement différente, diverse mais unie qui a quand même un droit de vie garantie par la charte des nations-unies.
Devant cet état de fait et de lieux, ce pouvoir devrait revenir à la raison pour éviter le pire. Provoquer encore et pousser à la violence ne les épargnera pas d'un châtiment. Ils auront à rendre des comptes sur la décennie rouge, sur les disparues, sur l'assassinat de Boudiaf, sur toutes les exactions qu'ils ont commises. Sans nul doute. Ces barbots qui détiennent le pouvoir doivent réfléchir à deux fois. Ils sont condamnables à plus d'un titre et à plein d'égards. Tôt ou tard, ils seront lâchés par ceux qui les soutiennent de l'intérieur comme de l'extérieur. La situation ne pourra pas s'éterniser. Il y aura une fin. Souhaitons qu'elle soit pacifique et subtile.
Cet abus de pouvoir défiant toutes les lois universelles devrait cesser. C'est devenu insupportable, inacceptable, inimaginable et inhumain.
La flamme de la démocratie et de la liberté a été allumée par le hirak depuis le 16 février 2019. Tout le monde sait que rien ne peut l'éteindre, pas même une pandémie ou un abus de pouvoir. Le changement est imminent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.