Bouteflika persiste et signe    «L'ANP demeurera le rempart du peuple et de la Nation»    La volte-face de Ouyahia    Les réserves obligatoires des banques passent de 8% à 12%    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Journée de marche ce mardi    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    Mila-Net paralysée par une grève des travailleurs    ACTUCULT    Sit-in des journalistes de l'ENTV    Si ! Si ! Mais chut !    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    19 Mars : les marsiens et la planète Algérie    Eviter les creux de l'histoire    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Constantine - Début de distribution de 4.254 logements    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Rien de nouveau à l'horizon    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stations de dessalement : la panacée
Alimentation en eau potable
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Avec une pluviométrie en diminution de plus de 30% en vingt ans, il est devenu urgent de parer au déficit en eau par la recherche de solutions avec comme idée directrice la mobilisation des ressources d'eau non conventionnelles. Une solution sur laquelle s'est étalé, hier, sur la Radio nationale, Abdelwahab Smati, le directeur central chargé des ressources en eau non conventionnelles au ministère des Ressources en eau.
Le contexte hydrographique de l'Algérie et l'évolution climatologique des ces dernières années, qui font que les disparités en pluviométrie sont devenues criantes entre les régions est et ouest par exemple, sont devenus autant de données qui imposent des alternatives en urgence pour mobiliser l'eau. C'est ainsi, pour y remédier en urgence donc, que la solution du recours à la mobilisation des ressources non conventionnelles s'est imposée.
Un recours qui permet de nos jours de satisfaire 17% des besoins du pays en eau grâce à une production quotidienne qui atteint les 2,1 à 2,2 millions de mètres cubes. Une proportion élevée de la production journalière qui, eu égard à la pluviométrie, est appelée à augmenter suivant une stratégie nationale qui permet, donc, actuellement, de produire plus de 2 millions de mètres cubes/jour dont 50% proviennent du pompage des eaux souterraines et 33% à partir des barrages érigés un peu partout à travers le pays.
Le ministère en charge du secteur, pour renforcer les capacités de production en eau, mise également sur la multiplication des stations de dessalement d'eau de mer, comme c'est le cas par exemple dans la région de Tarf-Annaba qui a souffert ces trois dernières années de l'indisponibilité de l'eau potable, du moins en quantités suffisantes. Une région qui, désormais, aura une station de dessalement appelée à produire quotidiennement 300 000 mètres cubes d'eau et, ainsi, la région aura trois sources d'alimentation.
L'option prise pour les stations de dessalement est une solution qui est graduellement généralisée depuis l'année 2003 et les pouvoirs publics ont projeté d'en réaliser 13 à travers le littoral, a annoncé le directeur central au ministère des Ressources en eau. Jusque-là 11 ont été réalisées, restent celles de Béjaïa et Annaba. Et puis, toujours selon M. Smati, l'idée de la création d'une grande entreprise spécialisée dans l'industrie du dessalement d'eau de mer est bien avancée, avec l'implication de Sonatrach, avec comme objectif de garantir la sécurité de l'alimentation du pays en eau potable.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.