L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Ben Ali promu général d'Armée: Chanegriha confirmé dans le poste de Chef d'état-major de l'ANP    Dans l'attente de leurs procès: Plusieurs détenus du Hirak remis en liberté    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    Se protéger pour protéger les autres    Tébessa: L'éternel problème d'eau    Bouira: Des activités des marchés à bestiaux et des centres commerciaux suspendues    Ils étaient exposés dans un musée à Paris: L'Algérie récupère les crânes de 24 de ses résistants    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    ;413 contaminations, nouveau record quotidien    l'Algérie a honoré sa dette    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Le schiste américain dans le rouge    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix flambent encore et toujours !
AIN-BEIDA (OUM-EL-BOUAGHI)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 06 - 2018

A l'inverse des années précédentes, cette année les prix n'ont pas connu de baisse pour les fruits et légumes.
D'habitude, les prix notamment ceux des fruits et légumes connaissent un départ vertigineux dans la première semaine du mois sacré de Ramadhan, puis, progressivement, la mercuriale affiche des reculs pour atteindre la normale. Pour cette fois-ci, niet, les prix des fruits et légumes, pour des raisons inexplicables, sont allés crescendo.
A la troisième semaine, les prix «brûlent» encore, la pomme de terre, qui n'a pas dépassé les 45 dinars le kilogramme avant ce mois sacré, est cédée à 60 dinars, la tomate en abondance en cette période n'est pas descendue en-dessous de la barre des 100 dinars le kilo, alors que la laitue a carrément fait des ailes pour dépasser les 100 dinars.
Les concombres, pas assez sollicités par les ménages, ont aussi connu la même ascendance et se vendent à plus de 70 dinars, idem pour la courgette, les dattes semblent afficher des prix abordables qui varient entre 300 et 800 dinars le kilo.
Pour les fruits, il n'y a que les pastèques qui sont à la portée de tous, avec des prix oscillant entre 40 et 60 dinars le kilo, le melon a, quant à lui, affiché des prix qui ne descendent pas en-dessous des 160 dinars, les nèfles et les abricots sont cédés entre 120 et 180 dinars, les fraises maintiennent le prix de 200 dinars, les figues sont proposées à 500 dinars, les cerises à 1 000 dinars, les bananes et les pêches se vendent à plus de 300 dinars.
Comme de coutume, les jeûneurs sont orientés en ce mois de carême vers les confiseries orientales telles que les multiples variétés de zlabia et autres.
Pour les viandes, les prix, comme d'habitude, ferment la barre pour dissuader les petites bourses, le mouton se vend à 1 400 dinars le kilo, le veau aussi égalise avec le mouton pour le même prix, la volaille, créneau des pauvres, a atteint les 380 dinars. Ces prix forcent les gens à se rabattre, dans la plupart des cas, sur les abats.
Un autre phénomène qui surgit conjointement au mois de carême, c'est le lait et ses dérivés, le sachet est vendu à 30 dinars dans un lot concomitant d'un autre produit pas forcément utile, certains commerçants, profitant de cette période, proposent des variétés de lait supposé amélioré à 40 dinars, voire 60 dinars.
A Aïn-Beïda, une cité connue pour son activité commerciale en pareille période notamment au boulevard Laghrour-Abbès connu beaucoup plus sous le nom «Essaymin», les choses durant ces trois premières semaines se sont passées sans heurts ni agressions, excepté quelques cas de vols signalés çà et là et où les services de sécurité sont intervenus pour identifier et en arrêter les auteurs. Durant cette décade, les familles négligeant momentanément le côté cuisine s'orientent vers les magasins des habits qui sont investis dès les premières heures après la rupture du jeûne, l'Aïd oblige. Ce sont des familles entières qui sortent le soir pour acheter des habits pour leurs gosses.
Moussa Chtatha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.