«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rome et Alger reprennent la main
CRISE LIBYENNE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 11 - 2018

L'Algérie a répondu favorablement à une invitation de l'Italie, organisatrice d'une conférence consacrée à la crise qui secoue la Libye. Rome parviendra-t-elle ainsi à trouver une solution là où Paris a échoué ?
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Pour parvenir à leurs fins, les Italiens ont tenté de mettre toutes les chances de leur côté. Même les termes des sollicitations adressées aux acteurs régionaux, sur lesquels s'appuient fortement les organisateurs de cette initiative, diffèrent de tout ce qui a été entendu jusqu'ici. Rome semble vouloir jouer la clarté, refuse de tirer la couverture uniquement vers elle et donne à chacun la part de mérite qui lui revient.
Les propos tenus par Giuseppe Conte, le président du Conseil des ministres italien, ont ainsi eu de quoi flatter Alger, trop souvent court-circuitée dans ses actions pourtant immenses en faveur du rétablissement de la paix en territoire libyen. «L'Algérie est pleinement impliquée dans le processus en cours en Libye», a-t-il tenu à souligner face à son homologue algérien lors d'une conférence de presse animée conjointement au terme de sa visite dimanche. Alger va quant à elle «œuvrer pour la réussite» de cette initiative, a répondu Ahmed Ouyahia sur un ton naturellement très différent de la mise au point qu'il avait assénée à Paris.
A l'issue de la conférence internationale sur la Libye organisée par Emmanuel Macron, le Premier ministre s'était lancé dans une mise au point visant à rappeler à ses hôtes le rôle joué par l'Algérie auprès de toutes les parties libyennes afin que ces dernières puissent en arriver à accepter de se retrouver dans une même salle à discuter des perspectives de sortie de crise.
Des discussions et des accords restés vains, l'initiative française a échoué comme le pronostiquaient de nombreux observateurs internationaux et les Italiens en particulier. Ces derniers ont jugé irréalisable la tenue d'élection présidentielle en Libye (avant la fin de l'année en cours) en raison de la situation qui y prévaut.
A cette époque déjà, Rome envisageait d'organiser une conférence similaire, mais basée sur une tout autre démarche. Pour bien signifier ses intentions, le président du Conseil des ministres italien s'était ainsi rendu à Washington où il s'était entretenu sur le sujet avec le Président américain, une perche tendue à Donald Trump «qui n'hésite pas à jouer sur les divisions européennes», commentait, cet été, la presse internationale en se basant sur ce commentaire lâché à la fin de la rencontre : l'Italie, a-t-il ainsi déclaré, «doit devenir un point de référence en Europe et le principal interlocuteur sur les grandes questions, en particulier celle liée à la Libye». Près de lui, Giuseppe Conte annonçait : «En accord avec le Président Trump, je vais organiser une conférence sur la Libye.»
Face au chaos dans lequel replonge la Libye, il ne se trouve aucune voix pour critiquer la nouvelle démarche ou s'élever contre le fait qu'elle ne se déroule pas sous l'égide des Nations-Unies. Forts de leur soutien, les Italiens n'hésitent plus à accuser ouvertement la France d'être l'une des causes des violences qui secouent la Libye.
Connu pour ses propos durs, le ministre italien de l'Intérieur est allé jusqu'à twetter sur son compte personnel une déclaration très équivoque.
Evoquant la reprise des combats à Tripoli, il écrivait : «Evidemment, il y a quelqu'un derrière. Cela n'arrive pas par hasard, ma crainte c'est que quelqu'un, pour des motifs économiques nationaux, met en péril la stabilité de toute l'Afrique du Nord et par conséquent l'Europe.»
Dans une allusion claire aux Français, Matteo Salvini ajoute encore : «Je pense à quelqu'un qui est allé faire la guerre alors qu'il ne devait pas la faire. A quelqu'un qui fixe des dates pour les élections sans prévenir les alliés, l'ONU et les Libyens», ajoute Matteo Salvini. Au même moment, son gouvernement accueillait à Rome les principaux protagonistes du conflit libyen, Faïez Esseraj, président du Conseil libyen reconnu par la communauté internationale, et le général Haftar, principal point d'achoppement du dossier libyen. Rendez-vous a été pris pour la conférence de Palerme, en Sicile, les 12 et 13 novembre prochains…
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.