Tebboune reçoit un appel téléphonique de Vladimir Poutine    Président Tebboune : l'Algérie et la France pourront avancer, une fois les problèmes de mémoire dépassés    Le Premier ministre inspecte la nouvelle cité 1200 logements AADL à Sid Bel Abbès    Troubles au Mali: les représentants de l'UA, Cédéao, ONU et UE appellent à "la retenue"    Réserves énergétiques: le Président Tebboune ordonne l'exploitation de tous les gisements    Accidents de la circulation: 2 morts et 128 blessés en 24 heures    Industrie: Tebboune ordonne de promulguer les cahiers des charges avant le 22 juillet    La difficile mission de Belahcel    Boukadoum en visite de travail lundi en Tunisie    Un nouveau volet dans le «dossier automobile»    Le Premier ministre entame une visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    «La situation dans la wilaya n'est pas catastrophique»    Un travailleur humanitaire tué dans l'ouest du pays    Les offrandes de Mahrez    La FAF prête à payer, mais sous condition    L'échéance repoussée d'un mois à l'autre    Sonatrach revoit sa stratégie de gestion    Démantèlement d'un réseau de trafic d'armes    Plaidoyer pour une implication plus significative des EPSP dans la lutte contre Covid-19    Hommage à Idir, symbole de toute une génération    Zoom sur la culture, la nature et la beauté du pays    Sur les traces de "Femmes ayant marqué l'histoire de l'Algérie"    Ligue des champions d'Afrique : Le Cameroun refuse d'abriter le Final 4    On vous le dit    Un peuple indépendant en mal de souveraineté (2e partie et fin)    Les grands chantiers de réformes pour créer un nouveau modèle de croissance    MC Oran : Les supporters du club mettent leur grain de sel    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Identité de papier    Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Crackers fromage-noix    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    BOUKADOUM REAFFIRME : L'Algérie rejette toute ingérence étrangère en Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie aura la certification de l'OMS cette année
ERADICATION DU PALUDISME
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 04 - 2018

Après avoir reçu, l'année dernière, la certification de l'OMS portant éradication de la poliomyélite, l'Algérie recevra, d'ici la fin de l'année en cours, celle concernant l'éradication du paludisme.
M. Kebci-Alger (Le Soir) - Les efforts titanesques fournis depuis, notamment 1968 doublés d'une volonté politique, porteront bientôt leur fruit concernant l'éradication du paludisme. Selon le directeur de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, l'Algérie recevra la certification relative à l'éradication de cette maladie, délivrée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) d'ici à la fin de l'année en cours.
Djamal Fourar qui s'exprimait, hier, à l'ouverture d'une activité portant célébration de la Journée mondiale de la lutte contre le paludisme, avec comme thème mondial «Prêt à vaincre le paludisme» et comme slogan local «Ensemble pour la certification de l'élimination du paludisme en Algérie en 2018», a affirmé qu'aucun cas «autochtone de cette maladie non transmissible par l'homme, mais une maladie qui se transmet, obligatoirement, par un moustique, anophèle femelle vecteur, qui en assure la transmission, n'est enregistré dans le pays ces trois dernières années alors qu'ils étaient près de 80 000 au recouvrement par le pays de son indépendance nationale».
Une arithmétique qui renseigne, on ne peut plus amplement sur l'énorme travail accompli en matière d'éradication de cette maladie. Et cette certification en vue fera de notre pays, ajoutera l'orateur, le premier à l'échelle africaine et le dixième de par le monde à éradiquer cette maladie, reconnaissant que «400 à 500 cas importés sont annuellement enregistrés dans le pays».
Et au Dr Fourar de mettre le doigt sur la nécessité de la poursuite de la stratégie de prévention contre cette maladie à travers, notamment la «chimio-prophylaxie» consistant en l'administration d'une substance chimique pour empêcher l'apparition de la maladie ou de ses manifestations en plus de certaines «précautions d'hygiène» à observer.
D'autres maladies comme la rougeole et la rubéole qui enregistrent un net recul dans le pays, pourraient emboîter le pas au paludisme auquel «l'assaut final» sera opéré cette année. Selon la représentante de la directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, le rapport 2017 sur le paludisme fait ressortir une hausse de la morbidité mondiale du paludisme en 2016, comparativement à 2015 avec 194 millions de nouveaux cas recensés et 410 000 décès liés au paludisme dans le continent africain en 2016. Avec la triste palme à l'Afrique subsaharienne qui compte «14 des pays les plus confrontés au problème du paludisme dans le monde et enregistre 80% de la charge mondiale due à ce fléau».
Et si, comme elle le fera remarquer, de nombreux pays sont sur la bonne voie pour atteindre les cibles de la stratégie technique mondiale de lutte contre la paludisme 2016-2030, Dr Matshidiso Moeti regrette le «ralentissement du rythme des progrès» avec «enlisement» de la situation dans certains cas, relevant des «lacunes» importantes dans la mise en œuvre de mesures destinées à la prévention du paludisme, et une «stagnation» du financement international et national de la lutte contre le paludisme.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.