Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiasbanine, un plat convivial de saison
Voyage culinaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2018

Dans notre voyage culinaire de cette semaine, nous allons partir pour Béjaïa, cette ville portuaire de la Petite Kabylie, et arriver dans ce village pittoresque que l'on croirait sortir d'un conte de fées, caché entre les innombrables montagnes contournant la vallée de la Soummam.
Connue sous le nom de Saldae à l'époque romaine, Béjaïa, cette ville côtière avec son littoral qui s'étend jusqu'à Jijel et qui constitue un site touristique remarquable, est une région connue aussi pour son hospitalité et son don d'attirer les visiteurs de tous les coins du pays. On s'y plaît et on se sentirait presque chez soi avec l'accueil chaleureux et très convivial des autochtones qui se plient très naturellement aux traditions et coutumes de leur région. Des traditions dont ils sont très fiers et auxquelles ils tiennent fortement. Notre visite était pour nos hôtes l'occasion de nous faire découvrir un art qu'ils maîtrisent à la perfection, celui de la cuisine traditionnelle. C'est ainsi que nous avons inhalé des senteurs et avons goûté aux saveurs les plus délicates surgies d'un passé lointain que mères et grands-mères avaient ancrées dans les mémoires de leurs enfants. Chacun des visiteurs pourra ainsi savourer des mets goûteux souvent issus d'un savoir-faire ancestral mêlé d'un amour intense de la terre natale pour leur faire prendre conscience de la richesse culinaire de la région. les habitants de cette partie de la Kabylie consomment les produits du terroir qu'ils produisent dans un cadre familial. Légumes et fruits, céréales et graines, viandes et poissons, huiles et matières grasses, toutes les denrées proviennent de la terre des aïeux. Sur ces espaces verts et fertiles, poussent des produits sains qui font le bonheur de tous les fins gourmets qui sauront apprécier les innombrables spécialités de la région, parmi elles ce plat ancestral, à base de boulettes de semoule cuites dans une sauce rouge parfumée à la menthe poivrée, avec des légumes de saison et de la viande d'agneau ou de bœuf. Un plat riche et copieux que les natifs de la région cuisinent lors de cérémonies religieuses ou familiales.

Ingrédients pour la sauce : 2 gros oignons, 1 gousse d'ail, 1 branche de céleri, 4 carottes, 1 poignée de haricots verts, 2 courgettes, quelques morceaux de viande d'agneau ou autres types de viande, 1 tomate fraîche, 1 poignée de pois chiches, 1 c. à c. de paprika, 1c. à s. de ras el hanout, sel/poivre, 1 piment vert fort (facultatif), 2 c. à s. de concentré de tomates, quelques branches de menthe fraîche, quelques feuilles de coriandre (facultatif), de l'huile d'olive.
Ingrédients pour les boulettes : 1 kg de semoule moyenne (on peut mettre la fine), 1 poignée de menthe fraîche et 1 c. à c. de menthe sèche (facultatif), 2 à 4 œufs, 1 c. à c. de paprika, 1 oignon haché, 1 c. à c. de ras el hanout, 1 c. et demie de concentré de tomates seule ou mélangée avec la sauce de la viande préparée, de l'huile d'olive, de l'eau.
Les boulettes : Dans un grand saladier, verser la semoule, l'huile d'olive. Bien mélanger avec les mains pour que la semoule absorbe l'huile. Ajouter l'oignon haché, la sauce tomate, la menthe finement ciselée et mélanger avec un peu de sauce. Mélanger le tout, ajouter les œufs entiers un à un, le paprika, ras el hanout, le sel et le poivre. Prendre les morceaux de boyaux, les remplir de ce mélange et les coudre en bourses.
Réserver. Dans une marmite, faire revenir l'oignon dan l'huile d'olive. Ajouter la viande, le céleri, la tomate coupée en dés et l'ail écrasé. Laisser mijoter pendant environ 5 mn puis ajouter les carottes coupées grossièrement, les épices, la sauce tomate, saler, poivrer et laisser cuire à feu doux pendant une dizaine de minutes en rajoutant de l'eau chaude progressivement. Plonger le piment vert et couvrir la marmite et laisser cuire pendant 15 minutes supplémentaires en vérifiant la cuisson de la viande. Ajouter les pois chiches, la menthe hachée, les boulettes de semoules et laissez cuire pendant 15 minutes à feux doux en remuant de temps en temps pour éviter que ça ne colle. Ajouter ensuite les haricots verts, les courgettes et laisser cuire. Vérifier l'assaisonnement, rectifier s'il faut en ajoutant les épices et en mouillant avec un peu d'eau. Plonger délicatement les bourses une à une, recouvrir la marmite et laisser cuire à feu moyen. Servir en arrosant d'un filet d'huile d'olive et saupoudrer de menthe séchée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.