Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mémoires et sens en mouvement
Arezki Larbi expose à l'ESPACO
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 11 - 2018

Après une absence des salles d'exposition longue de plusieurs années, l'artiste-plasticien Arezki Larbi revient en force avec «Alter-Ego», visible à l'espace d'art contemporain d'El Achour jusqu'au 1er décembre.
Du cliché au fusain, en passant par l'acrylique et l'encre de Chine, Arezki Larbi traverse les matières, les visages et les souvenirs pour faire de la toile, le papier ou le bois le réceptacle ultime d'une mémoire errante.
«Alter-Ego» raconte des visages, des histoires et des rencontres tracés pudiquement sur des supports capables à la fois de porter l'œuvre et d'en faire partie. Comme dans beaucoup de ses travaux, la matière devient pour Arezki Larbi un partenaire de jeu et une entité vivante à malaxer, à interroger et à faire jaillir sur la forme naissante. Celle-ci se décline en plusieurs segments, arbore moult sémantiques et construit, dans ses nombreuses ramifications, une spirale narrative vacillant entre l'intime et l'universel.
A l'entrée de la galerie, le visiteur découvrira en effet des mosaïques lancinantes composées de centaines de visages photographiés en face-profil. Ce travail intitulé «Memo'art» s'est égrené au fil des années, rassemblant sur des planches carrées une multitude de minuscules photographies représentant des visages amis, allant des artistes aux gens lambda, en passant par des écrivains, intellectuels ou journalistes. Arezki Larbi décrit ainsi ce travail : «De prime abord, il s'agit de mémoire, cet œil dans la tête qui s'est nourri d'heures de règne et d'autres d'altérité (…) C'est un chemin du cœur, mélancolique parfois, éclairé par des envolées de poésie involontaire et, comme souvent dans la solitude, la candeur n'ayant pas de but, elle trébuche sur des souvenirs. La mémoire n'est pas un film qui se déroule en séquences organisées, c'est des replis dans l'ombre, des entassements d'oublis et d'écritures vaines (…) Des centaines de photographies, prises de face et de profil, de personnes côtoyées dans la vie ou dans le travail ne sont pas que des clichés figés mais des vies, des moments bleus. Des pans de vie qu'il m'est donné de manipuler ludiquement, pour déramer les empilements et redessiner autrement ceux qui me peuplent et me portent (…). Il est assez curieux de constater en faisant ce travail que la vie de mes amis, c'est aussi un peu la mienne. Le sel de ma vie.»
Dans un tout autre registre, entourant ses deux tables de travail et un «autel» où trônent les souvenirs d'artistes récemment décédés (Djamel Allem, Salah Hioun et Abdelwahab Mokrani), se dressent d'autres visages, longilignes, terreux, énigmatiques. Leurs traits burinés, émaciés, semblent avoir être griffés sur le bois ou le papier kraft. Il s'agit sans doute ici d'une évocation, voire une convocation, du défunt artiste-peintre Abdelwahab Mokrani mort en 2015 par suicide. On y retrouve, non pas un hommage mimétique à l'immense œuvre de ce dernier mais plutôt un dialogue fraternel, complice et douloureux avec un être qui s'est donné corps et âme à l'art. Arezki Larbi y voit «un serment» car «au départ, ces dessins n'étaient pas destinés à une quelconque exposition mais comme une promesse faite à un mort. Le premier serment était de faire un millier de dessins comme pensée permanente et non comme un hommage d'un jour». Le plasticien Djaoudet Guessouma, commissaire de l'exposition, y voit «une démarche altière et altruiste» : «Le plasticien laisse souvent la couleur en deuxième roue de la charrette, son contact est direct avec la matière ; seule la main sait ! Entre des noirs qui ne sont point obscurs, des blancs pas aussi virginaux que cela, et des couleurs qui ne veulent plus rien dire par simple attitude iconoclaste, mais qui posent encore de nombreuses questions. Arezki Larbi se laisse aller à des voyages dans les profondeurs humaines, il évoque les souvenirs d'un ami parti trop tôt, lui offre un grand pan de sa mémoire… Il continue ses introspections sur quelque 80 pistes dessinées, peintes, entreprises dans l'art subtil, quasiment minimaliste.»
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.