Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le MC Oran exposé à la saignée    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre et paix aux portes du désert
LAZHARI LABTER REVIENT AVEC DEUX NOUVEAUX OUVRAGES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 10 - 2018

Lazhari Labter ouvre l'année littéraire 2018-2019 par deux nouveaux livres, Laghouat, la ville assassinée ou Le Point de vue de Fromentin et Hiziya mon amour, dont les événements se déroulent dans deux régions d'Algérie considérées comme des «portes du désert» (Laghouat et les Ziban).
Laghouat, la ville assassinée ou Le Point de vue de Fromentin (Hibr Editions), préfacé par Daho Djerbal, raconte l'histoire d'un génocide dans la ville natale de l'écrivain algérien, commis par les troupes françaises sous la direction du général Pélissier le 4 décembre 1852 ainsi que la résistance de ses habitants. «Le récit de cette terrible histoire nous a été rapporté dans des écrits laissés par des officiers français qui avaient participé à sa prise violente et à son anéantissement et, surtout, par un artiste peintre et écrivain voyageur répondant au nom de Fromentin, Eugène Fromentin, originaire de la jolie ville côtière française La Rochelle, dans un ouvrage intitulé «Un été dans le Sahara», explique Lazhari Labter. Mais dans l'histoire et dans la vie, il y a «guerre et paix», pour reprendre l'auteur de Anna Karénine. L'autre ouvrage du poète de l'amour et de «la beauté contre la laideur» est Hiziya mon amour (Hibr Editions) comportant des textes inédits recueillis et expliqués par Lazhari Labter. Notre Hiziya mon amour qui est certainement plus belle que Hiroshima mon amour comporte, ainsi, des textes de 14 romanciers et poètes algériens. Amar Achour, Nassira Belloula, Maïssa Bey, Aïcha Bouabaci, Slimane Djouadi, Saléha Imekraz, Abdelmadjid Kaouah, Azzedine Menasra, Miloud Khaizar, Fouzia Laradi, Amèle El Mahdi, Arezki Metref, Lazhari Labter et Smaïl Yabrir racontent leur Hiziya, chacun à sa manière et avec son cœur. Lazhari Labter, en fin de compte, est resté fidèle à l'amour et à la belle Hiziya. En effet, son précédent ouvrage est le roman Hiziya princesse d'amour des Ziban, paru en 2017 aux éditions El Ibriz.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.