Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition    Des cadres du FFS arrêtés à Alger    Montage automobile : 3 milliards de dollars pour les collections CKD en 2018    Makri admet le fiasco du candidat unique de l'opposition    Derrière l'affront, l'espoir démocratique…    Vingt années à vous grandir les portraits    En bref…    Report de la rencontre Netanyahou-Poutine prévue aujourd'hui    Londres veut parler avec Berlin    De Bencherif à Nekkaz    L'Algérie dans le pot 2    L'USMAn et le NAHD bien embarqués    Derbies à enjeux opposés, au Centre et à l'Ouest    Petits pains farcis à la viande hachée    Les accidents continuent d'endeuiller les familles    Double grève à l'Institut des sciences et technologies    Haï Nedjma : 150 quintaux de son de blé saisis    Célébration du centenaire du défunt moudjahid et artiste Farid Ali    Cubisme    Une quarantaine d'exposants présents    Bordj Bou Arréridj : Colloque international sur Benhaddouga    Tigounatine : Recueillement au village d'Ourida Meddad    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Neutralité écornée    Le GSP face à Essalem d'Oman en quart de finale    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    Ligue des champions    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Deux suspects arrêtés    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La démarche prudente de Ali Benflis
Il annonce juste son intention de constitution d'un dossier administratif
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 01 - 2019

L'ancien chef de gouvernement et président du parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis, a rendu publique, hier dimanche, sa première réaction officielle, à la convocation du corps électoral pour la présidentielle, pour le jeudi 18 avril prochain. Benflis, qui s'est fermement opposé au report de la présidentielle, comme avait initialement prévu le pouvoir en décembre dernier, a préféré, toutefois, procéder par à-coups, et ne rien trancher définitivement s'agissant de sa propre candidature.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Dans un court communiqué rendu public dans la journée d'hier, l'ancien chef de gouvernement a, en fait, exprimé une position extrêmement mesurée. Dans cette déclaration, chaque mot est bien pesé pour, in fine, ne rien trancher ni écarter de manière définitive. On y lit, en effet que, «prenant acte de la publication au Journal Officiel du décret présidentiel numéro 19/08 du 17 janvier 2019 portant convocation du corps électoral pour l'élection présidentielle fixée au jeudi 18 avril 2019, et conformément à la législation en vigueur en matière d'élection présidentielle, j'ai adressé, ce jour, dimanche 20 janvier 2019, à Monsieur le Ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, une lettre annonçant mon intention de constituer un dossier de candidature à l'élection à la présidence de la République». A relever, déjà, que Benflis parle, ici, «d'intention de constituer un dossier de candidature» et non pas d'une candidature en bonne et due forme. D'ailleurs, il ajoutera immédiatement après cet autre paragraphe très nuancé : «En accomplissant cette formalité pour le retrait des formulaires de souscription individuelle, il est, cependant, à préciser que la question de la participation à cette élection sera tranchée lors d'une prochaine session du comité central du parti, conformément aux statuts du parti et au règlement intérieur du comité central». Dans l'entourage de l'ancien chef de gouvernement, on confirme, effectivement, que «la question de la candidature ne sera pas tranchée de sitôt. Elle fera l'objet d'un examen minutieux de la situation politique générale du pays et de son évolution dans les jours et les semaines à venir. Le bureau politique du parti préparera un rapport détaillé dans ce sens, qu'il présentera lors d'une session extraordinaire du comité central.
On prévoit de tenir cette dernière en présence de la presse pour prendre l'opinion publique à témoin». Pour notre source, la candidature ou pas de Ali Benflis «dépendra de cette évolution de la situation politique en question, en l'occurrence, s'agira-t-il d'une élection régulière et transparente ? Qui se tiendra avec quels candidats ? Notamment, celle du chef de l'Etat et de quelle manière interviendrait-elle, etc.». Ali Benflis, qui reste, pour rappel, le seul ancien chef de gouvernement à avoir une présence permanente sur le terrain, en créant un parti politique, cumule, par ailleurs, une grande expérience. Tant en termes de mode de fonctionnement du système, que des grands rendez-vous électoraux. Directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika en 1999, Ali Benflis a eu, également, à mener son ancien parti, le FLN, durant deux grandes élections, les législatives et les locales de 2002. En sa qualité de secrétaire général du FLN mais aussi de chef du gouvernement qui organisait ces mêmes élections. L'homme a eu, enfin, à se porter deux fois candidats aux élections présidentielles, en 2004 et en 2014, deux occasions où Bouteflika et le pouvoir avaient en face un sérieux et véritable rival qui les obligera à sérieusement «mouiller le maillot» pour lui barrer la route d'El-Mouradia. En tout cas, tout ce capital le place en meilleure position que tout le reste du personnel politique dans l'opposition, pour bien évaluer la situation avant de se lancer dans la course. D'où la précaution de ne rien anticiper, ni négliger. A savoir, se préparer, déjà, sur les plans administratif et logistique, avec, notamment, ce dossier de candidature, la collecte des signatures et la confection d'un programme électoral tout en maintenant le suspense sur la décision finale et officielle.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.