De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Belatoui espère un véritable départ    Est-ce le déclic?    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



NORDINE A�T-HAMOUDA � BOUIRA :
�Ceux qui ne d�noncent pas la s�questration ne sont pas des complices mais des tra�tres�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 06 - 2010

Venu � Bouira pour parler de la situation politique du pays, Nordine A�t-Hamouda, qui a fait salle comble au cin�ma Errich, �tait tr�s attendu sur le livre que Sadi vient de publier sur son d�funt p�re, intitul� Amirouche, une vie, deux morts, un testament.
Fid�le � lui-m�me, le digne h�ritier du colonel de la Wilaya III historique ne m�chera pas ses mots pour fustiger les tenants du pouvoir. Etayant ses dires par des v�rit�s quotidiennes, Nordine A�t- Hamouda citera la gestion par la corruption touchant plusieurs minist�res, le bradage des richesses nationales, depuis le p�trole jusqu�au thon rouge, en passant par la chasse � l�outarde, le projet d�autoroute Est-Ouest, la faillite de l��cole alg�rienne, la diplomatie qui �fait honte� et dont la derni�re bourde est cette accolade de Nice entre Bouteflika et Moubarak alors que l��pisode du Caire est toujours vivace dans les esprits, et ce avant d��voquer le s�isme qu�a provoqu� la sortie du livre de Sadi sur Amirouche. Pour le conf�rencier, le livre d�range doublement, car �crit par Sadi et sur un chef historique dont, dira-t-il, �ils ont toujours essay� de taire la grandeur�. Et le conf�rencier de faire le serment que d�autres livres aussi document�s et d�tonants sur les autres h�ros seront �dit�s. �Il y aura des livres sur le colonel Mohand Oulhadj, sur Abane, sur Krim Belkacem, mais aussi sur le colonel Lotfi et sur Ben Mhidi, qui sont des n�tres�, dira-t-il. �Et � eux d��crire sur Boussouf, sur Bouteflika et sur les leurs�, ajoutera- t-il. Revenant sur la s�questration des corps d�Amirouche et de Haou�s dans les caves de la Direction g�n�rale de la Gendarmerie nationale de 1963 � 1983, et les multiples �tapes qui s�en sont suivies avant de les retrouver, le fils du colonel Amirouche, qui parlait en tant que fils de chahid tr�s touch� dans cette affaire, d�clarera que �depuis Bouteflika jusqu�� Ouyahia, jusqu�aux ministres, moudjahidine, walis, chefs de da�ra et autres responsables des services de s�curit�, chacun des responsables doit d�noncer ces s�questrations. Leur silence ne serait pas seulement de la complicit� mais rel�verait de la tra�trise�, dira-t-il. Evoquant les derni�res pol�miques suscit�es par ce livre, M. A�t Hamouda ne s�y attardera pas, qualifiant cependant les propos d�Ali Kafi d��indignes�, ceux de Mabroukine et de Benachenhou, �les deux malgaches qui sont dans leur r�le, faits pour plaire au ma�tre du moment�, alors qu�il refusera de commenter les d�clarations d�Anissa Boumedi�ne, lui rappelant toutefois que le livre a �t� �crit sur la base d�archives authentiques auxquelles, soulignera- t-il, �elle-m�me n�a pu acc�der�. Sur ce point pr�cis, il citera les documents retrouv�s chez son p�re par l�arm�e fran�aise, auxquels, assurera-t-il, il a eu acc�s et dont il a fait des copies. D�autres points li�s � l�actualit� ont �t� abord�s. Comme ce gouvernement provisoire kabyle que Ferhat M'henni vient de proclamer. Pour Nordine A�t-Hamouda, cela s�appelle de la folie furieuse. Et de se demander quelles sont les motivations qui ont pouss� Ferhat Mehenni � opter pour un tel extr�me. Pour le membre du conseil national, le RCD voit plut�t les choses dans un ensemble maghr�bin o� Marocains, Alg�riens et Tunisiens pourraient vivre en harmonie et sans fronti�res. En somme, le conf�rencier, qui se dira d�sol� de ce que le pays aille de d�rive en d�rive sans que les responsables ne s�en rendent compte, jugera que �la situation est tr�s grave et que le moment est venu pour la formation d�un forum o� seront rassembl�es toutes les forces vives de la nation afin de trouver les moyens pouvant aider les tenants du pouvoir � partir en douce�.
Y. Y.
A un haut responsable qui l�interpellait et qui lui reprochait le fait de traiter l��mir Abdelkader de tra�tre, Nordine Ait Hamouda a r�pondu : �Mais non, je n�ai jamais dit que l��mir Abdelkader �tait un tra�tre. J�ai dit seulement que l��mir Abdelkader a sign� � la Tafna pour que la France reste, et que Krim a sign� � Evian pour que la France parte.�


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.