Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'armée reprend le contrôle sur l'ensemble de la province de Soueida
Syrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 11 - 2018

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a insisté sur un accord d'ici fin décembre pour la mise sur pied d'un comité chargé de rédiger une nouvelle Constitution pour ce pays, affirmant qu'il était prêt à jeter l'éponge dans le cas contraire, alors que des pourparlers les 28 et 29 novembre à Astana (Kazakhstan) réuniront des émissaires de l'Iran, la Russie et la Turquie pour discuter de la situation dans la ville syrienne d'Idleb.
Depuis janvier, le médiateur, Staffan de Mistura, qui doit quitter ses fonctions fin novembre, travaille sur la composition du comité qui doit comprendre selon son plan 150 personnes : 50 choisies par le gouvernement, 50 par l'opposition et 50 par l'ONU pour inclure dans la réflexion des représentants de la société civile et des experts.
Ce comité serait chargé de plancher sur une loi fondamentale permettant de mener à des élections, afin de tourner la page de sept années de conflit.
Lors d'une réunion lundi du Conseil de sécurité des Nations-Unies consacrée à la Syrie, Staffan de Mistura a indiqué que «nous sommes dans les derniers jours des tentatives de mise en place du comité constitutionnel», et qu'il «se pourrait que nous devions conclure qu'il n'est peut-être pas possible de former un comité constitutionnel, crédible et inclusif, à ce stade», mettant en garde que «dans ce cas malheureux, je serai tout à fait prêt à expliquer au Conseil de sécurité pourquoi».
Les Nations-Unies espèrent toutefois toujours pouvoir envoyer les invitations aux membres du comité d'ici la mi-décembre, et convenir d'une première réunion avant le 31 décembre, a dit l'émissaire, qui doit, par la suite, être remplacé par le diplomate norvégien Geir Pedersen.
Les dirigeants de la Russie, de la Turquie, de l'Allemagne et de la France ont appelé à ce que le comité soit formé avant la fin de l'année.
Les déclarations de Mistura interviennent alors qu'un nouveau round de pourparlers sur la Syrie réunira les 28 et 29 novembre à Astana, capitale du Kazakhstan, des émissaires de l'Iran, de la Russie et de la Turquie pour discuter notamment de la situation à Idleb (Nord-Ouest syrien). «Les participants prévoient de discuter de la situation en Syrie, en particulier à Idleb, et la création des conditions pour le retour des réfugiés et déplacés, et le rétablissement du pays post-conflit», explique le ministre kazakh des Affaires étrangères Kaïrat Abdrakhmanov.
Parrainé par la Russie et l'Iran ainsi que la Turquie, le processus d'Astana réunit depuis janvier 2017, sans implication de Washington, des représentants du gouvernement syrien et une délégation de l'opposition.
La mise en place d'une «zone démilitarisée» à Idleb a été l'objet d'un accord le 17 septembre entre la Russie et la Turquie.
L'accord devait entrer en vigueur à la mi-octobre, mais sur le terrain certaines dispositions n'ont pas été respectées et des escarmouches opposent régulièrement les forces gouvernementales aux groupes terroristes.
A Astana, les négociations avaient permis notamment la mise en place de «zones de désescalade» mais la cessation des hostilités dans ces régions n'avaient été que temporaires.
Sur le terrain, l'armée syrienne a repris le contrôle total sur la province de Soueida après la sécurisation de la localité Tloul al-Safa, qui était sous l'emprise du groupe terroriste autoproclamé Etat islamique (Daesh/EI) au terme d'une offensive qui a duré plusieurs semaines.
Les forces armées syriennes contrôlent désormais toute la région de Soueida après le retrait des terroristes de Daesh vers l'est dans la Badiya (désert), selon des médias locaux, qui précisent qu'entre 700 et 1 000 éléments armés ont quitté le sud de la Syrie à l'issue d'un accord avec l'armée syrienne.
Dans ce contexte, l'agence de presse Sana a annoncé que l'armée syrienne poursuivait «le ratissage des zones libérées après avoir éliminé un grand nombre de terroristes». Cette avancée des forces armées syriennes contre les terroristes intervient moins de dix jours après la libération de 19 otages syriens enlevés le 25 juillet dernier par des terroristes de Daesh dans la province méridionale de Soueida. L'armée syrienne était parvenue, le 8 novembre dernier, à libérer au cours d'une opération spéciale, menée dans la région de Palmyre, les 19 otages parmi eux des femmes et des enfants kidnappés par le groupe extrémiste dans le gouvernorat de Soueida.
Selon l'agence Sana, les soldats de l'armée syrienne avaient mené une bataille «féroce» contre les ravisseurs avant de réussir à libérer les 19 personnes enlevées et à éliminer les auteurs de cette prise d'otages.
Le conflit en Syrie a fait plus de 360 000 morts et des millions de déplacés depuis 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.