Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Campagne d'information pour expliquer le projet
Réorganisation du BAC
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 11 - 2018

Une campagne d'information pour expliquer à la société le projet de réorganisation du baccalauréat, devant entrer en vigueur à partir de 2020, sera lancée dans les prochains jours, a annoncé hier la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit.
Dans un entretien à l'APS, la ministre a précisé que «la campagne d'information sur le projet de réorganisation du baccalauréat sera lancée au cours du 1er trimestre de l'année scolaire 2018-2019 pour expliquer son contenu à la société», faisant état de la tenue de «tables rondes et de conférences en associant toutes les catégories à ce débat pour formuler des propositions».
A ce propos, Mme Benghabrit a évoqué «un consensus avec le partenaire social (syndicats et associations de parents d'élèves) sur la réduction des jours d'examen de 5 à 3 jours», indiquant que l'objectif principal est «le confort de l'élève».
Elle a ajouté qu'il a été convenu, également, l'inclusion de l'évaluation continue en 2e année secondaire et 3e année secondaire, faisant savoir que les matières d'éducation islamique et d'histoire feront partie des épreuves écrites du baccalauréat. Concernant les autres matières, la ministre a indiqué que «certaines seront incluses dans l'évaluation continue à partir de la 2e année secondaire avec la pondération nécessaire entre les matières. La moyenne du baccalauréat comprendra ainsi la note de cette évaluation continue (pour chaque matière) et celle des épreuves écrites de l'examen. Les épreuves du baccalauréat se dérouleront en 3 jours au lieu de 5», a-t-elle détaillé.
Soulignant que les épreuves du baccalauréat 2019 seront «les mêmes que celles des années précédentes», Mme Benghabrit a précisé que cette campagne et ce débat ouvert à la société visent d'abord à informer pour procéder à la réorganisation du baccalauréat à partir de la session de 2020».
A propos du système d'évaluation des cadres et parmi les principaux indicateurs définis, la ministre a cité l'évaluation administrative, pédagogique, relationnelle et de prospective, outre la disponibilité permanente requise pour les fonctionnaires exerçant des fonctions et postes supérieurs. Ces postes exigent «la neutralité du responsable qui constitue un élément-clé, en matière de pilotage des établissements, entre autres», a-t-elle affirmé.
Selon la première responsable du secteur, «l'évaluation des responsables au niveau local ne se référera pas uniquement aux résultats obtenus aux examens scolaires, mais sur également d'autres critères introduits dans le système national d'évaluation en cours d'élaboration, dont les efforts et le dynamisme du responsable visant à trouver des solutions aux situations difficiles, voire complexes auxquelles est confronté par exemple le directeur de l'établissement éducatif».
A cela s'ajoutent, a-t-elle poursuivi, d'autres critères qui concernent «l'ouverture de classes spéciales pour les enfants aux besoins spécifiques, l'intérêt accordé par le directeur à cette catégorie, son engagement à introduire des activités culturelles, artistiques et sportives, et à mobiliser l'équipe pédagogique pour construire un climat scolaire propice aux apprentissages».
Elle a ajouté que l'objectif n'était pas l'évaluation en soi mais l'autoévaluation, de façon à ce que le responsable ait un «baromètre personnel» pour reconnaître ses points faibles et œuvrer à leur résolution.
Mme Benghabrit a appelé, dans ce cadre, à l'implication du partenaire social dans la formation et à la garantie d'une rentrée sereine.
Evoquant le partenaire social en tant que «partie prenante de l'équation pédagogique», la ministre a rappelé que son secteur avait invité les syndicats et les associations de parents d'élèves à toutes les rencontres organisées par le ministère avec les responsables du secteur dès la rentrée scolaire, exprimant le souhait que cette année scolaire puisse se dérouler dans «le calme et le respect du droit à la préservation des apprentissages de façon continue».
Elle a relevé, à ce sujet, qu'elle a tenu plusieurs rencontres avec le partenaire social depuis le 10 septembre dernier, estimant qu'«il est temps que les syndicats se mobilisent dans le processus d'amélioration du système éducatif».
Mme Benghabrit a tenu à remercier, à cet égard, les parents d'élèves et, particulièrement, la Fédération nationale des associations de parents d'élèves (Fnape) et l'Association nationale des parents d'élèves (ANPE), pour «les efforts d'accompagnement, menés en vue de contribuer à créer un climat scolaire adéquat».
S'agissant du dossier de la promotion, la première responsable du secteur a annoncé l'organisation d'un examen professionnel pour la promotion des enseignants qui se tiendra le 15 janvier 2019 pour 40 894 postes.
Elle a, également, affirmé qu'un concours national pour le recrutement externe des enseignants sera organisé après l'expiration du délai fixé pour l'exploitation de la plate-forme numérique de recrutement des enseignants des cycles moyen et secondaire.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.