Le Front Polisario appelle l'ONU à assumer ses responsabilités au Sahara occidental occupé    Covid-19/Sétif : 2314 infractions au confinement en une semaine    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    DOUANES : Mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    CORONAVIRUS : Décès du SG de la wilaya de Relizane    527 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Bechar: l'EPH chahid Tourabi Boudjemaa dédié à la prise en charge des malades de la Covid-19    SITUATION SANITAIRE EN ALGERIE : Djerad accuse des ‘'parties'' d'exploiter la crise du Covid-19    PROTECTION CIVILE DE SIDI BEL ABBES : 551 interventions enregistrées en une semaine    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji dévoilé à Alger    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    10 millions d'enfants risquent de ne plus reprendre l'école    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée mondiale de lutte contre le paludisme: La transmission transfrontalière, un obstacle
Publié dans Le Temps d'Algérie le 26 - 04 - 2018

Le ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière a célébré hier, à Alger, la journée mondiale de lutte contre le paludisme.
«L'Algérie est le seul pays en Afrique, qui a été retenu pour l'élimination de l'éradication de la poliomyélite. Il est également, parmi les quelques pays dans le monde qui ont eu la chance de présenter leurs rapports de certification de l'élimination du paludisme à l'OMS», a affirmé hier, à l'Institut national de santé publique (INSP) à Alger, M. Djamel Fourar, DG de la prévention et de la promotion et représentant du ministre de la Santé M. Mokhrtar Hasbellaoui à cette occasion. Sur le plan épidémiologique, il signale que «pour ce qui est des statistiques épidémiologiques, la situation de l'Algérie est distinguée actuellement, par zéro cas de transmission locale du virus du paludisme depuis 2014. Mais concernant les cas déclarés par des transmissions venues de pays étrangers, moins de 800 cas ont été enregistrés dans le pays en 2016 ". Le représentant du ministère de la santé assure que «la pré-certification de l'Algérie par l'OMS comme pays devant éradiquer définitivement, le paludisme sera obtenue d'ici la fin de l'année en cours». Dans ce cadre il affirme que «l'Algérie recevra prochainement la commission de pré-certification de l'élimination du paludisme auprès de l'organisation mondiale de la santé (OMS). Les services du ministre de la Santé s'attellent à préparer les documents et les rapports qui portent sur les efforts déployés et mesures prises pour éradiquer cette pathologie». Pour ce qui est du programme de la journée il a fait savoir que le but est de partager toutes les tâches qui sont faites sur le terrain, par les différents professionnels de la santé et de mettre en valeur tous les efforts qui ont été déployés depuis l'indépendance pour parvenir à mettre en place tout un programme d'éradication du paludisme. De son côté, Dr Matshidiso Moeti, la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, a adressé ses consignes et a fait état de plusieurs pays qui sont en bonne voie pour atteindre les objectifs de la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030. «Les tendances mondiales montrent que le nombre estimatif de nouveaux cas de paludisme notifiés en Afrique a régressé de 20 % entre 2010 et 2016, alors que la mortalité liée au paludisme a baissé de 37 %. Cinq pays de la Région (l'Ethiopie, Madagascar, le Sénégal, la Gambie et le Zimbabwe) font partie des 16 pays au monde où la morbidité et la mortalité palustres ont diminué de plus de 20 % en 2015 et 2016. Six autres pays de la Région (Afrique du Sud, Algérie, Botswana, Cap Vert, Comores et Swaziland) ont le potentiel pour éliminer le paludisme d'ici à 2020» a affirmé la représentante de l'OMS. La solution, selon elle, pour l'élimination du paludisme, passe avant tout par un leadership politique au plus haut niveau, conjugué à la prise en main des programmes et à la mobilisation de ressources, puis à la collaboration intersectorielle et transfrontalière. «Nous sommes prêts à vaincre le paludisme, à condition d'accélérer les progrès pour parvenir à une réduction de 40 % de la morbidité et de la mortalité palustres dans le monde d'ici à 2020, en prenant pour référence les niveaux de 2015», rassure-t-elle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.