Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    4 759 logements distribués à travers plusieurs wilayas    Vers un nouveau rendez vous électoral    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Les dossiers de 12 anciens responsables, dont Ouyahia et Sellal transmis à la Cour suprême    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Des adoptions dans un climat délétère    La liste s'allonge    Le président Trump effectue une visite au Japon    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le destin kanak et l'indépendance ambiguë
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 11 - 2018

Finalement, au point où nous en sommes, dirait l'autre, tout peut faire une information prioritaire par rapport à celle qui nous intéresse ici aujourd'hui. Submergé par les tracas de son homérique quotidien (dans certaines campagnes, trouver une bouteille de butane est davantage semé d'embûches que les 12 travaux d'Hercule), enserré dans les paquets d'opacité qui enveloppent ses gouvernants, donc son destin, en quoi l'Algérien moyen, comme vous et moi, est-il concerné par le référendum pour l'indépendance de… la Nouvelle-Calédonie ? Trop pris par ses propres démons, pourquoi irait-il taquiner ceux des autres ?
La Nouvelle-Calédonie, tout là-bas, dans les vapeurs océaniennes ! C'est si loin en temps et en distance ! Plus de 18 000 km. Et sans doute, un autre temps historique. De Gaulle, léger comme à son habitude, dédramatisait dans une formule cinglante la situation coloniale de la Nouvelle-Calédonie en la décrivant comme «une bande de terre peuplée par une bande de cons».
Bien sûr, mon pote militant anticolonialiste intransigeant me rétorque, dans sa délicate langue de bois, que tout ce qui touche à l'anticolonialisme et aux combats pour l'émancipation nationale intéresse et concerne l'Algérien dont l'histoire est liée au sacrifice pour l'indépendance. Heu… ! On n'est plus à l'époque glorieuse où Frantz Fanon écrivait qu'«il n'est pas possible à un Algérien d'être vraiment algérien s'il ne ressent pas au plus profond de lui-même le drame inqualifiable qui se déroule en Rhodésie ou en Angola».
Nous sommes dans un autre temps, celui où un certain usage – pas nécessairement le meilleur, on le voit — a été fait de l'indépendance dans bon nombre de pays décolonisés. Si celle-ci a gardé son merveilleux potentiel d'utopie, on sait qu'elle peut être arrachée et ne pas profiter forcément à ceux qui se sont sacrifiés pour elle. Cruel !
Un autre pote fait observer que du fait de la déportation en Nouvelle-Calédonie des combattants algériens de 1871, ce territoire français d'Outre-mer fait désormais partie de notre histoire commune. Une partie de ses habitants, 15 000, soit environ 5% de la population globale de l'île, est constituée de descendants des déportés nord-africains et plus particulièrement algériens. Des travaux universitaires, des reportages de presse écrite et des documentaires montrent, ces dernières années, que des descendants des combattants anticolonialistes algériens revendiquent leurs racines et certains tentent ou font carrément des retours.
Tout cela devrait suffire pour que le référendum qui se tient précisément aujourd'hui, dimanche 4 novembre, capte notre attention. Un autre élément le rend plus intéressant encore aux yeux des observateurs. N'est-ce pas anachronique qu'en 2018, à l'heure de la mondialisation, on parle encore de référendum sur l'indépendance donc, incidemment, de colonialisme ?
Oui, car c'est à peu près ce dont il s'agit. Petit rappel. Ce territoire mélanésien annexé par la France en 1853 sous Napoléon III était peuplé depuis 4 000 ans de tribus indigènes, les ancêtres des Kanaks actuels. De 1864 à 1897, la Nouvelle-Calédonie a été utilisée par la France comme pénitencier où allaient se côtoyer les communards de Paris et les combattants algériens de l'armée d'El Mokrani. Les forçats français et algériens travaillaient aux grands travaux de l'île ainsi que dans les propriétés des colons. Dès l'annexion, la population kanake a commencé à se soulever contre l'occupation française. Ces soulèvements jalonnent l'histoire de cette colonisation en connaissant des pics comme la révolte du grand chef Ataï en 1878.
De 1897 à 1946, un code de l'indigénat semblable à celui que connut l'Algérie s'appliquait aux populations kanakes : dépossession des terres, travaux forcés, taxes et impôts divers, négation des droits, etc. En 1946, ce code fut supprimé. La Nouvelle-Calédonie devint alors un territoire d'Outre-mer et les Mélanésiens acquirent la nationalité française et le droit de vote… 97 ans après l'annexion. Un mouvement indépendantiste a toujours existé, revendiquant la reconnaissance de l'identité première de la Nouvelle-Calédonie.
Dans les années 1980, l'île connut une quasi-guerre civile, pudiquement désignée sous le terme d'«événements». Tiens, ça ne rappellerait pas les «événements» d'Algérie ? Les affrontements aboutirent au massacre d'Ouvéa en avril-mai 1988. Bilan : 19 morts parmi les militants indépendantistes et 6 parmi les gendarmes. Ces accès de violence ont conduit aux Accords de Matignon-Oudinot en 1988, suivis en 1998 des Accords de Nouméa. Tout cela a fait évoluer la condition politique et sociale des «indigènes» et a permis de ne pas censurer l'éventualité d'une indépendance. Dès lors, le principe d'un référendum a été arrêté, défendu mordicus par les indépendantistes.
Ce référendum pose la question suivante : «Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? » Cette question pour laquelle se sont battues des générations entière d'indépendantistes risquerait pourtant, selon les sondages, de recevoir une réponse négative. Jean-Michel Dumay, envoyé spécial du Monde Diplomatique (novembre 2018) fait ce constat à propos de cette probable victoire du non : «Des électeurs indépendantistes… n'iront pas voter pour l'indépendance. Il y a trente ans, des militants mouraient pour cette idée.»
Le résultat du référendum sera connu dans les heures qui suivent. Si le non l'emportait, comme le prévoit les sondages, ce serait un désaveu pour les pionniers de l'indépendantisme qui ont payé très cher ne serait-ce que pour arriver au référendum. Que s'est-il donc passé pour que même des indépendantistes s'apprêtent, comme le montrent certains reportages, à voter contre l'indépendance ? Perversité des temps ? Le système est tel que la périphérie est dépendante du centre.
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.