Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiasbanine, un plat convivial de saison
Voyage culinaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2018

Dans notre voyage culinaire de cette semaine, nous allons partir pour Béjaïa, cette ville portuaire de la Petite Kabylie, et arriver dans ce village pittoresque que l'on croirait sortir d'un conte de fées, caché entre les innombrables montagnes contournant la vallée de la Soummam.
Connue sous le nom de Saldae à l'époque romaine, Béjaïa, cette ville côtière avec son littoral qui s'étend jusqu'à Jijel et qui constitue un site touristique remarquable, est une région connue aussi pour son hospitalité et son don d'attirer les visiteurs de tous les coins du pays. On s'y plaît et on se sentirait presque chez soi avec l'accueil chaleureux et très convivial des autochtones qui se plient très naturellement aux traditions et coutumes de leur région. Des traditions dont ils sont très fiers et auxquelles ils tiennent fortement. Notre visite était pour nos hôtes l'occasion de nous faire découvrir un art qu'ils maîtrisent à la perfection, celui de la cuisine traditionnelle. C'est ainsi que nous avons inhalé des senteurs et avons goûté aux saveurs les plus délicates surgies d'un passé lointain que mères et grands-mères avaient ancrées dans les mémoires de leurs enfants. Chacun des visiteurs pourra ainsi savourer des mets goûteux souvent issus d'un savoir-faire ancestral mêlé d'un amour intense de la terre natale pour leur faire prendre conscience de la richesse culinaire de la région. les habitants de cette partie de la Kabylie consomment les produits du terroir qu'ils produisent dans un cadre familial. Légumes et fruits, céréales et graines, viandes et poissons, huiles et matières grasses, toutes les denrées proviennent de la terre des aïeux. Sur ces espaces verts et fertiles, poussent des produits sains qui font le bonheur de tous les fins gourmets qui sauront apprécier les innombrables spécialités de la région, parmi elles ce plat ancestral, à base de boulettes de semoule cuites dans une sauce rouge parfumée à la menthe poivrée, avec des légumes de saison et de la viande d'agneau ou de bœuf. Un plat riche et copieux que les natifs de la région cuisinent lors de cérémonies religieuses ou familiales.

Ingrédients pour la sauce : 2 gros oignons, 1 gousse d'ail, 1 branche de céleri, 4 carottes, 1 poignée de haricots verts, 2 courgettes, quelques morceaux de viande d'agneau ou autres types de viande, 1 tomate fraîche, 1 poignée de pois chiches, 1 c. à c. de paprika, 1c. à s. de ras el hanout, sel/poivre, 1 piment vert fort (facultatif), 2 c. à s. de concentré de tomates, quelques branches de menthe fraîche, quelques feuilles de coriandre (facultatif), de l'huile d'olive.
Ingrédients pour les boulettes : 1 kg de semoule moyenne (on peut mettre la fine), 1 poignée de menthe fraîche et 1 c. à c. de menthe sèche (facultatif), 2 à 4 œufs, 1 c. à c. de paprika, 1 oignon haché, 1 c. à c. de ras el hanout, 1 c. et demie de concentré de tomates seule ou mélangée avec la sauce de la viande préparée, de l'huile d'olive, de l'eau.
Les boulettes : Dans un grand saladier, verser la semoule, l'huile d'olive. Bien mélanger avec les mains pour que la semoule absorbe l'huile. Ajouter l'oignon haché, la sauce tomate, la menthe finement ciselée et mélanger avec un peu de sauce. Mélanger le tout, ajouter les œufs entiers un à un, le paprika, ras el hanout, le sel et le poivre. Prendre les morceaux de boyaux, les remplir de ce mélange et les coudre en bourses.
Réserver. Dans une marmite, faire revenir l'oignon dan l'huile d'olive. Ajouter la viande, le céleri, la tomate coupée en dés et l'ail écrasé. Laisser mijoter pendant environ 5 mn puis ajouter les carottes coupées grossièrement, les épices, la sauce tomate, saler, poivrer et laisser cuire à feu doux pendant une dizaine de minutes en rajoutant de l'eau chaude progressivement. Plonger le piment vert et couvrir la marmite et laisser cuire pendant 15 minutes supplémentaires en vérifiant la cuisson de la viande. Ajouter les pois chiches, la menthe hachée, les boulettes de semoules et laissez cuire pendant 15 minutes à feux doux en remuant de temps en temps pour éviter que ça ne colle. Ajouter ensuite les haricots verts, les courgettes et laisser cuire. Vérifier l'assaisonnement, rectifier s'il faut en ajoutant les épices et en mouillant avec un peu d'eau. Plonger délicatement les bourses une à une, recouvrir la marmite et laisser cuire à feu moyen. Servir en arrosant d'un filet d'huile d'olive et saupoudrer de menthe séchée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.