L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Le tournant    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ANC n'exclut pas une candidature de Zuma
Législatives en Afrique du Sud
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 01 - 2019

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), a sous-entendu hier avoir nominé comme candidat aux législatives de mai l'ex-président Jacob Zuma, emporté en 2018 par des scandales, alors que la formation s'est engagée à ne pas présenter de personnes impliquées dans des affaires de corruption.
L'ANC a convenu que ses candidats aux législatives «ne doivent pas avoir fait preuve d'indiscipline ou avoir été impliqués dans la corruption», a déclaré Dakota Legoete, porte-parole du parti, lors d'une conférence de presse à Durban (nord-est).
Mais interrogé pour savoir si Jacob Zuma figurait sur la liste, l'ANC a sous-entendu qu'il l'était. «Nous en sommes encore à l'étape où chaque candidat doit accepter ou décliner» sa nomination, a expliqué Dakota Legoete. «Nous ne voulons pas miner ce processus (...). Nous attendons que lui, le camarade Zuma, (et les autres candidats) nous fassent savoir s'ils acceptent ou pas»leur nomination, a-t-il ajouté.
Jacob Zuma, président de 2009 à 2018, a été contraint, sous la pression de son parti, l'ANC, de démissionner en février dernier en raison des scandales de corruption dans lesquels il est empêtré. L'ancien président reste cependant très influent au sein de l'ANC, où les camps pro et anti-Zuma continuent de s'affronter. La liste des candidats de l'ANC aux législatives, qui n'a pas encore été rendue publique, «doit renforcer l'intégrité» du parti de feu Nelson Mandela, a encore assuré Dakota Legoete. La liste, qui compte pour moitié des femmes, doit encore être approuvée par la direction de l'ANC, ce qui devrait intervenir d'ici la fin janvier, a précisé le porte-parole.
L'ANC, au pouvoir depuis la fin officielle du régime raciste de l'apartheid en 1994, aborde les élections législatives prévues en mai 2019 en position difficile.
Son image a été extrêmement ternie ces dernières années par les mauvais résultats économiques et les soupçons de corruption qui ont caractérisé les dernières années de la présidence Zuma. Le parti a enregistré un revers historique lors des élections locales de 2016, où il a perdu des villes emblématiques comme Pretoria et Johannesburg.
L'actuel chef de l'Etat et nouveau patron de l'ANC, Cyril Ramaphosa, a fait de la lutte contre la corruption et de la relance de l'économie ses priorités, mais la première puissance industrielle du continent a plongé l'an dernier dans la récession.
Le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), et la formation de la gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF) espèrent tirer profit du taux de chômage record de près de 28% et de la persistance des inégalités raciales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.