Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le premier tour de manivelle, aujourd'hui
Projet de film sur le poète Si Mohand Ou Mhand
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 01 - 2019

Les premiers coups de manivelle sur la vie et l'œuvre du poète Si Mohand Ou Mhand seront donnés aujourd'hui, samedi 19 janvier, à Djemaa N Saridj, dans la commune de Mekla, une quinzaine de km à l'est de Tizi-Ouzou, a indiqué mardi la boîte productrice du film. Produit avec le soutien du Fonds de développement de l'art, de la technique et de l'industrie cinématographique (Fdatic), le long métrage, intitulé «Si Mohand Ou Mhand» est réalisé par Mohamed Mouzaoui qui en est, également, le scénariste.
La trame du film, écrite il y a une trentaine d'années, a-t-il précisé à l'APS, «a subi quelques remodelages et allègements tout en gardant l'âme de ce qui est sa quête principale : la reconstitution de l'œuvre dans son contexte», soulignant que le film est «une fiction qui cherche la reconstitution de l'âme des poèmes et non pas se contenter de leur récitation».
Selon le synopsis du film, celui-ci retrace «le destin contrarié» de la vie et l'œuvre du poète éponyme qui se confond avec «le destin collectif des Algériens qui subissaient, à l'époque, les assourdissants assauts d'une longue conquête coloniale».
L'enfant, Mohand, qui n'avait que 12 ans lorsque les Français vinrent à bout de la résistance de la Kabylie en 1857, avait assisté à la déchéance et l'expropriation de sa famille, jetée sur les routes.
Une déchéance sociale qui l'a poussé lui-même à mener une vie d'errance à travers tout le pays durant une trentaine d'années avec, comme seule arme, sa poésie, dont il fit «l'écho d'un peuple et d'un pays». Partant sur les traces du poète, le tournage du film se déroulera d'ailleurs sur plusieurs sites, dont Tizi-Ouzou, Alger, Tébessa où Si Mohand avait travaillé à un moment donné dans les mines d'El-Ouenza et Annaba où il avait souvent vécu et qu'il traversait pour aller en Tunisie. Né entre 1840 et 1845 à Icheraiouen, commune de Larbaâ Nath Irathen (25 km au sud-est de Tizi-Ouzou), Si Mohand Ou Mhand est mort le 28 décembre 1905 à Aïn El-Hammam. Beaucoup de ses poèmes, empreints de belles rimes et de clairvoyance et qu'il déclamait au gré des circonstances et des évènements ayant marqué sa vie, sont passés à la postérité comme paraboles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.