Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie passe à la vitesse supérieure
Gaz et pétrole de schiste
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2018

Au-delà des craintes émises sur la dégradation de l'environnement qui, chaque année, s'accélère un peu plus, les prochaines années devraient donner lieu à une accélération de la demande de matières premières, de par le monde, qui dépasse tout entendement. Les matières premières dont le gaz et le pétrole de schiste dont l'Algérie prévoit d'être l'un des principaux producteurs.
C'est un rapport on ne peut plus alarmiste que l'Organisation de coopération et développement économique (OCDE) a rendu public, lundi, pour attirer l'attention sur le fait que l'usage des ressources naturelles devrait exercer une pression jamais égalée sur l'environnement puisque, selon les perspectives, la consommation de matières premières devrait atteindre 167 milliards de tonnes dans quarante ans contre 90 milliards aujourd'hui. De quoi mettre de la pression sur les pays exportateurs de matières premières, comme c'est le cas de l'Algérie, de la part des pays dits avancés qui, eux, contribuent pourtant plus que le reste du monde dans l'état de délabrement écologique du monde.
Les pays développés qui, à travers une de leurs organisations, l'OCDE donc, ont voulu faire prendre conscience sur la consommation effrénée de matières premières, et ainsi montrer du doigt les pays producteurs qui, à l'instar de l'Algérie, ne «survivent» presque exclusivement que grâce au commerce des matières premières.
L'Algérie, qui a du mal à se libérer de sa dépendance des hydrocarbures et qui, au contraire, a décidé de multiplier ses capacités et ses volumes de production en se tournant, dans un avenir proche, vers l'exploitation de ses ressources, et ce, en mettant en place une nouvelle stratégie qu'illustre le plan «Stratégie 2030» révélé il y a quelques mois par le P-dg de Sonatrach, Abdelmoumene Ould Kaddour, pour faire de son entreprise un des plus grands producteurs et exportateurs d'hydrocarbures. Une stratégie qui, selon sa philosophie, devrait permettre à Sonatrach de s'offrir une place de choix sur les marchés pétrolier et gazier qui, au regard des investissements projetés partout dans le monde, risquent de pousser les uns et les autres parmi les pays producteurs à puiser sans limites, tout en s'efforçant, évidemment, de maintenir un équilibre entre la demande et l'offre pour éviter les krachs des cours. Une orientation qui s'est imposée aux pays producteurs, dont l'Algérie donc, qui n'entendent pas se retrouver comme les laissés-pour-compte de l'expansion de l'économie mondiale.
Nonobstant les craintes sur l'environnement et la part des combustibles fossiles, l'Algérie compte, désormais, s'employer ouvertement dans l'industrie de l'extraction du pétrole et gaz schisteux après avoir été contrainte de mettre cette ambition entre parenthèses en raison de la fronde de populations au sud du pays et de la conjoncture que traversait le marché des hydrocarbures. Tout cela n'est désormais qu'un lointain souvenir, et comme les enjeux sont d'une importance jamais égalée, l'Algérie affiche, aujourd'hui, clairement ses intentions, déjà ouvertement déclarées en mars dernier à Oran lors de la 8e édition du North African Petroleum Exhibition and Conference pour remettre sur la table la question du schiste qui ne semble plus prêter à aussi forte controverse, comme le soulignait Mustapha Guitouni, lorsqu'il déclarait : «Nous prospectons, nous examinons également les conditions de développement de cette filière en termes de technologie, de rentabilité mais surtout de protection de l'environnement et des populations» alors que le président d'Alnaft s'était chargé d'énumérer les potentialités prouvées de l'Algérie en schiste qui, confiait-il, atteignent les 30 000 milliards de mètres cubes pour le gaz et pas loin de 10 milliards de barils de pétrole. Un potentiel qui fait de l'Algérie le troisième pays au monde en matière de réserves de pétrole et de gaz de schiste.
Des réserves prouvées et récupérables, assurait Arezki Houcini qui, avec le ministre de l'Energie, s'étaient attelés à aborder de nouveau une question qui avait beaucoup fâché l'opinion publique, il y a un peu plus de deux ans maintenant, lorsque avait été émise l'hypothèse que Sonatrach dépasse le stade des études et de l'expérimentation pour se lancer dans l'exploitation du schiste dont regorge le sous-sol dans le sud du pays. Ceci, avant que Abdelmoumene Ould Kaddour, cette semaine à partir de Ouargla, ne confie que Sonatrach est passée à la vitesse supérieure dans la perspective d'exploiter le gaz et le pétrole de schiste.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.