CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    Droit d'inventaire vs changement de serrures    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gâchis à Mostaganem
Des marchés couverts désertés par les marchands et la clientèle
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 07 - 2018

On s'en vantait et on en miroitait le profil tout indiqué de la solution salutaire et radicale quant à l'éradication du marché informel qui squattait l'espace public au centre des centres urbains à Mostaganem !
Il y a de cela quelques mois, inaugurés en grande pompe et dans la précipitation, les marchés de proximité de Tighdit, la Salamandre et de la cité du 5-Juillet sont parfaitement désertés, autant par les marchands que par les clients.
On s'en rappelle, la frénésie et l'engouement des gens de s'accaparer les box n'auront duré que juste quelques jours, même pas quelques mois !
Eu égard au choix des sites d'implantation, on savait pertinemment que les établissements commerciaux n'allaient pas drainer la grande foule, et que l'échec de telles réalisations serait quasiment consommé. Hélas !
Finalement, l'administration qui s'adjuge le droit à la dispense d'étude préalable d'opportunité ou de faisabilité a eu le dernier mot contre le gré des marchands informels à «caser».
L'intérieur est mal éclairé naturellement, d'où le recours obligé à la lumière artificielle. Les stands sont lugubres et exigus, ne respectant pas les normes ergonomiques. Les couloirs de passage sont très étroits pour un marché qui, de par sa mercuriale, était censé «ameuter» une clientèle immense.
La majorité de locaux demeurent fermés, alors que certains marchands activent toujours dans l'informel du côté de l'oued Aïn Sefra dans la poussière et le brouhaha du chantier du tramway. Sur les lieux, on rencontre à peine une poignée de vendeurs de fruits et légumes, dépités, qui déplorent leur situation de marasme ayant trop duré. Pas de volaillers ou de bouchers encore moins de poissonniers.
A Tighdit, les marchands informels étalent leurs produits exposés sous le soleil à l'air libre, par terre y compris les poissonniers qui se permettent d'écouler du poisson sur les trottoirs sans aucune précaution sanitaire car devant un égout obstrué par les eaux usées.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.