L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould-Abbès passe la main
FLN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 11 - 2018

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a été victime d'une attaque cardiaque, dans la matinée d'hier, qui avait nécessité son évacuation à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja, à Alger. Immédiatement pris en charge, il a quitté l'hôpital, en fin de matinée, hors de danger. Cependant que ses médecins lui ont recommandé un repos total de quarante-cinq jours.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - L'homme doit donc décrocher, contraint, du poste de secrétaire général en cette période si sensible précédant l'élection présidentielle. Contacté par nos soins, Ould-Abbès a affirmé avoir subi une attaque cardiaque : «J'ai été évacué ce matin vers l'hôpital de Aïn Naâdja à la suite d'un malaise cardiaque.
Les médecins, auxquels je rends d'ailleurs hommage pour leur compétence et leur professionnalisme, m'ont recommandé un repos total de quarante-cinq jours. Il fallait, dès lors, que je décroche de la fonction très lourde et très exigeante de secrétaire général du FLN.»
Cela dit, Ould-Abbès dément fermement avoir démissionné. «Je déments formellement avoir déposé ma démission de mon poste de secrétaire général du parti ! Pourquoi devrais-je déposer ma démission ? Il n'y a aucune raison pour le faire.» Il ne s'agit donc pas d'une démission mais «d'un congé maladie» et, dans tous les cas, il est question de désigner un intérimaire à ce poste.
«C'est une prérogative exclusive du président du parti», à savoir Abdelaziz Bouteflika, nous dira notre interlocuteur. Parti majoritaire, le FLN est, en effet, pour rappel, présidé par Bouteflika depuis le fameux 8e «congrès-bis» de 2005.
Ce congrès intervenait après la présidentielle du 4 avril 2004. Une présidentielle qui, il faut également le rappeler, avait été marquée par un duel féroce entre Abdelaziz Bouteflika et le secrétaire général du FLN d'alors, Ali Benflis. C'est donc pour ne plus revivre la même situation que Bouteflika décidera de s'emparer définitivement du parti, en s'imposant, à chaque congrès, comme le président du FLN. Président et non pas président «d'honneur» comme c'est souvent répété, par erreur, dans les médias ou même au sein du parti. Le poste de président du parti est expressément prévu dans les statuts du parti. «Le président du parti est le président de la République», est-il tout simplement mentionné dans les statuts. C'est donc dans les textes et dans les faits que Bouteflika dirige l'ex-parti unique. Rien ne se fait au sein du parti ou en son nom sans son aval et toutes les grandes décisions passent par lui. C'est d'ailleurs l'agence officielle APS qui annonçait, hier, dans l'après-midi, le nom de celui qui a été désigné pour assurer l'intérim du poste de secrétaire général du FLN. Citant «une source officielle» , l'APS annoncera ainsi que l'intérim sera assuré par l'actuel et nouveau président de l'Assemblée populaire nationale, Mouad Bouchareb.
Par ailleurs, il faut préciser que, depuis le congrès de mars 2003 qui avait directement consacré Ali Benflis comme secrétaire général du parti, il y a une règle non écrite, puis même imposée dans les textes du parti qui interdit cette prérogative au congrès. «Plus jamais un secrétaire général élu directement par le congrès ! » nous confiait une source sûre. «Un secrétaire général élu directement par le congrès devient, de fait, très fort et sa destitution devient problématique», nous explique-t-on. D'où la décision de réserver cette prérogative au comité central. «C'est plus facile à convoquer et c'est moins coûteux. En temps et en argent.» C'est dire que l'éventualité de recourir à un congrès extraordinaire est quasiment exclue.
Pour rappel, d'ailleurs, c'était au cours d'une réunion du comité central que Djamel Ould-Abbès succédait à Ammar Saâdani le 22 octobre 2016. Bien sûr, sur instruction de Abdelaziz Bouteflika qui limogeait, à l'époque, le SG du FLN une année seulement après son élection à l'occasion du 10e congrès de juin 2015 et ce, à la suite d'une série d'erreurs politiques, comme le remaniement du gouvernement Sellal en juin 2016 et, surtout, des attaques violentes contre le Premier ministre et secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.