Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des architectes lancent le débat pour des idées innovantes
Ils veulent donner une nouvelle image urbaine à la capitale
Publié dans Le Soir d'Algérie le 28 - 01 - 2019

Un panel d'experts nationaux et internationaux s'est réuni samedi à Alger pour parler de l'urbanisme à Alger. L'objectif n'est pas de changer ce qui existe actuellement, mais le débat se veut un espace d'échange d'idées sur comment bâtir le nouvel Alger au-delà de 2030. A l'initiative des architectes Sihem et Nacym Baghli, cette rencontre était l'occasion de présenter le projet Djisr El Djazaïr, dont l'idée est de relier les deux extrémités de la baie d'Alger.
Salima Akkouche - Alger (Le Soir) - L'idée est peut-être folle, utopique même pour certains, mais le projet de construire un pont reliant les deux extrémités de la Baie d'Alger, Tamentfoust à Kettani, à Bab-el-Oued, en passant par le Jardin d'Essai, est bel et bien réalisable pour les architectes présents samedi lors d'une conférence intitulée la Rencontre d'Alger. Nacym Baghli, l'un des deux initiateurs du projet, ne veut, d'ailleurs, pas que l'on associe son projet à simplement du béton mais bien au-delà.
L'idée est beaucoup plus large et complexe. Le projet Djisr El Djazaïr, dit-il, est un vecteur social et économique de bien vivre ensemble. Il imagine à travers son projet, la ville future d'Alger, une ville que l'on aimerait admirer, dit-il. Une ville qui ne doit pas non plus, selon lui, être en décalage avec le monde 2.0 que nous vivons. D'ailleurs, selon les estimations, d'ici 2050 la population en milieu urbain sera de 75% contre 55% actuellement. Il faut donc, suggèrent les architectes conviés à cette rencontre, réfléchir à la manière dont il faudra gérer la ville. D'autant que, relèvent-ils, les instruments d'urbanisme utilisés actuellement ont été inventés dans les années 1960. L'ambition de ce panel d'architectes c'est de proposer de nouvelles idées urbaines innovatrices.
Selon l'un des architectes présents à cette conférence, lorsqu'on regarde Alger actuellement on aperçoit du désordre. «Il est impossible d'ordonner cet espace, mais il faut construire», suggère-t-il. Les pouvoirs publics ont-ils donné leur accord pour ce
projet ? Nacym Baghli avoue avoir eu le soutien moral de la Wilaya d'Alger. «C'est un projet de société qui est long et laborieux mais qui ne peut être porté que par l'Etat, c'est un projet de souveraineté nationale», a déclaré M. Baghli. En plus d'être complexe, le projet nécessite un financement important. Le couple initiateur n'a pas donné d'estimation. Ils ont souligné que le projet sera réalisé en plusieurs phases et proposent à ce qu'il y ait des partenariats publics-privés pour pouvoir mener à bout ce projet. Cependant, soulignent-ils, les retombées économiques du projet sont tout aussi importantes. «Nous nous ne voulons pas nous précipiter, nous voulons prendre notre temps, nous sommes encore au stade d'idées, nous voulons créer un débat, d'ailleurs nous avons lancé un concours d'idées pour des solutions innovantes où l'on peut se projeter dans le futur, où nous avons eu 400 inscrits de 55 nationalités», a souligné M. Baghli qui dit que son projet peut être réalisé en cinq ans. «La réalisation est très facile, le problème c'est la réflexion», dit-il.
Djisr El Djazaïr est un pont imaginé en Y dont le premier tronçon s'étale sur 10 km et le deuxième sur 7 km. L'accès est autorisé pour les véhicules légers, mi-lourds, deux-roues, tramway, véhicules de sécurité et de service. Il compte deux voies centrales et une voie d'urgence avec 4 passerelles piétonnières et des îles flottantes.
S. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.