Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et faire de l'Algérie un pays émergent    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Une jeune femme électrocutée à Béni Dergoune    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    COMMERCE : Retour de l'importation des véhicules de moins de 3 ans    SALAIRES NON PAYES : Le Groupe Tahkout apporte des précisions    AFFAIRE AGENCE FONCIERE DE MOSTAGANEM : Le directeur et 3 chefs de services sous contrôle judiciaire    Farida Benyahia, nouvelle présidente du Conseil d'Etat    Les Algériens de France tiennent à la transition    Infernal !    Paul Put contre-attaque    Azzedine Mihoubi en terrain hostile à Béjaïa    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Rencontre internationale sur la douleur chronique prochainement à Oran    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    Pékin reproche à l'UE de vouloir s'ingérer dans ses affaires    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    Le rôle de l'armée dans la vie politique en Algérie en question    MCO: Premier pari gagné de Chérif El Ouazzani    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Guerre des pétroliers : Gibraltar rejette la demande américaine de retenir le Grace 1 iranien    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Skikda, El Tarf: L'eau continue de susciter des protestations    Déficit commercial, régulation de l'importation Echec sur toute la ligne    CR Belouizdad: Un problème d'efficacité à régler au plus vite    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rome et Alger reprennent la main
CRISE LIBYENNE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 11 - 2018

L'Algérie a répondu favorablement à une invitation de l'Italie, organisatrice d'une conférence consacrée à la crise qui secoue la Libye. Rome parviendra-t-elle ainsi à trouver une solution là où Paris a échoué ?
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Pour parvenir à leurs fins, les Italiens ont tenté de mettre toutes les chances de leur côté. Même les termes des sollicitations adressées aux acteurs régionaux, sur lesquels s'appuient fortement les organisateurs de cette initiative, diffèrent de tout ce qui a été entendu jusqu'ici. Rome semble vouloir jouer la clarté, refuse de tirer la couverture uniquement vers elle et donne à chacun la part de mérite qui lui revient.
Les propos tenus par Giuseppe Conte, le président du Conseil des ministres italien, ont ainsi eu de quoi flatter Alger, trop souvent court-circuitée dans ses actions pourtant immenses en faveur du rétablissement de la paix en territoire libyen. «L'Algérie est pleinement impliquée dans le processus en cours en Libye», a-t-il tenu à souligner face à son homologue algérien lors d'une conférence de presse animée conjointement au terme de sa visite dimanche. Alger va quant à elle «œuvrer pour la réussite» de cette initiative, a répondu Ahmed Ouyahia sur un ton naturellement très différent de la mise au point qu'il avait assénée à Paris.
A l'issue de la conférence internationale sur la Libye organisée par Emmanuel Macron, le Premier ministre s'était lancé dans une mise au point visant à rappeler à ses hôtes le rôle joué par l'Algérie auprès de toutes les parties libyennes afin que ces dernières puissent en arriver à accepter de se retrouver dans une même salle à discuter des perspectives de sortie de crise.
Des discussions et des accords restés vains, l'initiative française a échoué comme le pronostiquaient de nombreux observateurs internationaux et les Italiens en particulier. Ces derniers ont jugé irréalisable la tenue d'élection présidentielle en Libye (avant la fin de l'année en cours) en raison de la situation qui y prévaut.
A cette époque déjà, Rome envisageait d'organiser une conférence similaire, mais basée sur une tout autre démarche. Pour bien signifier ses intentions, le président du Conseil des ministres italien s'était ainsi rendu à Washington où il s'était entretenu sur le sujet avec le Président américain, une perche tendue à Donald Trump «qui n'hésite pas à jouer sur les divisions européennes», commentait, cet été, la presse internationale en se basant sur ce commentaire lâché à la fin de la rencontre : l'Italie, a-t-il ainsi déclaré, «doit devenir un point de référence en Europe et le principal interlocuteur sur les grandes questions, en particulier celle liée à la Libye». Près de lui, Giuseppe Conte annonçait : «En accord avec le Président Trump, je vais organiser une conférence sur la Libye.»
Face au chaos dans lequel replonge la Libye, il ne se trouve aucune voix pour critiquer la nouvelle démarche ou s'élever contre le fait qu'elle ne se déroule pas sous l'égide des Nations-Unies. Forts de leur soutien, les Italiens n'hésitent plus à accuser ouvertement la France d'être l'une des causes des violences qui secouent la Libye.
Connu pour ses propos durs, le ministre italien de l'Intérieur est allé jusqu'à twetter sur son compte personnel une déclaration très équivoque.
Evoquant la reprise des combats à Tripoli, il écrivait : «Evidemment, il y a quelqu'un derrière. Cela n'arrive pas par hasard, ma crainte c'est que quelqu'un, pour des motifs économiques nationaux, met en péril la stabilité de toute l'Afrique du Nord et par conséquent l'Europe.»
Dans une allusion claire aux Français, Matteo Salvini ajoute encore : «Je pense à quelqu'un qui est allé faire la guerre alors qu'il ne devait pas la faire. A quelqu'un qui fixe des dates pour les élections sans prévenir les alliés, l'ONU et les Libyens», ajoute Matteo Salvini. Au même moment, son gouvernement accueillait à Rome les principaux protagonistes du conflit libyen, Faïez Esseraj, président du Conseil libyen reconnu par la communauté internationale, et le général Haftar, principal point d'achoppement du dossier libyen. Rendez-vous a été pris pour la conférence de Palerme, en Sicile, les 12 et 13 novembre prochains…
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.