Corruption: la Cour d'Alger retient des charges contre d'anciens responsables    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Le Président Tebboune assure que le Hirak est un phénomène salutaire et met en garde contre toute tentative d'infiltration    Arkab reçoit une délégation du Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja    Abderrahmane Hadj-Nacer : « Le hirak finira par gagner »    Sidi Bel-Abbès : Lamine Osmani salue la décision du président de la République    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    FC Barcelone: Braithwaite, c'est signé (officiel)    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Libye : retour à la case départ    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Une usine qui couvre les besoins nationaux pour les cancéreux    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    «Le foot ne se gère pas avec un casse-croûte»    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Une expulsion et des interrogations    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bisbilles avec mon calendrier
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 12 - 2018


«Vous avez la montre, nous avons le temps.»
Proverbe africain
Récurrente et lamentable impression d'avoir lu et relu, et mille fois, ce type de chronique empesée. Limite délétère ! Pitch : une année s'effiloche, une autre rassemble ses troupes pour partir à l'assaut… ! De quoi ? Fin ! Où et comment débusquer une quelconque originalité là-dedans ? Nulle part, bien sûr. Du déjà vu ordinaire !
En vérité, il n'y a pas grand-chose de follement folichon sur quoi gamberger, enserré à la lisière de deux séquences relativement artificielles ! Pourquoi artificielles ? Eh bien, parce que l'année telle que nous la connaissons depuis le pape Grégoire XIII qui, en 1582, rectifiant les «dérives» du calendrier julien, organisa le temps en 12 mois de durée inégale, est œuvre humaine, donc procédant d'une convention. Les autres calendriers - hégirien, berbère, chinois, persan, arménien, indien, copte, éthiopien - décomptent le temps autrement et à partir d'un point de départ différent de la naissance supposée de Jésus-Christ tout en procédant de la même logique conventionnelle. Sauf que, à des degrés divers et dans un processus de conquête et de domination à travers les siècles, le calendrier grégorien a fini par s'imposer à tous. Il est aujourd'hui la norme internationale régie par la norme ISO 8601.
Presque tous les calendriers ont à tout le moins une inspiration religieuse. Au 19e siècle, changement de ton concernant le temps. Des mises en cause de l'origine chrétienne du calendrier vont culminer dans l'élaboration révolutionnaire d'un calendrier républicain en France qui opère une coupure avec la connotation religieuse et monarchique du calendrier grégorien. Le philosophe Auguste Comte élabore un calendrier positiviste, affranchi de tout cordon religieux. Mais le grégorien persiste. Avec les mouvements de libération et d'émancipation à partir du XXe siècle, les autres calendriers ont fini par s'affirmer parfois au forceps comme Yennayer dans nos pays, nous livrant pieds et poings liés à une forme de schizophrénie temporelle. Le comportement caméléonien vis-à-vis du temps, donc du travail et de la vie sociale, finit par nous dérouter dans la mesure où la conception du temps, c'est-à-dire de la quantité d'heures consacrées à telle ou telle activité humaine, de la ponctualité, etc., n'est pas uniquement un paramètre technique de mesure mais un élément métaphysique qui renvoie à la civilisation. Passer d'un calendrier à l'autre, c'est souvent enjamber le no man's land entre deux civilisations.
Mais trêve de philo à deux balles ! L'expérience du temps est aussi pratique. Les gens qui voyagent à travers le monde le savent d'expérience. Un rendez-vous de travail à Alger ou à Paris, à Nouakchott ou à Tokyo ne sollicite pas les mêmes réflexes, ni le même empressement.
Jadis, à la fin des années 1970, j'avais été impressionné par cette posture rigoureuse face au temps lors d'un séjour de travail à Berlin. Pour quelqu'un qui venait d'Alger où le temps est une richesse qu'on pouvait ramasser n'importe où, la pratique de l'exactitude et de la ponctualité prussienne me paraissait insolite. Je venais d'un pays où l'on se fixait rendez-vous en se disant : «On se voit demain.» Sans précision de lieu ni d'heure !
Cependant, cette expérience, si déterminante fût-elle, n'est pas aussi troublante du point de vue du temps que celle que j'ai eu l'opportunité de vivre à l'automne 2018 au Japon.
C'est à Tokyo qu'un Algérien a ironisé devant moi sur cette différence fondamentale. A 13 heures, un Algérien court pour faire sa prière, un Japonais pour reprendre son travail. Interprétation : pour l'Algérien, le paradis dans l'Au-delà se mérite par la génuflexion, pour le Japonais, il se construit ici-bas.
Le réformateur musulman du XIXe siècle, Mohamed Abdou, conscient du décalage préjudiciable à sa communauté, se posait, quant à lui, la question de savoir pourquoi les musulmans prenaient du retard tandis que les autres progressaient. Pourquoi le monde musulman patine, englué dans les sables du passé ? Un siècle après Abdou, la question a empiré engendrant des ramifications dramatiques. Les mouvements fondamentalistes et conservateurs utilisent le temps comme arme contre le temps : ils entravent le présent en lui posant comme obstacles le passé mythifié. C'est à croire que la maîtrise du temps – et le développement technologique qu'il permet – est inconciliable avec la spiritualité.
Tous ceux qui ont visité le Japon savent que ce n'est pas vrai. On ne peut être que profondément marqué par ce peuple en mouvement, pressé et précis, qui est dans la vitesse et non dans la précipitation, respectant le temps comme s'il s'agissait à la fois d'une divinité et d'une nécessité d'algorithme. Un pays sans ressources naturelles, ravagé par la défaite de la Seconde Guerre mondiale qui devient, 20 ans plus tard, la 2e puissance économique mondiale, n'a pu le faire que grâce à sa parfaite maîtrise du temps. Pragmatiquement, cela donne cette sentence du romancier japonais Haruki Murakami : «Traiter le temps avec soin, prudence et respect, c'est le mettre de son côté.»
La sociologue marocaine Fatima Mernissi racontait avoir reçu des instructions de ses hôtes japonais deux mois avant un voyage à Tokyo. Quelqu'un devait l'attendre en un point précis de l'aéroport. Raisonnant en arabe, elle pensait que 2 mois plus tard personne ne se souviendrait des détails de ces instructions. Mais le jour dit, à la minute dite et à l'endroit dit, un homme lui souhaita la bienvenue à Tokyo. Une autre façon d'appréhender le temps, qui allie la vitesse à la philosophie zen. Bon, cela dit, j'ai encore des bisbilles avec mon calendrier qui, perplexe, ne veut décidément pas se déterminer. Bonne année quand même !
A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.