Covid-19 : prolongement du confinement partiel à El-Kala dans la wilaya d'El-Tarf    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Niveau «yet'karkar» !    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Pas d'Algériens parmi les victimes des explosions survenues à Beyrouth    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Gouasmia, nouveau commandant de la gendarmerie    Un pays à déconfiner    3 649,5 hectares du massif forestier et arbres fruitiers partis en fumée    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    "Des mesures inadaptées", selon le Game    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    La crise des déchets persiste à Constantine    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Explosions au port de Beyrouth: Message de condoléances et de compassion du Président Tebboune à son homologue libanais    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des architectes lancent le débat pour des idées innovantes
Ils veulent donner une nouvelle image urbaine à la capitale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2019

Un panel d'experts nationaux et internationaux s'est réuni samedi à Alger pour parler de l'urbanisme à Alger. L'objectif n'est pas de changer ce qui existe actuellement, mais le débat se veut un espace d'échange d'idées sur comment bâtir le nouvel Alger au-delà de 2030. A l'initiative des architectes Sihem et Nacym Baghli, cette rencontre était l'occasion de présenter le projet Djisr El Djazaïr, dont l'idée est de relier les deux extrémités de la baie d'Alger.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - L'idée est peut-être folle, utopique même pour certains, mais le projet de construire un pont reliant les deux extrémités de la Baie d'Alger, Tamentfoust à Kettani, à Bab-el-Oued, en passant par le Jardin d'Essai, est bel et bien réalisable pour les architectes présents samedi lors d'une conférence intitulée la Rencontre d'Alger. Nacym Baghli, l'un des deux initiateurs du projet, ne veut, d'ailleurs, pas que l'on associe son projet à simplement du béton mais bien au-delà.
L'idée est beaucoup plus large et complexe. Le projet Djisr El Djazaïr, dit-il, est un vecteur social et économique de bien vivre ensemble. Il imagine à travers son projet, la ville future d'Alger, une ville que l'on aimerait admirer, dit-il. Une ville qui ne doit pas non plus, selon lui, être en décalage avec le monde 2.0 que nous vivons. D'ailleurs, selon les estimations, d'ici 2050 la population en milieu urbain sera de 75% contre 55% actuellement. Il faut donc, suggèrent les architectes conviés à cette rencontre, réfléchir à la manière dont il faudra gérer la ville. D'autant que, relèvent-ils, les instruments d'urbanisme utilisés actuellement ont été inventés dans les années 1960. L'ambition de ce panel d'architectes c'est de proposer de nouvelles idées urbaines innovatrices.
Selon l'un des architectes présents à cette conférence, lorsqu'on regarde Alger actuellement on aperçoit du désordre. «Il est impossible d'ordonner cet espace, mais il faut construire», suggère-t-il. Les pouvoirs publics ont-ils donné leur accord pour ce
projet ? Nacym Baghli avoue avoir eu le soutien moral de la Wilaya d'Alger. «C'est un projet de société qui est long et laborieux mais qui ne peut être porté que par l'Etat, c'est un projet de souveraineté nationale», a déclaré M. Baghli. En plus d'être complexe, le projet nécessite un financement important. Le couple initiateur n'a pas donné d'estimation. Ils ont souligné que le projet sera réalisé en plusieurs phases et proposent à ce qu'il y ait des partenariats publics-privés pour pouvoir mener à bout ce projet. Cependant, soulignent-ils, les retombées économiques du projet sont tout aussi importantes. «Nous nous ne voulons pas nous précipiter, nous voulons prendre notre temps, nous sommes encore au stade d'idées, nous voulons créer un débat, d'ailleurs nous avons lancé un concours d'idées pour des solutions innovantes où l'on peut se projeter dans le futur, où nous avons eu 400 inscrits de 55 nationalités», a souligné M. Baghli qui dit que son projet peut être réalisé en cinq ans. «La réalisation est très facile, le problème c'est la réflexion», dit-il.
Djisr El Djazaïr est un pont imaginé en Y dont le premier tronçon s'étale sur 10 km et le deuxième sur 7 km. L'accès est autorisé pour les véhicules légers, mi-lourds, deux-roues, tramway, véhicules de sécurité et de service. Il compte deux voies centrales et une voie d'urgence avec 4 passerelles piétonnières et des îles flottantes.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.