Quand l'acte de candidature tourne à la comédie !    Facebook impose des règles plus strictes de publicité politique dans les pays qui organisent des élections    Ouverture de la quatrième édition du Salon international de l'agriculture    La vigilance toujours de mise    Duels au sommet et au bas du tableau    Votre week-end sportif    Brèves de sétif...    Distribution de 379 logements à Ahmer-el-Aïn    3 000 postes de formation pédagogique offerts à Mostaganem    Ces «harragas» qui vous empêchent de dormir !    La fabrique à pluralisme !    Je ne suis pas candidat !    Akerrou : Yennayer fêté à Lakrar    Ligue 1: Trois chauds et importants duels    Ligue 2: Chocs explosifs à Blida et Saïda    Caisse nationale de retraite: Près de 610 milliards de DA de déficit prévu en 2019    Un candidat à la candidature, c'est sérieux !    Macias au Maroc: un ballon-sonde sur la voie de la normalisation israélo-marocaine    Chlef: Des projets et des retards importants    Plusieurs wilayas concernées: Rafales de vent, pluie et neige    Présidentielle d'avril 2019: Début de la révision exceptionnelle des listes électorales    Gaïd Salah appelle à la vigilance    Relizane: Les promesses de Mohamed Hattab    De la frontière    Le CHT Oran, un modèle de réussite du sport scolaire    1541 magistrats chargés de présider les commissions électorales    Installation du groupe parlementaire d'amitié «Algérie-Cuba»    «La politique de réconciliation nationale est exposée»    Une réunion pour renforcer davantage les relations    La force et la volonté du peuple sahraoui briseront les projets de l'occupant marocain    Mehdi Abid Charef bientôt sur les terrains de football ?    La Juventus au petit trot, l'AC Milan quatrième    Flambée de violence dans le Nord-Est, des milliers de déplacés    Face aux "menaces" : Macron et Merkel signent un traité de convergence    Sahel: Le changement climatique exacerbe les conflits intercommunautaires (CICR)    Forum économique de Davos : Messahel met en exergue les efforts de l'Algérie pour la stabilité régionale    Aviation : La production d'Airbus sur les terres de Boeing va monter en flèche    Sit-in devant les directions de l'éducation    Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché    La criminalité générale en baisse    Quatorze propositions aux futurs candidats à l'élection présidentielles du 18 avril 2019    L'expert Ait Chérif plaide pour une transition énergétique urgente    Chine La croissance du PIB au 4e trimestre au plus bas depuis 2009    L'Autorité palestinienne va refuser toute aide américaine    Les femmes encore reléguées au second plan    La confluence des poètes accroît le niveau de leur créativité    Une possible œuvre de Banksy émeut les Japonais    Ce rivage, où on avance sur le silence* : Abdallah Benanteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Stations de dessalement : la panacée
Alimentation en eau potable
Publié dans Le Soir d'Algérie le 11 - 12 - 2018

Avec une pluviométrie en diminution de plus de 30% en vingt ans, il est devenu urgent de parer au déficit en eau par la recherche de solutions avec comme idée directrice la mobilisation des ressources d'eau non conventionnelles. Une solution sur laquelle s'est étalé, hier, sur la Radio nationale, Abdelwahab Smati, le directeur central chargé des ressources en eau non conventionnelles au ministère des Ressources en eau.
Le contexte hydrographique de l'Algérie et l'évolution climatologique des ces dernières années, qui font que les disparités en pluviométrie sont devenues criantes entre les régions est et ouest par exemple, sont devenus autant de données qui imposent des alternatives en urgence pour mobiliser l'eau. C'est ainsi, pour y remédier en urgence donc, que la solution du recours à la mobilisation des ressources non conventionnelles s'est imposée.
Un recours qui permet de nos jours de satisfaire 17% des besoins du pays en eau grâce à une production quotidienne qui atteint les 2,1 à 2,2 millions de mètres cubes. Une proportion élevée de la production journalière qui, eu égard à la pluviométrie, est appelée à augmenter suivant une stratégie nationale qui permet, donc, actuellement, de produire plus de 2 millions de mètres cubes/jour dont 50% proviennent du pompage des eaux souterraines et 33% à partir des barrages érigés un peu partout à travers le pays.
Le ministère en charge du secteur, pour renforcer les capacités de production en eau, mise également sur la multiplication des stations de dessalement d'eau de mer, comme c'est le cas par exemple dans la région de Tarf-Annaba qui a souffert ces trois dernières années de l'indisponibilité de l'eau potable, du moins en quantités suffisantes. Une région qui, désormais, aura une station de dessalement appelée à produire quotidiennement 300 000 mètres cubes d'eau et, ainsi, la région aura trois sources d'alimentation.
L'option prise pour les stations de dessalement est une solution qui est graduellement généralisée depuis l'année 2003 et les pouvoirs publics ont projeté d'en réaliser 13 à travers le littoral, a annoncé le directeur central au ministère des Ressources en eau. Jusque-là 11 ont été réalisées, restent celles de Béjaïa et Annaba. Et puis, toujours selon M. Smati, l'idée de la création d'une grande entreprise spécialisée dans l'industrie du dessalement d'eau de mer est bien avancée, avec l'implication de Sonatrach, avec comme objectif de garantir la sécurité de l'alimentation du pays en eau potable.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.