Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'échec programmé de Rome
Conférence de Palerme sur la Libye
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 11 - 2018

Il en faudra sans doute plus pour sortir la Libye de son chaos. La conférence de Palerme a mis en exergue les problèmes de fond qui entravent l'avancée vers la paix mais aussi la méfiance des Libyens envers l'Occident perçu comme l'élément principal ayant plongé leur pays dans l'incertitude.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Comme à son habitude, Alger s'est engagée avec toute sa volonté habituelle dans l'initiative italienne. De retour de Paris où il assistait à la célébration du centenaire de l'Armistice, il s'est envolé vers la Sicile pour prendre part à la conférence sur la Libye. Il était accompagné par le ministre des Affaires étrangères.
Cette rencontre a révélé toute l'importance de la présence des deux responsables algériens, mais aussi celle des responsables des pays voisins, Tunisie et Egypte, puisque c'est avec ces derniers que le général Haftar a décidé de s'entretenir.
Après avoir laissé planer le doute sur sa participation, l'homme que l'on présente comme l'élément clé de la crise libyenne est finalement arrivé lundi soir à Palerme.
Son service de presse a toutefois tenu à faire savoir que le général n'avait nullement l'intention de prendre part à la réunion et qu'il avait effectué le déplacement uniquement dans le but de s'entretenir avec les représentants des pays régionaux. Son refus de prendre part à la conférence avait été justifié par la présence de factions islamistes contre lesquelles il se trouve en guerre.
Le 10 novembre dernier, des sources autorisées avaient déjà rendu public ce refus, mais les Italiens semblent avoir entrepris toutes les démarches possibles pour obtenir son déplacement à Palerme. Plusieurs médias internationaux ont évoqué l'envoi d'un émissaire chargé de cette mission bien délicate, mais les Italiens ont vite fait de démentir cette information.
L'absence de Haftar est considérée comme un coup dur pour le président du Conseil des ministres italien qui n'a eu pour toute victoire qu'une photo le montrant serrer la main au général à son arrivée à l'aéroport.
Pour les initiés, cette situation a confirmé la «mauvaise préparation de cette conférence et établi qu'aucun plan de règlement basé sur des intérêts personnels ne pouvait conduire à une issue». L'Italie, faut-il le rappeler, a mis en exergue la nécessité d'avancer dans le règlement de la crise libyenne afin de permettre «aussi» à la rive nord de la Méditerranée de mettre fin au problème de la migration clandestine. Fondamentalement opposée à l'approche française dans la gestion du phénomène de la migration, Rome a tenu, coûte que coûte, à organiser la conférence de Palerme, court-circuitant ainsi l'initiative d'Emmanuel Macron qui tenait à une présidentielle libyenne avant fin 2018, mais elle s'est, à son tour, heurtée à la réalité libyenne.
A Palerme, les principales discussions entre protagonistes libyens se sont tenues en marge de la conférence. Même les entretiens sur la situation économique n'ont pu être menés sereinement.
Un député de Tobrouk, la zone Est tenue en main par Haftar, a quitté la table ronde pour signifier sa désapprobation avec la manière dont est perçue la crise libyenne. S'exprimant à un journaliste de l'agence de presse italienne Nova, il a déclaré : «En tant que délégation du Parlement, nous nous sommes sentis comme étant de simples spectateurs.»
Une manière supplémentaire de faire savoir à la communauté internationale que les Libyens considèrent certains pays européens comme étant à l'origine du chaos dans lequel a été plongé leur pays.
Plus grave encore, la Turquie s'est dit «profondément déçue d'avoir été tenue à l'écart d'une réunion» qui s'est tenue en marge de la conférence sur la Libye et à laquelle était présent le président du Conseil des ministres italien. «Toute réunion qui exclut la Turquie ne peut être que contre-productive pour la solution du problème», a fait savoir le représentant turque en Sicile. Très influent dans le dossier libyen, ce retrait confirme l'échec programmé de l'initiative italienne.
Pour tenter de sauver la face, la conférence de Palerme a préféré se concentrer sur Faiez Esseraj, président du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale et recentrer ses activités autour du plan de règlement proposé par les Nations-Unies. Ghassan Salamé, envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, est ainsi sorti grand vainqueur de la conférence de Palerme.
L'institution onusienne qui s'était déjà élevée contre toutes les initiatives parallèles projette, quant à elle, d'organiser une conférence internationale visant à unifier les factions rivales libyennes, seule préalable à la relance d'un véritable processus politique pouvant aboutir à des résultats.
Dans cette démarche, l'ONU compte énormément sur l'Algérie. Grand connaisseur de la sociologie libyenne, le pays bénéficie de liens historiques et de contacts privilégiés tant avec les protagonistes qu'avec les notables…
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.