«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Massinissa et Sophonisbe ont représenté le théâtre de Tizi-Ouzou
17e EDITION DU FESTIVAL «24H THEÂTRE NON-STOP» DE KEF (TUNISIE)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 03 - 2018

La troupe du Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou était en Tunisie, dans le cadre de la 17e édition du festival «24h théâtre non-stop» qui s'est déroulée du 23 au 28 mars 2018, dans la ville de Kef.
Une première sortie à l'international pour cette jeune troupe théâtrale qui a eu à présenter en tamazight Massinissa et Sophonisbe, dans la matinée de mardi 27 mars 2018, à la grande salle du Centre des arts dramatiques et scéniques du Kef, ville tunisienne frontalière de l'Algérie.
Mise en scène par Hamida Aït L'hadj, sur un texte de Naïma Hassas et une scénographie de Mourad Boucher, Massinissa et Sophonisbe est une tragédie historique mettant en scène un épisode de la vie du roi Massinissa. Rivalités amoureuses, sur fond d'intrigues politiques, constituent le fil rouge de cette pièce théâtrale à plusieurs voix qui replonge le spectateur dans l'atmosphère et les événements de cette époque de l'histoire antique de notre pays pris dans le tourbillon des antagonismes bellicistes entre Rome et Carthage, les deux puissances de l'époque, avec, au centre des enjeux, la suprématie et le contrôle de nombreux territoires jouxtant la mer méditerranée dont notre pays, appelé, alors, la Numidie.
C'est dans ce contexte «géopolitique» marqué par les guerres puniques qu'éclatent et s'exacerbent les rivalités entre Syphax, roi de Massaessylie (Numidie occidentale dont la capitale était Siga, actuelle Aïn-Témouchent) et Massinissa, le roi de la Numidie orientale ou Massylie dont la capitale était Cirta (Constantine) pour la conquête de la belle Sophonisbe, la fille du général carthaginois, Hasdrubal, convoitée pour sa beauté légendaire, en plein centre des guerres puniques, à la fois par le vieux Syphax et le jeune Massinissa.
Autour de ces héros, gravitent une galerie de personnages, le général romain Scipion dit l'Africain, le Carthaginois Hannibal Barca et son général Hasdrubal.
Née à Carthage en 235 av. J.-C. et morte à Cirta en 203 av. J.-C.), Sophonisbe épousa Syphax, roi de Numidie vers 206-205, sur ordre de son père, Hasdrubal Gisco, général carthaginois, afin de sceller une alliance entre Carthaginois et Numides dont elle deviendra reine par la grâce de cette alliance matrimoniale. En juin 203, suite à la défaite de Syphax et d'Hasdrubal à la bataille des Grandes Plaines face aux armées romaines, puis à la prise de Cirta par Massinissa, elle retrouva ce dernier qui l'épousa sur-le-champ. Mais Scipion l'Africain désapprouva cette union, craignant que Massinissa ne se détourne de l'alliance romaine au profit de Carthage. Alors qu'elle devait finalement subir le sort des vaincus et être emmenée à Rome pour figurer au triomphe de Scipion, Sophonisbe préféra la mort plutôt que de tomber aux mains de ses ennemis. Elle s'empoisonna pour éviter le déshonneur. (Sources Wikipedia).
Par l'entremise des passionnantes péripéties du récit mettant aux prises Massinissa et Sophonisbe et d'autres acteurs de cette époque historique, nous voilà plongés dans une atmosphère de tragédie grecque où s'aiguisent, à leur summum, les passions humaines les plus violentes comme les plus inattendues et insondables émotions. Un monde (qui nous ressemble) où l'amour, la mort, la trahison, la fatalité, l'ironie tragique qu'imposent les événements et l'histoire scellent le destin des protagonistes et des héros.
S. A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.