Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Menaces sur le Brésil
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 10 - 2018

Le magazine américain Prospect revient en profondeur sur les risques qui pèsent sur le Brésil avec l'élection présidentielle de cette fin d'année 2018.
Son collaborateur Paul Starr va droit au but en se posant la question de savoir si ce pays n'est pas en train de vivre sa dernière élection démocratique.(*)
L'élection probable de Jair Bolsonaro, candidat d'extrême-droite, «pourrait bien sonner le glas du gouvernement démocratique du Brésil, qui dure depuis trois décennies», écrit-il.
Les élections de ce dimanche 28 octobre opposent le candidat de l'extrême-droite, Jair Bolsonaro, qui a recueilli 46% des suffrages au premier tour, et le candidat des travailleurs de gauche Parti, Fernando Haddad, qui a reçu 28%.
Bryan McCann, professeur d'histoire du Brésil à Georgetown University, voit dans Jair Bolsonaro le représentant d'intérêts revendiquant «une police répressive, des politiques socialement conservatrices et un traitement préférentiel pour le secteur agroalimentaire».(**)
Le personnage a de quoi faire peur aux yeux de Paul Starr : « Bolsonaro, membre du Congrès et ancien capitaine de l'armée, n'est pas simplement un ‘'conservateur populiste'', comme le décrivent certains reportages. ‘'Fasciste'' semble être une description tout à fait exacte. Il a appelé à tuer des opposants politiques, a salué la dictature qui a dirigé le Brésil de 1964 à 1985 et a déclaré qu'il n'accepterait pas les résultats de cette élection s'il n'était pas vainqueur et que l'armée pourrait le soutenir. Pour lutter contre le crime généralisé au Brésil, il souhaite donner carte blanche à la police pour traquer et tuer tous les suspects. Il a qualifié les peuples autochtones de ‘'parasites'' et se montre ouvertement méprisant envers les Afro-Brésiliens et les homosexuels. Il a dit à une femme, également membre du Congrès brésilien : ‘'Je ne vous violerai pas parce que vous ne le méritez pas''.»
Bolsonaro, nous rappelle Bryan McCann, a entamé son ascension politique il y a une trentaine d'années en tant qu'officier de l'armée «renégate», « réticent à voir la dictature céder le pouvoir à une démocratie naissante. Depuis lors, il a toujours promis de «nettoyer» le pays en tuant toute personne soupçonnée d'être un criminel. Voici le candidat qui a déclaré : «Vous ne changerez rien dans ce pays en votant. Malheureusement, vous ne changerez les choses que par une guerre civile et par le travail que le régime militaire n'a pas fait. Tuer 30 000 personnes, à commencer par FHC (ancien président Fernando Henrique Cardoso).»
L'image de Bolsonaro est associée à celle de Rodrigo Duterte, des Philippines.
Le danger est d'autant plus grand qu'au Brésil, le Parti des travailleurs ne semble pas capable de diriger une coalition de forces démocratiques et ce, en dépit des progrès sociaux et économiques enregistrés au terme de sa prise du pouvoir en 2003, sous la présidence de Luiz Inácio Lula da Silva. La fin de mandat de ce dernier, en août 2016, est marquée par des affaires de corruption (endémique dans le pays) et des revers économiques. Après la destitution de la successeure de Lula, Dilma Rousseff, et l'emprisonnement de Lula lui-même, le Parti des travailleurs ne pouvait plus faire face à l'ascension de Bolsonaro.
Pourtant, le dispositif anti-corruption mis en œuvre pour disqualifier Lula date des réformes qu'il a lui-même initiées dans ce sens (anti-corruption), «qui ont transformé le système judiciaire et rendu possibles les enquêtes menées» sur son propre parti. Lula a signé la loi qui l'a empêché de se présenter à la présidence cette année, alors que tous les sondages le donnaient largement favori.
Quelle est l'assise sociale de Bolsonaro ? Elle se recrute «dans les églises pentecôtistes et l'agroalimentaire qu'il a élargi pour inclure un nombre surprenant de pauvres parmi les pauvres», relève l'auteur de l'article. La clef du succès résiderait «dans le stress quotidien de la vie pour les personnes qui luttent pour se débrouiller».
Quel sort se réserve le Brésil avec Bolsonaro au pouvoir ? «C'est la fin des élections, même si les électeurs ne reconnaissent pas que, lorsqu'ils votent pour un autoritaire, ils démissionnent de leur propre rôle en tant que source ultime de l'autorité dans une république.»
Un autre article du même magazine Prospect dresse le profil de Fernando Haddad, le remplaçant de Lula à la course pour la présidentielle.(***)
Si Haddad «n'est pas le charmeur polyvalent qui était son mentor, Luiz Inácio Lula da Silva», il dispose toutefois de nombreuses qualités. Fils d'un immigré libanais, Haddad a été ministre de l'Education sous les gouvernements Lula et Rousseff, puis maire de l'une des plus grandes villes du Brésil, Sao Paulo, pendant un mandat. Le manifeste électoral, rédigé par Haddad, reprend les propositions que Lula avait précédemment mises de côté - comme la réglementation des médias et la modification de la Constitution.
Haddad présente le profil d'un «homme qui ne peut pas représenter toutes les vertus de Lula, mais qui doit assumer les péchés réels et imaginaires de la gauche entière». «Le Brésil lutte depuis une génération pour contenir la violence policière, protéger les droits des minorités et éliminer l'esclavage dans le secteur agraire. Ses progrès ont été stoppés et ses échecs démoralisants. Mais dans tous les domaines, il y a eu des améliorations depuis la fin de la dictature en 1985. Une présidence de Bolsonaro mettrait tous ces acquis — et la démocratie elle-même — en péril», conclut Bryan McCann.
A. B.
(*) Paul Starr, Is Brazil about to have its last democratic election ?, Prospect, 11 octobre 2018, HTTP://PROSPECT.ORG/ARTICLE/BRAZIL-ABOUT-HAVE-ITS-LAST-DEMOCRATIC-ELECTION
(**) Bryan McCann, Brazil's Coalition Against Democracy, Dissent, 15 octobre 2018
https://www.dissentmagazine.org/
(***) Fernando Haddad and the problem with the Brazilian left, Prospect, 12 octobre 2018, https://www.prospectmagazine.
co.uk/


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.